Deux électeurs sur trois ne font plus confiance à Bruno Beschizza !

Seulement deux ans après son élection Bruno Beschizza a perdu la confiance des aulnaysiens. La perte est considérable « 8000 voix de moins entre mars 2014 et décembre 2015 ». La majorité municipale a été sanctionnée sur ses nombreux échecs: naufrage de la mise en place des rythmes scolaires, augmentation des tarifs de la cantine et des centres de loisirs, développement séparé des quartiers, fermeture des services sociaux, fermeture de la piscine etc..) et abandon des quartiers nord de la ville. Lire la suite

Publicités

Samedi, 14h, à Barbès, des milliers de pieds fouleront les pavés parisiens

Un collectif de femmes organise demain, samedi 31 octobre à Paris une « Marche de la Dignité » pour « dénoncer le racisme structurel au sein de la société », 32 ans après la Marche pour l’égalité et 10 ans après la révolte des quartiers.Le cortège partira de Barbès à 14h pour rejoindre la place de la Bastille. Il est prévu des prises de parole et des animations musicales à l’arrivée.

Cette marche est en collaboration avec des associations, des organisations de l’immigration et des quartiers populaires qui luttent contre  le racisme. Aussi seront présents de nombreuses personnalités qui soutiennent cette marche : Kery James, Médine, Disiz, Shone, Bams, Despo Rutti, Kiddam, Tunisiano, Youssoupha etc….

C’est à cette grande « Marche de la Dignité » que nous sommes conviés demain.

Un départ groupé est prévu samedi à 12H45 à la gare d’Aulnay.!

Oussouf SIBY

1O ans après la révolte des quartiers, nos quartiers restent incompris !

En ce mardi 25 octobre 2015,  j’ai une grande pensée pour Zyed, Bouna et leurs familles, deux jeunes qui ont étés tués le 25 octobre 2005 dans un transformateur électrique à Clichy-Sous-Bois alors qu’ils fuyaient la police. Cet événement tragique couplé par le mensonge des pouvoirs publics sur les circonstances de la mort fût le déclenchement de la colère et de la révolte des quartiers populaires. Trop longtemps on a tourné le dos, méprisé, stigmatisé et humilié  ces enfants de la République, il est aujourd’hui indispensable de reconnaître, respecter et écouter ces enfants de la France devenus orphelins. Ces habitants des banlieues sont le présent et l’avenir de la France.

Nos quartiers populaires, nos banlieues pâtissent d’une image tellement dégradée  que même ses habitants finissent pas se résigner et intégrer les stigmates. Quand les responsables politiques, les médias, les milieux économiques parlent de la banlieue en utilisant « délinquance » « immigration » « intégration » « trafic » « étranger » comment peut-on faire vivre au quotidien le vivre ensemble. Si notre pays n’est pas capable de rassembler tous les individus quelles que soient sa religion, ses origines, sa couleur de peau, qui le fera? Lire la suite