Huit élus mis en examen pour avoir condamné l’arrêté du maire d’Aulnay-sous-Bois s’opposant à la prévention contre le sida !

Communiqué des élus PS-PCF-PRG d’Aulnay-sous-Bois convoqués ce mardi 9 janvier 2018 au Tribunal de Grande Instance de Paris pour avoir en novembre 2016 condamné l’arrêté pris par le maire s’opposant à une campagne nationale de lutte contre le sida.
Perdant sur le terrain judiciaire, puisque le tribunal administratif a jugé cet arrêté illégal et jugé sévèrement par le Défenseur des Droits, B.BESCHIZZA choisit de s’attaquer à ses seuls opposants locaux.

Ci-dessous le communiqué:

Fin 2016, B. Beschizza, maire d’Aulnay-sous-Bois, déclenchait une polémique nationale par un arrêté interdisant sur l’ensemble de la commune la présence des affiches de la campagne de prévention contre le sida engagée par le Ministère de la santé.

Vilipendé par nombre d’associations, notamment de défense des homosexuels, par des personnalités médiatiques dans plusieurs émissions de télévision et de radio, par des artistes ainsi que par la Ministre de la santé de l’époque, B. Beschizza a choisi, avec un grand courage (!), de ne s’attaquer par voie judiciaire qu’à ses opposants politiques locaux et à trois blogueurs aulnaysiens. Lire la suite

Publicités

Bruno Beschizza ternit les valeurs de l’olympisme

Quelle ne fut notre surprise d’apprendre que le maire d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza a organisé une cérémonie d’accueil des Médaillés Olympique 2016, hier soir, le jeudi 15 septembre 2016 à 19 heures dans les salons de l’hôtel de ville

A cette cérémonie, il a convié les Présidents des clubs sportifs ainsi que les élus de sa majorité.

Or, le carton d’invitation officielle indiquait, la mention protocolaire suivante : «  … le Conseil Municipal ont le plaisir de vous convier à la Cérémonie d’accueil des Médaillés Olympiques 2016 ». Encore une fois, le premier magistrat de la ville commet une confusion impardonnable , celle de résumer le conseil municipal à la simple représentation des élus de sa majorité.

Malheureusement cette attitude est devenue une habitude pour le Maire. On ne peut pas d’un côté s’accaparer le nom «les Républicains» et de l’autre faire le tri parmi les élus municipaux.

Lire la suite