7 bureaux de vote pour la primaire citoyenne de la gauche à Aulnay

Face au danger de voir notre pays gouverné par François FILLON ou Marine LE PEN, le peuple de gauche doit choisir son candidat pour porter ses valeurs de progrès social et d’écologie.

Ainsi, les 22 et 29 janvier auront lieu les primaires citoyennes de la Gauche en vue de désigner le candidat à l’élection présidentielle de mars prochain.

Nous vous proposons 7 bureaux de vote qui regroupent plusieurs quartiers. La liste ci-jointe vous permettra de trouver le lieu où vous devrez voter, l’un des 7 points proposés incluant le bureau de vote indiqué sur votre carte d’électeur .

Lire la suite

Publicités

Sécurité : la Municipalité fait payer aux Aulnaysiens les suppressions décidées sous le gouvernement Sarkozy

Vous trouverez ci-dessous la tribune du mois de décembre 2016 des élus de l’opposition, signée par notre député Daniel Goldberg concernant la sécurité.

A grand renfort de publicité, B. Beschizza et ses élus veulent faire croire qu’ils ont la solution miracle aux problèmes de sécurité. Tout est bon : lettre payée par les habitants sans possibilité pour l’opposition de s’exprimer, mise en cause systématique de l’Etat alors que notre pays a besoin de cohésion et de respect de nos institutions.

Il est temps de rétablir la vérité : c’est le gouvernement Sarkozy – Fillon – Juppé qui a organisé la destruction de 13 000 postes de policiers et de gendarmes quand notre majorité en aura recréés 9 000. Leur erreur dramatique a eu des conséquences car on ne passe pas facilement de 488 policiers formés en 2012 à 4 600 en 2016 et autant en 2017, dont 300 nouveaux arrivent dans notre département en ce moment. Lire la suite

Le super centre nautique de B. BESCHIZZA, un projet qui fait des vagues …

Le problème à résoudre pour B. BESCHIZZA et sa majorité, c’était de mettre une croix sur l’ancienne piscine, d’échafauder en douce les plans d’un centre nautique prestigieux … puis de faire croire à la population qu’elle avait participé activement au projet …

Mais comment faire ? Rien de plus simple !

1ère étape que personne ne conteste : on ferme la piscine endommagée.

2ème étape : on demande aux maîtres-nageurs d’aller se rhabiller et on garde secrète, le plus longtemps possible, l’estimation des travaux nécessaires au sauvetage de la piscine.

3ème étape : on décide au bout de quelques mois de ne pas faire les réparations, sans justifier ce choix à la population, on liquide vite fait le matériel de la piscine puis on change la destination du site sur le PLU : plus de piscine mais possibilité de nouvelles constructions de quatre étages.

4ème étape : tout est prêt pour le super projet !

L’ancienne piscine sera rasée, une vaste campagne de pub dans les boîtes aux lettres et dans Oxygène va faire rêver ces aulnaysiens qui réclament à corps et à cri une nouvelle piscine !

5ème étape : la plus délicate… les demandes d’informations devenant de plus en plus pressantes, des réunions publiques sont enfin organisées. Lire la suite

Place J.C.Abrioux (ex- Camélinat) : le projet de « super bétonnage » du Maire !

Rappel des informations sur le legs Pecoroni, réserve foncière pour le collège et actions des élus socialistes.

Monsieur Pecoroni a légué à la Ville en 2010 sa propriété de 1 291 m2 mitoyenne du collège « Le Parc » pour un projet à usage scolaire ou périscolaire (logements instituteurs, terrain de jeux ou de sports, classes, piscine, gymnase…)

Pour le maire d’alors G. Segura et l’ensemble du conseil municipal, ce legs était l’occasion inespérée de pouvoir reconfigurer avec le Département, le collège « Le Parc »: reconstruire de nouveaux locaux sur ce terrain pour régler enfin les problèmes d’organisation et de sécurité dus aux 3 sites et avoir 2 vrais pôles fonctionnels, de part et d’autre de la place.

La nouvelle municipalité avec M. Beschizza a racheté le pavillon mitoyen de 317 m2 situé 13 Place Camélinat en septembre 2014 pour le même projet, portant la réserve foncière à 1 608 m2.

Coup de théâtre en Décembre 2015: M. BESCHIZZA décide de tout vendre à un promoteur !

Afin de bloquer cette opération qui ne respecterait ni le testament ni l’avenir du collège, nos elus socialistes ont voté CONTRE et ont déposé un recours au Tribunal administratif.

Lire la suite

De nouveaux locaux pour la « Ressourcerie 2mains »

Le jeudi 29 septembre, la Ressourcerie 2 mains a inauguré ses nouveaux locaux situés au 1-13 rue Edouard Branly à Aulnay (zone industrielle de la Garenne, quartier Balagny, piscine).

Une belle inauguration en présence du Président de l’association et de l’équipe encadrante, de salariés, de bénévoles, de nombreux élus, des principaux partenaires et de tous ceux qui ont voulu visiter les locaux et témoigner leur sympathie pour cette association importante.

Une visite guidée très intéressante a permis de découvrir les 1174 m2 comprenant de grands espaces de rangement par type d’objets (meubles, vaisselle, vêtements, appareils divers…), les ateliers de menuiserie ou d’électricité pour vérifier, réparer, revaloriser les objets, un espace de sensibilisation au recyclage avec un atelier d’activités créatives et enfin, dans un cadre très accueillant, une boutique de 270 m2 proposant les objets recyclés à petits prix. Lire la suite

Une inauguration du Parc Félix Fessard « aux petits oignons »

Tout était parfait le 7 juin pour l’inauguration du Parc paysager Félix Fessard : les pelouses bien tondues, un ruban tricolore qui attendait d’être coupé, la présence des architectes et paysagistes, de la directrice des Espaces verts, des agents municipaux, des élus, les cyclistes de la « fête du vélo» dont le parcours passait par ce parc … et d’une poignée d’habitants des immeubles voisins.

Il y avait aussi, bien que pas du tout invités et sans doute pas du tout attendus, d’anciens élus dont l’ancien maire Gérard Segura et enfin le député Daniel Goldberg.

Le maire B. Beschizza a débuté son discours, après un regard vers l’ancien maire, en déclarant qu’il était bien agréable pour un élu de faire des inaugurations. Il a insisté sur le fait qu’aménager une ville, c’était aussi prévoir des espaces verts et que les habitants, selon une phrase qui lui est chère ont besoin de « bon et de beau ».

Alors un petit rappel s’impose …

La création de ce parc, pratiquement terminé depuis 2 ans mais qui attendait les derniers aménagements, a été décidée par les élus de l’ancienne majorité .
Lire la suite

Discrimination à l’adresse : Daniel Goldberg fait un premier bilan

En 2013, lors du débat à l’Assemblée nationale sur la loi réformant la politique de la ville portée par François Lamy, Daniel Goldberg a permis la reconnaissance du lieu de résidence comme facteur potentiel de discrimination.

Cette disposition adoptée à l’unanimité par les députés constitue une avancée majeure pour l’égalité des droits.

A présent, la loi, en particulier l’article 225-1 du code pénal, reconnait ce que l’on appelle communément la « discrimination à l’adresse ». Le lieu de résidence constitue ainsi le vingtième critère de discrimination qu’un citoyen peut évoquer, au même titre que l’origine, le sexe ou l’âge par exemple.

L’inscrire dans la loi, c’était permettre à toute personne d’engager une démarche pour faire valoir ses droits si elle s’estime victime de son adresse pour l’accès à l’emploi ou à un certain nombre de services. Cette évolution a également une vocation pédagogique auprès des décideurs économiques et des institutions de notre pays : comment par exemple peut-on justifier que tel ou tel habitant n’ait pas accès à des services postaux ou à des taxis parce qu’il habite un endroit en proie à de l’insécurité ?

Deux ans après la promulgation de la loi, Sylvine Thomassin, Maire de Bondy, et Daniel Goldberg, Député de Seine-Saint-Denis, souhaitent faire un premier bilan de cette disposition dans le cadre d’une réunion publique qui se tiendra :

Mercredi 11 mai à 19h30 à l’Hôtel de ville de Bondy

 Ils ont invité Jacques Toubon, Défenseur des Droits, dont la mission est de défendre de manière indépendante l’accès aux droits des citoyens et de promouvoir l’égalité, et Said Hammouche, Directeur de Mozaïk RH, cabinet de recrutement et de conseil en ressources humaines spécialisé dans la promotion de la diversité.

Mais que deviennent les conseils de quartier?

Depuis 2 ans, la participation des habitants est en chute libre ! Par le passé, ces instances de démocratie participative étaient vues comme essentielles pour débattre librement entre habitants, élus et agents municipaux.

De belles réalisations sont nées de ces conseils comme les jardins partagés du Gros saule et de la Rose des vents, l’aménagement de carrefours, l’installation de bancs ou de jeux, un stade synthétique à la Cité de l’Europe, le projet d’aménagement du terrain du CMMP ou du site de la Croix Blanche maintenant à l’abandon depuis 2 ans..

A présent, les Aulnaysiens ne s’y retrouvent plus ! La municipalité a décidé de passer de 12 à 8 quartiers plus grands et organise moins de réunions, d’où un désintérêt de la population. En effet, il s’agit plus de communiquer sur des projets déjà décidés que d’impliquer réellement les habitants à leur conception et à leur mise en œuvre : ordre du jour fixé par la municipalité, des élus qui donnent des informations générales et écoutent peu, un suivi aléatoire des échanges entre deux réunions. Le rôle du citoyen est cantonné à être informé sur des sujets encadrés. Il doit écouter, mais surtout pas débattre ou proposer.

En réduisant ces conseils à de simples chambres d’enregistrement, la municipalité se prive de la connaissance et de l’expertise des Aulnaysiens, de leur capacité à élaborer des projets pour le bien commun et ne favorise pas non plus la cohésion sociale.

Décidément cette majorité de droite a un problème avec la démocratie…

Oussouf SIBY

De quoi la non-politique culturelle à Aulnay est-elle le nom ?

Cette semaine et la suivante, les militants et sympathisants de la section aulnaysienne du Parti socialiste participent à une distribution de documents informatifs portant sur la politique culturelle de la municipalité, ou plutôt l’absence d’une telle politique culturelle depuis deux ans maintenant.

L’action que nous menons prend un retentissement particulier à l’aune de deux éléments : la crainte des habitants quant à la disparition de la scène du CAP et le vote du budget.

Concernant le CAP, peut-être est-ce important de revenir sur quelques rapides points de contexte. Depuis plusieurs mois, la municipalité – notamment par les voix de son maire et de sa première adjointe, l’adjoint chargé des affaires culturelles étant étrangement muet ou inaudible – a multiplié les déclarations concernant la scène du quartier de la Rose des vents. « Elitiste », « pas un équipement de proximité », fréquenté par des « parisiens », tels sont les mots employés par l’équipe municipale pour qualifier la scène culturelle. Sans chiffres à l’appui (ce serait dommage de donner des éléments factuels pour une fois), la sentence est donc décidée : le CAP va devoir changer. Or, c’est la peine qui est pour l’instant inconnue et la majorité municipale rivalise d’originalité dans ses changements d’options : un jour, seule la programmation doit être bousculée, un autre, il doit se transformer en maison des jeunes, encore un autre, en maison des artistes ou réunir toutes les activités de danse de la commune. Autant dire que tout cela est bien confus, et bien peu sérieux.

La volonté de transformer le CAP en petit équipement de quartier sans ambition ne fait donc plus de doute. C’est d’ailleurs prendre les habitants et les acteurs associatifs et politiques locaux pour des idiots que de continuer d’essayer de leur faire croire que le CAP connaîtra une renaissance grâce à ces changements. Alors qu’aucun projet crédible n’a été présenté en Conseil municipal, voilà où en est la scène aulnaysienne aujourd’hui : baisse des subventions municipales, suppression d’un tiers des postes, suppression du service communication et refus d’accepter un label qui aurait apporter 90 000 euros de subventions au CAP (la Ville a donc les moyens de refuser des sommes pareilles, première nouvelle). Somme toute, c’est bel et bien un étouffement financier qui attend le CAP, et rien d’autre. Lire la suite

LE CAP L’ELITE DES SCENES DE MUSIQUES ACTUELLES EN PERIL

Le Cap devrait peut-être fêter son 15ème anniversaire à l’automne prochain, mais sous quelle forme  et avec quel projet de fonctionnement ?

Le Cap est une scène de musiques actuelles, « trop élitiste et destinée aux parisiens », tels ont été les propos tenus par le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza dans le Parisien du 18 janvier 2016.

La première réflexion qui me vient à l’esprit, est d’essayer de comprendre sur quelle base le maire d’Aulnay-Sous-Bois fonde-t-il cette affirmation ? Une enquête sur les publics du Cap a-t-elle été faite ? Les musiques diffusées au Cap seraient-elles dédiées à une élite ?

Lire la suite