Réforme Bac général et Lycée : terrain glissant pour M. Blanquer.

Avec la réforme du Bac général, le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer vise « plus d’égalité, plus de liberté, plus de réussite, plus de simplicité, plus de modernité » ! Il veut « simplifier » un examen trop lourd et trop cher à organiser, en finir avec la toute puissance actuelle du bac S au détriment des séries littéraires et économiques et lutter contre « le poids de l’échec des étudiants en 1ère année» lié d’après lui, au bac actuel et aux choix d’orientation.

Dans ce nouveau bac prévu pour 2021, 40% de la note finale sera obtenue en contrôle continu, l’objectif étant de réduire le bachotage de juin pour les lycéens et d’alléger l’organisation de cet examen national. La formule est séduisante mais risque d’accroître encore plus les inégalités entre les élèves ayant leur bac dans un lycée renommé pour son bon niveau et les élèves issus de lycées dits « sensibles ».

6 épreuves compteront pour 60 % de la note finale: les 2 épreuves de français écrit et oral en 1ère et 4 épreuves en terminale: philosophie, 2 matières de spécialités et un Grand Oral. L’élève devra présenter devant un jury le projet de groupe qu’il aura mené dès la Première. Cette épreuve vise à apprendre aux jeunes la prise de parole devant un public et à mener un travail d’équipe.

Le ministre supprime les filières S, ES, L (scientifique, économique et sociale, littéraire). Pour lui, le bac actuel est vide de sens car une majorité d’élèves choisit le bac S « par défaut » bac réputé pour ouvrir  toutes les portes, alors qu’ils ne se destinent pas à une carrière scientifique. Il met donc l’accent sur une orientation précoce des élèves. Lire la suite

Publicités

L’école dès 2 ans dans tous les quartiers: l’effet d’annonce du Maire.

Ce mois-ci, B. Beschizza fait publier dans Oxygène sa lettre au ministre de l’éducation nationale pour lui demander que l’ouverture de classes maternelles de TPS (Toute Petite Section) pour les enfants de 2 ans soit possible dans tous les quartiers de la ville et non pas uniquement dans les quartiers prioritaires.
Quelle belle initiative du Maire d’Aulnay qui veut favoriser l’égalité de chance pour tous les enfants quel que soit leur adresse et satisfaire toutes les familles qui souhaitent bénéficier de ce dispositif ! On sait malheureusement que c’est une demande totalement « hors sol » qui n’aboutira à rien, encore une fois un formidable « coup de com’» en direction des familles. Le gouvernement Macron vient d’instaurer la scolarisation obligatoire dès 3 ans, le dédoublement des classes de CP et CE1, ce qui l’amène par ailleurs à fermer des classes en France, il n’a absolument pas l’intention de multiplier les classes de 2 ans hors des quartiers prioritaires !
Jean-Michel Blanquer déclarait fin 2018 « la scolarisation à 2 ans peut être envisagée mais non systématisée… Nous devons avoir une approche au cas par cas avec une visée sociale assez forte… »

Lire la suite

En Seine-Saint-Denis, une rupture d’égalité inacceptable

Depuis des décennies, les difficultés de notre département et le manque de moyens sont bien connus.Les pouvoirs publics, pourtant, ne sont pas restés inactifs. D’indéniables efforts ont été consacrés, à la rénovation de l’habitat, à l’amélioration des transports en commun, même si elle reste trop lente, aux politiques sociales en direction des plus fragiles. Mais les inégalités entre territoires sont réelles: l’ Etat donne moins en Seine-Saint-Denis. Ce ne serait que justice que de planifier réparation et rattrapage en Seine-Saint-Denis et que dans ce département, les communes les plus riches partagent les richesses avec les communes plus pauvres.

C’est dire que le Plan Banlieue de Jean-Louis Borloo en faveur des quartiers en difficulté était attendu:

En voici les points essentiels : Lire la suite

Quartiers populaires : l’urgence d’une obligation de résultats !

Vous trouverez ci dessous la tribune du Groupe des élu(e)s Socialistes, Radicaux et Républicains, signée par Latifa BEZZAOUYA ,Conseillère Municipale

Alors que le gouvernement actuel s’enorgueillit de ses annonces successives, beaucoup d’habitants n’en voient pas la couleur et la vie dans les quartiers populaires est en attente de solutions de long terme. Si certains progrès ont eu lieu, comme le dédoublement des classes dans certains CP, ils ont été possible grâce au recrutement de 60 000 postes d’enseignants sous le précédent quinquennat, postes détruits en 2010 sous N. Sarkozy…quand J‑M. Blanquer était directeur de l’administration scolaire !

C’est pour cela que le rapport de Jean-Louis Borloo est arrivé au bon moment et qu’il faut soutenir sa démarche. Il pointe l’urgence de la situation pour ne pas couper un certain nombre de quartiers de l’ensemble du pays. Emploi, formation, sport, ressources des communes, beaucoup de sujets sont abordés avec un fil rouge qui est le fait de passer d’une obligation de moyens à une obligation de résultats. Il est donc désolant que le gouvernement renonce à le prendre en compte réellement.

Mais il faut aussi arrêter les hypocrisies : on ne peut soutenir la démarche de J-L. Borloo et refuser de lutter contre les inégalités territoriales bien présentes à Aulnay-sous-Bois où la municipalité ne mène pas la même politique publique dans tous les quartiers. On ne peut pas dire soutenir cette démarche quand on refuse de dire que l’ouest parisien et nombre de communes dirigées par des maires LR refusent de partager les richesses produites bien souvent par le travail d’Aulnaysiens.

Parce que la France a besoin des habitants des villes comme Aulnay-sous-Bois, nous continuerons de porter l’exigence d’égalité et de justice pour nos quartiers.

Rythmes scolaires : évaluons la réforme avant de faire marche arrière

Suite aux déclarations du Ministre de l’éducation nationale Jean-Michel BLANQUER qui offre la possibilité aux communes de sortir de la réforme des rythmes scolaires dès septembre 2017, le Maire a adressé une lettre aux parents d’élèves précisant qu’il maintient l’organisation prévue en cours d’année: une semaine de 4 jours et demi avec classe le mercredi matin au lieu du samedi.
Son intention de ne rien changer à quelques semaines des vacances est louable mais nous dénonçons son argument mensonger lorsqu’il écrit :
«j’ai encore en mémoire le traumatisme partagé d’une rentrée 2014-2015 organisée à la va-vite et que j’avais suffisamment critiquée pour ne pas la reproduire»!
Une tentative de plus pour rejeter la responsabilité des difficultés de la rentrée 2014 sur l’ancienne municipalité ! La vérité : l’ancienne équipe, après 18 mois de travail et une vaste enquête concernant 7 000 enfants, avait défini dès décembre 2013 la nouvelle organisation de la semaine incluant les TAP et choisi le mercredi de classe. Dossier abandonné par les nouveaux élus puis, à la stupéfaction générale, alors que les familles s’étaient organisées, M.BESCHIZZA imposait fin juin et pour 3 ans le samedi matin travaillé, provoquant panique, mécontentement général et mobilisations répétées. Lire la suite

Rentrée 2016 : des moyens renforcés pour la sécurité et la réussite de tous les élèves

Chacun garde en mémoire les odieux actes terroristes de cet été qui visent à déstabiliser notre pays en frappant aveuglément des innocents, en répandant l’effroi et la haine.

Nos pensées vont aux victimes, à leurs proches et nous voulons faire part de notre reconnaissance aux forces de l’ordre et à l’ensemble des intervenants.

Face à ces attaques répétées, mais aussi face aux tentatives de division, nous nous devons de rester solidaires. Plus que jamais, notre pays doit rester uni et rassemblé autour de ses valeurs de Liberté, d’ Egalité et de Fraternité. Lire la suite

Le chèque réussite, l’aide du département pour l’entrée en 6éme

Le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis fait de l’éducation sa priorité et les moyens mobilisés pour la réussite de tous sont considérables.
Parmi les grandes actions, un plan « Ambition collèges 2020 » pour rénover 80 collèges et en construire 11 autres mais aussi la poursuite des dispositifs éducatifs aux côtés de l’éducation nationale en lien avec le sport, la culture, l’environnement , la santé, la prévention ou la lutte contre le décrochage scolaire….

Le département a décidé également en 2015 d’apporter une aide financière aux familles ayant un enfant entrant en 6ème. Cette action, bloquée, on s’en souvient, par un recours au tribunal administratif déposé par les conseillers départementaux de droite, avait finalement eu lieu, le tribunal jugeant le recours sans fondement.

Ainsi, pour la deuxième année consécutive, la majorité de gauche du Conseil départemental conduite par Stéphane Troussel va délivrer un « chèque réussite » de 200 euros à tous les élèves de notre département entrant en 6ème en septembre 2016, scolarisés dans un collège public du département . Lire la suite

Discrimination à l’adresse : Daniel Goldberg fait un premier bilan

En 2013, lors du débat à l’Assemblée nationale sur la loi réformant la politique de la ville portée par François Lamy, Daniel Goldberg a permis la reconnaissance du lieu de résidence comme facteur potentiel de discrimination.

Cette disposition adoptée à l’unanimité par les députés constitue une avancée majeure pour l’égalité des droits.

A présent, la loi, en particulier l’article 225-1 du code pénal, reconnait ce que l’on appelle communément la « discrimination à l’adresse ». Le lieu de résidence constitue ainsi le vingtième critère de discrimination qu’un citoyen peut évoquer, au même titre que l’origine, le sexe ou l’âge par exemple.

L’inscrire dans la loi, c’était permettre à toute personne d’engager une démarche pour faire valoir ses droits si elle s’estime victime de son adresse pour l’accès à l’emploi ou à un certain nombre de services. Cette évolution a également une vocation pédagogique auprès des décideurs économiques et des institutions de notre pays : comment par exemple peut-on justifier que tel ou tel habitant n’ait pas accès à des services postaux ou à des taxis parce qu’il habite un endroit en proie à de l’insécurité ?

Deux ans après la promulgation de la loi, Sylvine Thomassin, Maire de Bondy, et Daniel Goldberg, Député de Seine-Saint-Denis, souhaitent faire un premier bilan de cette disposition dans le cadre d’une réunion publique qui se tiendra :

Mercredi 11 mai à 19h30 à l’Hôtel de ville de Bondy

 Ils ont invité Jacques Toubon, Défenseur des Droits, dont la mission est de défendre de manière indépendante l’accès aux droits des citoyens et de promouvoir l’égalité, et Said Hammouche, Directeur de Mozaïk RH, cabinet de recrutement et de conseil en ressources humaines spécialisé dans la promotion de la diversité.

Remise des tablettes numériques au collège Victor Hugo

Hier jeudi 24 mars, le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis a remis au cours d’une cérémonie, en présence des enseignants et des parents d’élèves, des tablettes numériques aux élèves de 5ème du collège Victor Hugo .

Rendre l’éducation accessible à tous pour notamment corriger les inégalités économiques et sociales, telle est la mission essentielle de l’ Ecole de la République.

L’éducation est un droit dont doit bénéficier tout citoyen et un devoir pour le gouvernement qui a lancé en 2015 un grand plan du numérique à l’école.

Au niveau de la Seine-Saint-Denis, département le plus jeune de France, Stéphane Troussel , Président du Conseil Départemental a déclaré : « l’éducation est notre 1ère priorité … il faut oser le pari du numérique ».                               Ainsi, 12 collèges « tout numérique » ont vu le jour en Seine – Saint – Denis (dont le 7ème collège d’ Aulnay, le collège Simone VEIL) avec des moyens importants (pour un collège de 600 élèves :  400 PC, 200 tablettes, des écrans dynamiques ….)

Par ailleurs, le Département a voulu lancer un dispositif innovant à travers un plan numérique  expérimental afin de doter les collèges en équipements et en ressources pédagogiques numériques complémentaires aux manuels scolaires pour les enseignants.

Les équipes enseignantes qui souhaitaient bénéficier du plan numérique ont déposé un dossier définissant leurs projets pédagogiques et les besoins de l’établissement.

Neuf collèges dont un à Aulnay-sous-Bois, le collège Victor Hugo participent cette année à ce plan numérique expérimental.

Pendant trois ans, ces neuf collèges seront des établissements pilotes de ce dispositif.

Afin de connaître et d’ utiliser au mieux ces outils numériques et ces nouvelles formes d’enseignement et d’apprentissage, les enseignants bénéficient d’un plan de formation de trois jours.

Evelyne DEMONCEAUX

Plus de 3000 livres offerts aux écoles d’Aulnay-sous-Bois par le député Daniel GOLDBERG

Notre député Daniel GOLDBERG, considérant qu’il est essentiel de favoriser le développement de la culture et le goût pour la lecture dès le plus jeune âge, a souhaité soutenir les actions de l’association Biblionef par le versement d’une subvention de 7000 € de sa réserve parlementaire de 2015. C’est ainsi qu’est né le projet de partenariat avec l’association qui a proposé de fournir 3128 ouvrages à la fois ludiques et pédagogiques aux écoles de notre ville.

Cette action a été menée avec les inspecteurs départementaux, les directeurs et les enseignants qui ont apprécié de pouvoir enrichir la bibliothèque de leur école par ce don important d’ouvrages récents et de disposer, pour les enfants, de nombreux livres neufs et de qualité. (Documentaires, albums et romans). Lire la suite