Promesse du Maire de ne pas construire sur le Parc Ballanger : restons vigilants et mobilisés !

Hier soir en conseil municipal, les élus devaient se prononcer sur le bilan de la concertation publique concernant le projet Val Francilia, l’ancien site PSA.

Pour nous, élus socialistes, tout est à reprendre sur de nouvelles bases ! Cette concertation éclair n’a permis ni d’aller au bout des discussions, ni de faire de vraies propositions, les 3 ateliers (emploi/campus – sports/loisirs – attractivité/vie de quartier) avec 35,15 et 22 personnes n’ayant eu lieu qu’une seule fois, pendant une heure et demie.

Malgré la demande des associations aulnaysiennes très mobilisées sur le sujet, les études préalables présentant plusieurs alternatives n’ont jamais été fournies. Les participants aux ateliers ont du se contenter d’un livret de 8 pages, sorte de livret publicitaire présentant un projet tout ficelé, avec la liste des points « non négociables » dont la construction d’immeubles sur 5 ha du Parc Ballanger. Au moins 2 500 logements pour réaliser l’équilibre financier de l’opération. Impossible dans ces conditions de pouvoir imaginer un projet satisfait en si peu de temps, avec si peu d’éléments et avec ces contraintes. Lire la suite

Publicités

Elections européennes , Pour une Europe écologique et sociale, Le 26 mai, VOTEZ pour la liste Envie d’Europe portée par Raphaël GLUCKSMANN

Liste du Parti Socialiste, Place publique, Nouvelle donne, PRG

L’Europe est notre avenir.

Nous avons besoin d’elle pour maîtriser notre destin, pour lutter contre le réchauffement climatique et la disparition de la biodiversité, pour imposer des règles aux multinationales et au commerce mondial, pour peser face à l’Amérique de Trump, la Russie de Poutine et la Chine de Xi Jinping. Or l’Union européenne, dénaturée par les lobbies et attaquée par les nationalistes, est aujourd’hui menacée d’implosion.

Il est temps de changer les politiques menées à Bruxelles.

Il est temps de transformer le premier marché mondial en puissance capable de protéger notre environnement et notre santé, nos emplois et nos valeurs. Lire la suite

Elections européennes du 26 mai 2019, un seul tour pour choisir la liste portée par Raphaël Glucksmann.

10 combats communs pour changer l’Europe,

1- L’écologie et la justice sociale d’abord.

Créer le «Pacte Finance-Climat-Biodiversité », un grand plan d’investissement pour diminuer nos émissions de CO2, créer des emplois, améliorer notre santé, sortir de la règle des 3% de déficit en faisant valoir un principe d’exception écologique.

2- Une alimentation saine, de qualité et une agriculture sans pesticides.

Faire de la santé et de la sécurité alimentaire des priorités absolues. Lutter pour une politique agricole commune qui accompagne les agriculteurs dans la transition.

3- Un protectionnisme social et écologique pour une autre mondialisation.

Exiger un moratoire sur les accords de libre-échange. Les importations qui ne respectent pas les normes sociales et environnementales seront taxées. Veiller à ce que les règles de la concurrence permettent le développement d’une stratégie industrielle et l’émergence d’entreprises d’excellence.

4- Combattre le dumping social et développer l’Europe du progrès social.

Pour un SMIC européen d’au moins 65% du salaire médian et un bouclier emploi pour former plus que licencier. Pour un modèle européen d’entreprise qui donne autant de pouvoir aux salariés qu’ aux actionnaires dans les conseils d’administration. Lire la suite

CDG Express : manque d’engagement et ambiguïtés de B. Beschizza

L’aventure du CDG Express avait bien mal commencé pour Bruno Beschizza , Président du « Territoire Paris Terre d’envol » lors du conseil de Territoire du 12 novembre 2018 où les élus devaient se prononcer sur le volet environnemental de la ligne CDG Express. L’opposition de quelques élus – dont les deux représentants de l’opposition de la gauche aulnaysienne – avait fait voler en éclat le beau et gentil consensus proposé par Bruno Beschizza qui plutôt que de s’opposer fermement au projet, posait des conditions qui, on le sait tous, ont peu de chances d’être respectées. Plutôt que d’engager un débat difficile, il avait préféré retirer sa délibération.

Deux jours plus tard, au conseil municipal d’Aulnay, Bruno Beschizza, ayant fait un virage à 180°, appelait à voter CONTRE sa propre délibération ! Grâce aux élus de l’opposition qui avaient bien identifié et anticipé les problèmes liés au CDG Express, les conseillers municipaux avaient voté à l’unanimité CONTRE le projet.

Cependant, pour Bruno Beschizza et sa majorité dont le député Alain Ramadier et la sénatrice Annie Delmont-Koropolis, cette opposition ne s’est pas traduite par des actes clairs et concrets pour s’opposer au CDG Express et défendre les intérêts de dizaines de milliers d’Aulnaysiens qui empruntent chaque jour le RER B mais aussi la ligne K. Lire la suite

B. Beschizza, 5 ans d’opacité, de manque de démocratie et d’engagement politique.

Le Maire n’est pas crédible ! Malgré un vote CONTRE la construction du CDG Express au Territoire et à Aulnay grâce à son ralliement à l’avis des élus de l’opposition, sa position se réduit maintenant à la simple demande de garanties pour les usagers du RER B, sans dire NON au projet, comme la Maire de Mitry-Mory et les opposants qui perturbent l’accès au chantier. Une position politique bien tiède quand on sait que ce projet reliant la gare de l’est à Roissy est massivement rejeté. Un projet élitiste, déficitaire, largement subventionné par l’État au détriment de la rénovation du RER B, qui détériorera le fonctionnement et la régularité de la ligne B du RER empruntée par 900 000 passagers par jour, en utilisant les mêmes voies sur l’essentiel du parcours.

Aucune position de B. Beschizza sur le projet de l’Etat de privatiser Aéroports de Paris, allant jusqu’à refuser le vœu présenté par l’opposition en conseil municipal pour dénoncer ce non-sens et ce scandale politique et financier.

Le patrimoine aulnaysien est attaqué de toutes parts: démolition de l’ancienne piscine qu’il était possible de rénover totalement pour 9 M, hécatombe d’arbres centenaires, vente d’une partie du Parc Ballanger aux promoteurs pour la construction, tout d’abord de 3 300 logements, depuis peu ramenés à 2 500 en réunion publique. Finalement, combien et pourquoi tant de logements sur la partie ouest du parc, quels types de logements et pour qui ?

Malgré la perspective de problèmes liés à une forte concentration d’immeubles et un parc amputé de 5 hectares, le Maire champion du bétonnage n’hésite pas à construire sur ces terrains qui appartiennent à la ville. C’est une bonne affaire qui rapportera davantage de taxes.

Tout cela dans un simulacre de concertation où l’on découvre au compte- goutte des dossiers erronés et des projets en grande partie déjà validés.

Enfin, le Maire si prompt à attaquer en justice ses opposants politiques n’était pas présent pour présenter ses arguments au procès des élus qu’il a attaqués pour leur communiqué contre son arrêté interdisant les affiches de lutte contre le sida sur la ville en 2016. Le jugement sera rendu le 24 mai.

Nous sommes sereins et restons convaincus de la justesse de notre bataille, pour la défense des actions utiles de santé publique, d’égalité des droits et de refus de toute stigmatisation d’une quelconque partie de la population.

Les élus socialistes.

B. Bechizza signe le « diktat financier » de l’ Etat « sans ciller » !

Beschizza a signé lundi dernier avec le Ministre des Comptes publics Gérard Darmanin ex LR, le CONTRAT instauré par le gouvernement. Les 2 hommes se connaissent bien, ce fut une signature avec courbettes et compliments pour les efforts d’un Maire qui s’engage à ne pas augmenter les dépenses de plus de 1,3 %. En réalité, le Ministre fixait l’augmentation à 1,5 % pour Aulnay mais le Maire a fait du zèle en voulant faire mieux, pas plus de 1,3 %  d’augmentation …. Lire la suite

En Seine-Saint-Denis, une rupture d’égalité inacceptable

Depuis des décennies, les difficultés de notre département et le manque de moyens sont bien connus.Les pouvoirs publics, pourtant, ne sont pas restés inactifs. D’indéniables efforts ont été consacrés, à la rénovation de l’habitat, à l’amélioration des transports en commun, même si elle reste trop lente, aux politiques sociales en direction des plus fragiles. Mais les inégalités entre territoires sont réelles: l’ Etat donne moins en Seine-Saint-Denis. Ce ne serait que justice que de planifier réparation et rattrapage en Seine-Saint-Denis et que dans ce département, les communes les plus riches partagent les richesses avec les communes plus pauvres.

C’est dire que le Plan Banlieue de Jean-Louis Borloo en faveur des quartiers en difficulté était attendu:

En voici les points essentiels : Lire la suite

Présidentielles 2017: La lettre du député Daniel Goldberg

Au lendemain du 1er tour des élections présidentielles, notre député Daniel Goldberg a décidé de s’adresser dans une lettre aux habitants d’Aulnay-sous-Bois, de Bondy et des Pavillons-sous-Bois. Vous trouverez-ci dessous sa lettre:

 » Madame, Monsieur,

Dimanche dernier, les Françaises et les Français ont choisi les candidats qui participeront au second tour de l’élection présidentielle. C’est un moment décisif de notre histoire collective. Député représentant Aulnay-sous-Bois, Bondy et les Pavillons-sous-Bois à l’Assemblée nationale, je me dois de vous faire part de mon choix.

Chacun connaît mon engagement et mes convictions pour plus de justice et plus d’égalité. Je veux que la France entre véritablement dans le 21 ème siècle et engage une transition écologique qui favorise l’emploi et le pouvoir d’achat. Je sais que les inégalités et les discriminations de tous ordres minent notre développement. Je pense que nos institutions sont dépassées et ne permettent plus aux citoyens d’être pleinement acteurs de leur vie et du devenir du pays. Je crois à une France rassemblée pour qu’elle soit plus belle, plus forte et plus audacieuse.

Aussi, je ne peux voir la France tomber dans les mains d’une caste représentée par Marine Le Pen et le Front national dont les discours de haine et de repli sur soi sont à peine masqués le temps de la campagne électorale.

Le 7 mai, je voterai pour Emmanuel Macron. J’ai des désaccords profonds avec nombre de ses propositions. La France n’a pas besoin d’homme providentiel, mais doit au contraire se retrouver collectivement. La fragilisation des salariés n’est pas gage de développement pour eux-mêmes, ni pour l’économie du pays. La mondialisation débridée détruit beaucoup de nos vies et les États doivent reprendre la main pour la réguler.

Mais, ces désaccords ne me font pas oublier l’essentiel de ce qui nous rassemble : la défense de la République, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. Face au terrorisme, c’est en ne cédant en rien sur nos valeurs que nous nous protégerons ensemble.

Le nouveau Président de la République devra tenir compte des conditions de son élection. Au mois de juin, vous choisirez une majorité à l’Assemblée nationale qui déterminera alors les contours d’un nouveau gouvernement. Le devenir de notre pays est encore à écrire. Je veux y être utile et prendrai toute ma part pour faire du progrès partagé une valeur d’avenir.

 Le 7 mai, notre démocratie a besoin de votre voix. »

Le député organise une visite de l’Assemblée nationale samedi 18 mars à 14h30!

Notre député Daniel Goldberg organise la dernière visite de l’Assemblée nationale pour les Aulnaysiens, Bondynois et Pavillonais avant les élections ce samedi 18 mars à 14h30. Pour tous ceux et celles qui souhaitent y participer, vous devez envoyer un mail avec nom, prénom, date et lieu de naissance à dgoldberg@assemblee-nationale.fr ou contacter son équipe parlementaire au 0148690645 au plus tard le mardi 14 mars à 16h.

Oussouf SIBY

Orientations Budgétaires 2017: Le maire et ses élus poursuivent la casse du service public

Mercredi soir, le débat sur les orientations budgétaires pour 2017 a eu lieu au conseil municipal.

Guy Challier est intervenu au nom du groupe des socialistes et républicains.

Voici les grandes lignes de son intervention.

Quelques mots sur le bilan 2016 :

Le budget 2016 est équilibré mais la situation reste tendue, compte-tenu de dotations budgétaires en baisse et des charges de fonctionnement qui évoluent peu. La marge dégagée n’a pas permis de financer des investissements pourtant très limités, d’où un recours à l’emprunt. Lire la suite