Quartiers populaires : l’urgence d’une obligation de résultats !

Vous trouverez ci dessous la tribune du Groupe des élu(e)s Socialistes, Radicaux et Républicains, signée par Latifa BEZZAOUYA ,Conseillère Municipale

Alors que le gouvernement actuel s’enorgueillit de ses annonces successives, beaucoup d’habitants n’en voient pas la couleur et la vie dans les quartiers populaires est en attente de solutions de long terme. Si certains progrès ont eu lieu, comme le dédoublement des classes dans certains CP, ils ont été possible grâce au recrutement de 60 000 postes d’enseignants sous le précédent quinquennat, postes détruits en 2010 sous N. Sarkozy…quand J‑M. Blanquer était directeur de l’administration scolaire !

C’est pour cela que le rapport de Jean-Louis Borloo est arrivé au bon moment et qu’il faut soutenir sa démarche. Il pointe l’urgence de la situation pour ne pas couper un certain nombre de quartiers de l’ensemble du pays. Emploi, formation, sport, ressources des communes, beaucoup de sujets sont abordés avec un fil rouge qui est le fait de passer d’une obligation de moyens à une obligation de résultats. Il est donc désolant que le gouvernement renonce à le prendre en compte réellement.

Mais il faut aussi arrêter les hypocrisies : on ne peut soutenir la démarche de J-L. Borloo et refuser de lutter contre les inégalités territoriales bien présentes à Aulnay-sous-Bois où la municipalité ne mène pas la même politique publique dans tous les quartiers. On ne peut pas dire soutenir cette démarche quand on refuse de dire que l’ouest parisien et nombre de communes dirigées par des maires LR refusent de partager les richesses produites bien souvent par le travail d’Aulnaysiens.

Parce que la France a besoin des habitants des villes comme Aulnay-sous-Bois, nous continuerons de porter l’exigence d’égalité et de justice pour nos quartiers.

Subventions Macron pour la rénovation d’écoles en zone prioritaire: une aubaine pour la ville !

Lors du dernier Conseil municipal, le Maire et son élue en charge de l’éducation ont présenté les projets de rénovation – extension des écoles Perrières et Savigny.
Il y a effectivement un réel besoin de rénover et de reconfigurer ces groupes scolaires des années 70 comportant des bâtiments disparates.
Un besoin renforcé depuis 1 an par le dispositif MACRON « 100% de réussite » qui prévoit notamment le dédoublement des classes de CP et CE1 dans les écoles situées en Réseau éducation prioritaire renforcée. D’où la nécessité de pouvoir disposer de locaux supplémentaires pour travailler en demi-classe, ce qui n’est pas le cas actuellement sur ces 2 groupes scolaires. Lire la suite

B. Beschizza impose un barrage filtrant lors du Conseil municipal du 23 mai

Pour le 3ème Conseil municipal consécutif, les élus et le public désireux d’assister aux débats étaient accueillis par les forces de police et des agents de sécurité. L’ordre donné par le Maire était clair : barrer la route aux personnes venues manifester leur soutien à Hadama Traoré, afin d’éviter toute perturbation en conseil municipal.

Certes, le Maire est responsable du bon déroulement du conseil et doit garantir la sécurité aux élus et aux personnes présentes, au sein de la Mairie. Il a le droit d’interdire l’accès de la salle municipale aux personnes qui risquent de provoquer des incidents.

Seulement voilà ! Sur quels critères filtrer les personnes ?Mercredi dernier, les forces de police ne pouvant pas identifier à coup sûr les personnes susceptibles de manifester, malgré l’aide apportée par un membre du cabinet du Maire, le filtrage s’est fait sur des critères arbitraires et discriminatoires puisque toutes les personnes noires ou maghrébines, d’emblée assimilées à des personnes venues montrer leur soutien à d’ Hadama Traoré restaient à la porte. Lire la suite

Protection fonctionnelle exclusivement réservée aux élus de la majorité ?

Récemment, 4 élus de la majorité dont le Maire ont fait l’objet de propos diffamatoires et injurieux sur les réseaux sociaux.

La loi précise que « La commune est tenue de protéger le maire ou les élus municipaux … contre les violences, menaces ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion ou du fait de leurs fonctions et de réparer le cas échéant, le préjudice qui en est résulté ».

Les 4 élus concernés ont déposé plainte, déclenchant de nouvelles procédures judiciaires.

4 délibérations demandant leur protection fonctionnelle ont donc été votées au conseil municipal du 23 mai. En clair, l’attribution de cette protection fonctionnelle permettra aux élus de faire payer les frais d’avocat par les aulnaysiens.

Les élus de l’opposition ont voté ABSTENTION et ont expliqué leur position . Lire la suite

Budget 2018 de M. Beschizza et ses élus : moins de services publics et des investissements insuffisants malgré la course aux emprunts.

Le conseil municipal du 4 avril a révélé une situation budgétaire très tendue, dégradée par rapport à 2016 et un budget 2018 placé sous le signe de l’austérité et de l’accroissement de la dette.
Après avoir critiqué avec virulence la politique budgétaire de l’ancienne majorité, M. Beschizza et ses élus font l’expérience d’un problème récurrent mais amplifié cette année : les dépenses de fonctionnement augmentent plus vite que les recettes. Mais bien sûr, au lieu d’assumer leurs résultats, ils rejettent la responsabilité sur l’ancienne mandature alors qu’ils sont élus depuis 4 ans ! Lire la suite

Depuis 2014, un bétonnage galopant mal assumé

L’urbanisme de B. Beschizza suscite une telle désapprobation des aulnaysiens qu’un tract de 4 pages au financement douteux, a été distribué dans le sud pour tenter de justifier par des chiffres faux et des informations erronées, son hyper bétonnage.
Il est dit: Ségura voulait 660 logements par an, Beschizza en fait 200.
FAUX. L’ancienne municipalité, elle aussi contrainte par l’Etat à faire 660 logts/an et face à un retard de construction de 20 ans (9 000 demandes en attente) a construit 210 nouveaux logts/an.
Axe Mitry Princet :1 700 logements sur 15 ans avec Ségura, ramené à 700 par Beschizza. Certes, mais déjà 500 sur Princet-Soleil Levant en 3 ans. Combien en 15 ans ?
Avec Ségura: « un bétonnage souvent en pleine zone pavillonnaire ». FAUX ! Les constructions permises principalement autour du centre gare y sont minimes par rapport à aujourd’hui. Lire la suite

Urbanisme : la vérité AVANT Beschizza et DEPUIS Beschizza

La politique d’urbanisme de B. Beschizza suscite une telle désapprobation des aulnaysiens qu’un tract de 4 pages au financement douteux, a été distribué récemment dans les quartiers sud pour tenter de justifier par des chiffres faux et des informations erronées, le bétonnage accéléré et sans concertation du maire.

On lit dans ce tract : Ségura voulait 660 logements par an, Beschizza en fait 200.

FAUX. L’ancienne municipalité conduite par G.Ségura devait, comme c’est le cas actuellement, tenir compte du SDRIF, Schéma Directeur Région Ile de France qui fixait pour Aulnay l’objectif de 660 nouveaux logements par an. Elle devait également fait face à une situation critique voire dramatique pour certains.

En effet, après la grande période de construction 1960 – 1990, le nombre de nouveaux logements a diminué, 98 par an jusqu’en 1990 puis chuté à 66 par an de 2000 à 2005. Aulnay a accumulé pendant 20 ans un retard de logements alors que le nombre de ménages aulnaysiens a augmenté durant cette période, les enfants ayant fondé à leur tour une famille. D’où 9 000 demandes en attente,1 479 familles en sur-occupation . Lire la suite

Après 4 ans de silence, quel avenir pour l’aménagement du terrain de la Croix Blanche ?

Alors que depuis 2014 l’ex terrain des Impôts ne fait l’objet d’aucune discussion entre la mairie et les aulnaysiens, que des tas de gravats s’entassent à présent au pied des chênes centenaires du site, on lit dans le 4 pages distribué dans les boîtes aux lettres intitulé Aulnay-sous-Bois préserve son patrimoine : « Intox, la ville n’a pas oublié le terrain de la Croix Blanche . »

Il ne s’agit pas d’ INTOX mais du CONSTAT des aulnaysiens parfaitement capables de s’exprimer sur les choix de cette municipalité en matière d’urbanisme.

On se doute bien qu’un projet verra le jour tôt ou tard mais les questions essentielles sont les suivantes : quel projet ? pour qui et à quel prix pour les habitants et pour la Ville ?

Caricature grossière et mensongère lorsqu’on lit: « la précédente municipalité avait pour projet de bétonner avec violence et sans concertation le terrain de l’ancien Hôtel des Impôts. » Lire la suite

« Aulnay-sous-Bois préserve son patrimoine »… Qui a payé ces 4 pages d’intox ?

Les aulnaysiens ont découvert dans leur boîte aux lettres un document de 4 pages publié par Alexandre CONAN intitulé « Aulnay-sous-Bois sauve son patrimoine. »
C’est ni plus ni moins un « tract » qui accumule des chiffres faux et des informations erronées pour mettre en parallèle le soi-disant bétonnage  de l’ancienne municipalité et la politique de B.Beschizza qui aurait stoppé ce bétonnage depuis 2014 et sauvegardé le patrimoine !

Mais, détail qui est loin d’être négligeable : qui a pu payer un tel document diffusé à grande échelle? Sans doute pas M.Conan sur ses fonds personnels, lui qui n’ est embauché que depuis peu par la Mairie au service de la communication !
Alors qui a payé ? On n’ose imaginer que le financement vienne des deniers publics et que ce soit les aulnaysiens qui financent cette propagande du Maire avec leurs impôts … Ils paient déjà chaque mois un journal municipal essentiellement destiné à encenser la politique actuelle. Lire la suite

La position des élus socialistes et radicaux sur le débat d’Orientations budgétaires

Le DOB, Débat d’Orientations Budgétaires est un document que le Maire doit présenter et soumettre à un débat en conseil municipal dans les 2 mois précédant le vote du budget de la Ville. Le débat prévu pour ce mercredi 7 Mars n’a pas eu lieu et nous, élus PS, en donnons les explications dans le communiqué commun des Elus d’opposition de gauche.

Voici donc notre analyse du DOB , l’intervention que nous nous apprêtions à faire en conseil municipal.

1- Le contexte général :

Dans son DOB, la municipalité actuelle se demande si les collectivités locales ne seront pas obligées d’augmenter leur fiscalité pour compenser les baisses de dotation dues à la réforme de la taxe d’habitation alors que depuis 2014, ils ont tenu l’engagement de ne pas augmenter les impôts.

Notre réponse : La municipalité précédente a, elle aussi, tenu le même engagement, celui de ne pas augmenter les impôts durant son mandat. Juste pour rappel, les choix de F. Fillon pour les budgets des collectivités locales n’étaient qu’austérité et coupe dans les emplois de la fonction publique (jusqu’à 500 000 !). E. Macron choisit la réforme de la taxe d’habitation : aujourd’hui environ 30% de la population est exonérée ou dégrevée. Pour atteindre sa promesse électorale des 80% puis 100 % d’exonération, Bercy doit trouver 18 Mds€ pour compenser les communes. Soit il ne compensera pas (pour exemple, N. Sarkozy nous avait infligé en 2011 une baisse de 12% soit 1 M de moins sur la dotation de compensation de la Taxe Professionnelle) soit il compensera avec un impôt comme la ministre Jacqueline Gourault l’a laissé entendre, car l’argent doit bien venir de quelque part. (Impôt sur le revenu, TVA, taxe essence, tabac …). Mais dans ce cas, cette compensation va figer les inégalités de ressources des collectivités locales et nous dénonçons cette injustice qui consiste à compenser de la même manière Puteaux et Aulnay. D’ailleurs, nous sommes prêts à mener une démarche avec vous auprès de l’Etat pour que vos amis LR de Puteaux perçoivent moins de compensation et pour qu’Aulnay puisse bénéficier de ressources supplémentaires. C’est tout simplement une question d’équité…

Lire la suite