Europacity: Bruno Beschizza désavoué par Valérie Pécresse !

Décidément le courant a du mal à passer entre le maire-conseiller régional et Valérie Pécresse, Présidente  LR du Conseil Régional Ile-de-France.

Rappelons qu’elle avait refusé à Bruno Beschizza le poste de Vice – Président qu’il convoitait tant. Il se murmure que cette fin de non recevoir est purement et simplement dû au piètre score du maire aux élections régionales, face à Claude Bartolone.

L’objet de la discorde actuelle est le probable soutien de Valérie Pécresse au projet d ‘Europacity , que le Maire combat farouchement.

Il déplore que les élus du territoire Paris Terre d’envol n’aient pas été consultés par la Région sur le cahier d’acteurs.« FAUX » lui rétorque le Conseil Régional, « les élus concernés ont été consultés ». Comment en serait-il autrement, pour un sujet aussi important !

Rappelons que le Maire appartient à la majorité régionale, qu’il est Vice-président du groupe LR à la Région, Président du territoire Paris Terre d’envol, Président d’Hubstart Paris Région …

Et il n’aurait pas été consulté ? Comment Valérie Pécresse peut-elle négliger, mépriser notre super-maire à ce point, alors qu’elle fût accueillie en grande pompe jeudi dernier lors d’un repas organisé par le Maire  à l’occasion du ramadan dans les locaux de la cuisine centrale ?

La situation est grave et impose une réaction pour sauver le soldat Beschizza. Le Maire cherche désespérément des soutiens en dehors de ses amis politiques.

Oussouf SIBY

Publicités

La réponse de Bruno Beschizza aux 9000 demandeurs de logements de notre ville : il vote la fin des aides régionales pour les constructions des logements sociaux à Aulnay

La nouvelle majorité de droite au Conseil Régional à laquelle appartient le Maire Bruno Beschizza, vient de voter en séance plénière son plan logement pour l’Ile-de-France dont la mesure phare est l’arrêt des subventions régionales à la construction de logements PLAI (Prêts locatifs aidés d’intégration)  dans les villes comptant plus de 30% de logements sociaux. Il faut rappeler que la région finance un logement PLAI à hauteur de 12 000 €.

Selon Valérie Pécresse, Présidente du Conseil régional, l’arrêt de l’aide régionale permettrait « de casser les ghettos ». Cet amalgame entre logement social et pauvreté témoigne d’un profond mépris pour les familles qui font valoir leur droit à vivre dans un logement adapté à leurs revenus. Il dénote par ailleurs une totale méconnaissance de la réalité du logement social, dont la vocation n’est pas d’héberger exclusivement les plus démunis. En effet le logement social comprend plusieurs paliers. En Ile- de -France, 75% des franciliens y sont éligibles.

Rappelons que dans notre ville il y a plus de 11 000 demandeurs, dont 8 à 9000 Aulnaysiens, qui veulent obtenir un logement décent, adapté à leurs besoins, dans leur propre ville ou quitter un appartement suroccupé par manque de solution. De toute évidence, le maire ne s’intéresse pas aux demandeurs de logement de notre ville. Lire la suite

Sécurité: la mémoire sélective de Bruno Beschizza!

Dans le Parisien du dimanche 7 février, le Maire Bruno BESCHIZZA réclame un nouveau commissariat pour notre ville en contrepartie de l’aide que la ville accorde à la police nationale depuis maintenant plus de 10 ans.

Une dépense pour la ville estimée à 16 000 euros par an, dépense qui ne devrait pas être à sa charge mais tout-à-fait dérisoire par rapport au coût d’ un nouveau commissariat et il y a de quoi sourire lorsque le maire parle sans vergogne, de « donnant, donnant » !

Par contre, la construction d’un nouveau commissariat à Aulnay est largement justifiée et l’urgence de la situation a été maintes fois soulignée par l’ancien maire Gérard SEGURA : un bâtiment vétuste et non fonctionnel, des conditions de travail déplorables pour le personnel, une salle d’attente minuscule ne permettant pas de recevoir décemment les personnes …  Dans la troisième ville du département, la légitimité de l’existence d’un commissariat dimensionné à la hauteur des enjeux ne faisait aucun doute. Lire la suite

Bruno Beschizza : un maire à temps partiel

Jeudi 21 et vendredi 22 janvier se tenait les deux premières séances du nouveau Conseil Régional. Le maire réélu conseiller régional a dû  siéger durant ces deux jours(sans compter les réunions préparatoires), et donc déserté Aulnay.

Qu’a-t-il fait durant ces deux jours au Conseil Régional ? Il a voté avec le FN et ses amis de droite la suppression d’une aide qui permettait aux étrangers en situation irrégulière bénéficières de l’AME (aide médicale de l’Etat) de bénéficier d’une réduction de 75% sur le Pass Navigo. Ce qu’il fait à Aulnay, s’attaquer aux plus fragiles, il le continue à la Région.

La communication et les beaux discours c’est bien sur les plateaux télés. Néanmoins la vraie vie, c’est celle d’un  maire sur le terrain, qui se consacre entièrement à sa ville, au mandat pour lequel il a demandé la confiance des aulnaysiens, plutôt que de courir d’élection en élection, cumulant ainsi les mandats qu’il n’exerce pas ou à moitié.

Finalement le Maire n’a qu’une obsession: lui-même. Aulnay n’est qu’un marchepied au service de sa carrière.

Oussouf SIBY