Pour que Aulnay reste Aulnay !

A grand renfort de communication payée par nos impôts, B. Beschizza veut persuader de la justesse de ses choix. Pourtant, les Aulnaysiens n’en recueillent aucun côté positif.

Sur l’éducation, ce sont de multiples volte-faces depuis 2014, surtout par soucis d’économie, et rien pour compenser le passage à la semaine de 4 jours, qui correspond à un mois d’École en moins. Les TAP sont supprimés et les tarifs des activités périscolaires augmentés.

Pour l’aménagement, c’est un développement séparé des quartiers qui est mis en place, avec le refus de toute mixité de l’habitat et la construction massive de résidences de luxe qui ne permettent pas aux classes moyennes ou modestes de se loger.

La démocratie locale est en berne avec l’exclusion de ceux qui ne font pas allégeance : filtrage politique du public lors du dernier Conseil municipal, traitement différencié des élus dans l’accès à l’information et aux initiatives municipales, des poursuites judiciaires payées par les contribuables ou des conseils de quartier de propagande pour des projets déjà décidés (piscine, place Camélinat, terrains PSA,…).

Et même sur la sécurité, les choix discutables et très coûteux  montrent leurs limites, comme nous l’a rappelé malheureusement l’actualité récente. La sécurité, ce n’est pas que des caméras et des verbalisations, c’est aussi une présence humaine accrue sur le terrain, de prévention et de dissuasion.

En plus, le parti LR dérive maintenant vers des valeurs nationalistes et le repli sur soi. Nous ne voulons pas que, après avoir voulu transformer notre ville en Sarkoshow, puis en Fillontown, nous tombions maintenant en Wauquiezcity !

Nous souhaitons un bel été aux petits et grands.

Publicités

Le « chèque réussite », une aide du Département de 200 € pour la rentrée en 6 ème.

Pour la 4ème année consécutive, le Département de Seine-Saint-Denis reconduit cette mesure exceptionnelle : un chèque de 200 € pour les élèves entrant en 6 ème dans un collège public de Seine-Seine-Denis et domiciliés dans le département.

Cette mesure va au-delà des compétences obligatoires du Département en matière éducative mais vise à encourager la réussite de tous les élèves.

« Cette aide répond aux difficultés sociales des familles de la Seine-Saint-Denis et à l’augmentation constante du coût de la rentrée, en donnant un coup de pouce à leur pouvoir d’achat » a déclaré Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental. Lire la suite

Le Plan mercredi du ministre BLANQUER : un Plan de « rattrapage » ?

Maintenant que le Ministre de l’éducation nationale Jean Michel BLANQUER a provoqué un retour massif à la semaine scolaire de 4 jours en laissant le libre choix aux maires, qu’il est responsable de ce fait, de la perte d’un mois d’école pour les petits français, il se préoccupe du mercredi en déclarant « Trop souvent les enfants restent le mercredi chez eux ».

Veut-il atténuer par ce « Plan mercredi » les critiques des spécialistes de l’éducation qui dénoncent le retour à 4 jours d’école, avec le même programme et les mêmes congés scolaires comme « la pire des hérésies » et mieux faire passer la pilule ?

Rappelons que les écoliers français n’auront plus que 144 jours de classe contre 190 jours dans tous les pays européens et que remplacer le mercredi matin par des heures en fin de journée, c’est remplacer des heures propices à l’apprentissage par des heures où les enfants sont fatigués et n’apprennent plus. Lire la suite

En Seine-Saint-Denis, une rupture d’égalité inacceptable

Depuis des décennies, les difficultés de notre département et le manque de moyens sont bien connus.Les pouvoirs publics, pourtant, ne sont pas restés inactifs. D’indéniables efforts ont été consacrés, à la rénovation de l’habitat, à l’amélioration des transports en commun, même si elle reste trop lente, aux politiques sociales en direction des plus fragiles. Mais les inégalités entre territoires sont réelles: l’ Etat donne moins en Seine-Saint-Denis. Ce ne serait que justice que de planifier réparation et rattrapage en Seine-Saint-Denis et que dans ce département, les communes les plus riches partagent les richesses avec les communes plus pauvres.

C’est dire que le Plan Banlieue de Jean-Louis Borloo en faveur des quartiers en difficulté était attendu:

En voici les points essentiels : Lire la suite

Quartiers populaires : l’urgence d’une obligation de résultats !

Vous trouverez ci dessous la tribune du Groupe des élu(e)s Socialistes, Radicaux et Républicains, signée par Latifa BEZZAOUYA ,Conseillère Municipale

Alors que le gouvernement actuel s’enorgueillit de ses annonces successives, beaucoup d’habitants n’en voient pas la couleur et la vie dans les quartiers populaires est en attente de solutions de long terme. Si certains progrès ont eu lieu, comme le dédoublement des classes dans certains CP, ils ont été possible grâce au recrutement de 60 000 postes d’enseignants sous le précédent quinquennat, postes détruits en 2010 sous N. Sarkozy…quand J‑M. Blanquer était directeur de l’administration scolaire !

C’est pour cela que le rapport de Jean-Louis Borloo est arrivé au bon moment et qu’il faut soutenir sa démarche. Il pointe l’urgence de la situation pour ne pas couper un certain nombre de quartiers de l’ensemble du pays. Emploi, formation, sport, ressources des communes, beaucoup de sujets sont abordés avec un fil rouge qui est le fait de passer d’une obligation de moyens à une obligation de résultats. Il est donc désolant que le gouvernement renonce à le prendre en compte réellement.

Mais il faut aussi arrêter les hypocrisies : on ne peut soutenir la démarche de J-L. Borloo et refuser de lutter contre les inégalités territoriales bien présentes à Aulnay-sous-Bois où la municipalité ne mène pas la même politique publique dans tous les quartiers. On ne peut pas dire soutenir cette démarche quand on refuse de dire que l’ouest parisien et nombre de communes dirigées par des maires LR refusent de partager les richesses produites bien souvent par le travail d’Aulnaysiens.

Parce que la France a besoin des habitants des villes comme Aulnay-sous-Bois, nous continuerons de porter l’exigence d’égalité et de justice pour nos quartiers.

Protection fonctionnelle exclusivement réservée aux élus de la majorité ?

Récemment, 4 élus de la majorité dont le Maire ont fait l’objet de propos diffamatoires et injurieux sur les réseaux sociaux.

La loi précise que « La commune est tenue de protéger le maire ou les élus municipaux … contre les violences, menaces ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion ou du fait de leurs fonctions et de réparer le cas échéant, le préjudice qui en est résulté ».

Les 4 élus concernés ont déposé plainte, déclenchant de nouvelles procédures judiciaires.

4 délibérations demandant leur protection fonctionnelle ont donc été votées au conseil municipal du 23 mai. En clair, l’attribution de cette protection fonctionnelle permettra aux élus de faire payer les frais d’avocat par les aulnaysiens.

Les élus de l’opposition ont voté ABSTENTION et ont expliqué leur position . Lire la suite

Budget 2018 de M. Beschizza et ses élus : moins de services publics et des investissements insuffisants malgré la course aux emprunts.

Le conseil municipal du 4 avril a révélé une situation budgétaire très tendue, dégradée par rapport à 2016 et un budget 2018 placé sous le signe de l’austérité et de l’accroissement de la dette.
Après avoir critiqué avec virulence la politique budgétaire de l’ancienne majorité, M. Beschizza et ses élus font l’expérience d’un problème récurrent mais amplifié cette année : les dépenses de fonctionnement augmentent plus vite que les recettes. Mais bien sûr, au lieu d’assumer leurs résultats, ils rejettent la responsabilité sur l’ancienne mandature alors qu’ils sont élus depuis 4 ans ! Lire la suite

La position des élus socialistes et radicaux sur le débat d’Orientations budgétaires

Le DOB, Débat d’Orientations Budgétaires est un document que le Maire doit présenter et soumettre à un débat en conseil municipal dans les 2 mois précédant le vote du budget de la Ville. Le débat prévu pour ce mercredi 7 Mars n’a pas eu lieu et nous, élus PS, en donnons les explications dans le communiqué commun des Elus d’opposition de gauche.

Voici donc notre analyse du DOB , l’intervention que nous nous apprêtions à faire en conseil municipal.

1- Le contexte général :

Dans son DOB, la municipalité actuelle se demande si les collectivités locales ne seront pas obligées d’augmenter leur fiscalité pour compenser les baisses de dotation dues à la réforme de la taxe d’habitation alors que depuis 2014, ils ont tenu l’engagement de ne pas augmenter les impôts.

Notre réponse : La municipalité précédente a, elle aussi, tenu le même engagement, celui de ne pas augmenter les impôts durant son mandat. Juste pour rappel, les choix de F. Fillon pour les budgets des collectivités locales n’étaient qu’austérité et coupe dans les emplois de la fonction publique (jusqu’à 500 000 !). E. Macron choisit la réforme de la taxe d’habitation : aujourd’hui environ 30% de la population est exonérée ou dégrevée. Pour atteindre sa promesse électorale des 80% puis 100 % d’exonération, Bercy doit trouver 18 Mds€ pour compenser les communes. Soit il ne compensera pas (pour exemple, N. Sarkozy nous avait infligé en 2011 une baisse de 12% soit 1 M de moins sur la dotation de compensation de la Taxe Professionnelle) soit il compensera avec un impôt comme la ministre Jacqueline Gourault l’a laissé entendre, car l’argent doit bien venir de quelque part. (Impôt sur le revenu, TVA, taxe essence, tabac …). Mais dans ce cas, cette compensation va figer les inégalités de ressources des collectivités locales et nous dénonçons cette injustice qui consiste à compenser de la même manière Puteaux et Aulnay. D’ailleurs, nous sommes prêts à mener une démarche avec vous auprès de l’Etat pour que vos amis LR de Puteaux perçoivent moins de compensation et pour qu’Aulnay puisse bénéficier de ressources supplémentaires. C’est tout simplement une question d’équité…

Lire la suite

PSA : 3 000 logements plutôt qu’une réelle réindustrialisation du site.

Vous trouverez ci-dessous la tribune de l’opposition du mois de février :

B.BESCHIZZA se déclare Sauveur du site PSA, mais les bases du rachat des terrains avaient été posées par l’ancienne municipalité: dès 2012, la spéculation avait été évitée par le gel des permis de construire et l’EPF (Etablissement Public Foncier) avait mandat pour négocier le rachat des terrains.

Notre priorité était la réindustrialisation, avec la venue actée dès 2014, des ateliers de maintenance de la ligne 16 et le projet du «campus de formation» repris par B. BESCHIZZA.

Mais la vision actuelle du Maire, c’est surtout la construction de 3 000 logements excentrés, proches des pistes du Bourget, rendue possible par sa révision du PLU fin 2015, que nous avons combattue et dont le Maire se glorifie.

Il déclare vouloir la mixité sociale et la diversification des parcours résidentiels par un rééquilibrage au niveau de la Métropole. En clair, les HLM démolis seraient reconstruits dans d’autres départements. Les familles concernées et tous les jeunes aulnaysiens qui veulent se loger sur la ville seront-ils contraints de partir ailleurs? La solidarité devrait déjà s’appliquer sur notre commune avec un rééquilibrage entre tous les quartiers, du nord au sud. Lire la suite

Consultation sur la semaine scolaire pour 2018-2019 : 4 jours pour cocher les bonnes cases !

Les élèves aulnaysiens ont rapporté chez eux la semaine dernière, un feuillet à faire remplir par leurs parents intitulé « consultation rythmes scolaires 2018-2019 »
On se rappelle la pseudo concertation en février 2017 ! les parents n’avaient eu que 3 jours pour se prononcer sur un document de 13 pages présentant différentes organisations de la semaine pour la rentrée 2017, tenant compte du mercredi matin de classe et fixant la place et la durée des NAP ( Nouvelles Activités Périscolaires )
Il en est de même pour la rentrée de 2018. L’organisation des temps scolaire et périscolaire soulève pourtant de nombreuses questions mais le maire et ses élus, contrairement à l’ancienne municipalité, n’ont jamais souhaité mettre en place des groupes de réflexion réunissant les enseignants, les représentants de la mairie, les services municipaux, les associations, l’IFAC et les parents. Lire la suite