NON à la privatisation des crèches Clémence Mentrel et La Bourdonnais !

Le 19 octobre, le Maire et sa majorité ont voté une délégation de service public pour la gestion de la nouvelle crèche Clémence Mentrel (18 rue des écoles) et pour la crèche municipale La Bourdonnais (déménagement prochain dans l’immeuble dit l’îlot Sisley.)

Quels sont les arguments du Maire et de ses élus pour justifier cette privatisation ?

« Ce n’est plus la ville mais le délégataire qui assume le risque financier… »

Afin de « rentabiliser » les structures, il est autorisé à remplir les places vacantes en les contractualisant avec des entreprises privées pour leurs salariés.

Il pourrait aussi proposer d’autres créneaux horaires que ceux des crèches municipales, mais à des tarifs non fixés par la ville.

Des mesures qui risquent d’amener une concurrence entre berceaux réservés pour le public et pour le privé.

« Le privé a davantage de compétences que la mairie pour recruter des agents qualifiés. 

C’est un personnel sous régime privé, plus souple que le régime public … » Lire la suite

Publicités

C’est pas moi, c’est eux, slogan favori de B. Beschizza

Vous trouverez ci-dessous la tribune du mois de Juin des élus socialistes et républicains d’Aulnay-sous-Bois qui siègent au Conseil municipal:

Il a modifié notre dernière tribune : tour de passe-passe, changement de photo, de signataire. Veut-on brouiller les pistes en laissant supposer qu’elle émane des élus PS et non du collectif de soutien au CAP ?

Casse du service social à Aulnay, c’est pas moi !

Pourtant, il a décidé de supprimer brutalement la convention du service social signée avec J.C Abrioux, par laquelle le département en finançait 80% soit 750 000 €/an. Il n’a pas hésité à  mettre en difficulté les 4 000 familles suivies: fermeture du service, les Aulnaysiens renvoyés vers les assistantes sociales d’autres communes !

Conséquences désastreuses en terme d’accès aux droits, de lutte contre l’exclusion, d’accompagnement social, de prévention et de protection des mineurs en danger… Lire la suite

Grève du personnel des crèches municipales : Bruno Beschizza fuit ses responsabilités et voudrait faire le lien avec la loi travail !

Un rappel du contexte s’impose :

Depuis plus d’un an, les équipes des crèches municipales d’Aulnay multiplient les communiqués pour alerter les élus et la population  sur la dégradation de leurs conditions de travail et leurs difficultés grandissantes pour accueillir dans de bonnes conditions les très jeunes enfants : baisse du nombre de personnes qualifiées, obligation de polyvalence à outrance, déplacements fréquents d’une structure à une autre ….

Le 17 mai, l’ensemble du personnel de la Petite enfance :  agents de service, auxiliaires de puériculture, éducateurs et éducatrices de jeunes enfants ont manifesté devant la mairie et décidé d’un mouvement de grève reconductible.

Mais plutôt que d’assumer ses choix politiques, notamment celui de réduire les moyens à ce service de la petite enfance, le Maire opte une nouvelle fois pour l’esquive et la fuite en avant. La RESPONSABILITE, c’est un mot qui ne fait pas beaucoup écho chez lui.

Nous apprenons que le champion en titre des contre-vérités fait croire  dans une lettre envoyée aux parents ayant un enfant dans une crèche municipale que la grève du personnel communal est en lien direct avec les mouvements sociaux de protestation contre la loi travail.
Lire la suite

La vérité sur les crèches à Aulnay !

Depuis quelques jours, les deux conseillers départementaux de droite d’Aulnay-sous-Bois, Séverine Maroun et Mohamed Ayyadi, distribuent un tract devant les crèches de la ville pour s’offusquer de la décision du Conseil départemental de supprimer les subventions de fonctionnement pour les crèches municipales. Il est cependant important de signaler que les autres conseils départementaux ne versent pas ces subventions ou versent des subventions moins importantes.

De plus, le Maire Bruno Beschizza assène des contre-vérités dans son journal Oxygène de ce mois-ci : il critique le Département en disant que « cette décision unilatérale montre un désengagement du Département et s’avère une nouvelle attaque en règle contre la famille ».

Vous ne rêvez pas ! C’est bien le même Bruno Beschizza qui a décidé unilatéralement la suppression de la convention entre la ville et le Conseil Départemental ayant pour conséquence la fermeture des antennes sociales en laissant les familles livrées à elles-mêmes qui dit cela. C’est bien le même Bruno Beschizza qui a fortement augmenté les tarifs de la cantine et des centres des loisirs, punissant ainsi les familles qui ont des enfants dans les écoles publiques.
Lire la suite