Tribune de l’opposition du mois d’Avril 2016 !

Budget 2016 : transfert d’impôt sur les usagers

Les Orientations Budgétaires montre un budget 2015 tout juste équilibré et des choix pour 2016 alarmants. Pour ajuster son budget, le Maire veut faire porter l’effort financier, non pas sur l’ensemble des aulnaysiens mais sur les usagers des services de la ville. D’où l’augmentation des tarifs cantine, centres de loisirs qui ont lésé tant de familles.
Or nous sommes tous, selon notre âge ou nos besoins, des usagers bénéficiant de l’éclairage, des routes, des parcs, des écoles ou des aides aux aînés.
Augmenter les tarifs, c’est transférer l’impôt sur les usagers en pénalisant les jeunes ménages, les familles ou les retraités aux revenus modestes.
Un budget doit être basé sur la solidarité, chacun cotisant selon ses moyens.
Par souci d’économies, des services sont par ailleurs dégradés (fermeture des antennes sociales, piscine condamnée, CAP menacé) et des associations sont en difficulté.
Quant aux 3 priorités du Maire : sécurité, propreté, réussite éducative, elles sont en déficit de résultats !
Malgré 29 M d’emprunt en 2 ans, les investissements ont chuté à 17,5 M en 2015 et seront de 20 M à partir de 2016. C’est l’arrêt ou le ralentissement des programmes urbains et le risque d’une dégradation rapide du patrimoine puisque 20 M couvriront à peine les travaux courants.

La Métropole du Grand Paris veut lutter contre les inégalités territoriales. Il aurait été important que le Maire, président du T7, nous dise que sa priorité était d’obtenir avec d’autres élus, une solidarité entre territoires et un rééquilibrage financier vers les villes en difficulté.

Evelyne Demonceaux
Conseillère municipale
Groupe des élus socialistes et républicains

Publicités

Pas d’augmentation d’impôts … mais c’est l’usager qui paie!

Le conseil municipal du mercredi 9 mars  à peine terminé, le Maire s’empressait de communiquer au Parisien la décision phare de son débat d’orientations budgétaires  2016.

Ainsi, le Parisien écrit «  bonne nouvelle pour les habitants d’Aulnay … la majorité a annoncé qu’elle n’augmenterait pas la part communale des impôts locaux pour 2016 . »

« C’est un marqueur politique, d’autant que nous ne l’avons pas fait depuis 3 ans » s’est félicité  B. BESCHIZZA.

Si on y regarde de plus près, le Maire choisit hélas  des « marqueurs politiques » qui sont loin d’être de « bonnes nouvelles » pour les aulnaysiens !

Lire la suite

DOB: »Voilà bien le sens de votre politique qui est vraiment une politique de droite »

Hier soir se tenait le Conseil municipal à l’hôtel de ville, plusieurs délibérations ont été votées dont celle relative au Débat d’Orientation Budgétaire(DOB). Vous trouverez ci-dessous la démonstration magistrale d’Evelyne DEMONCEAUX, conseillère municipale du groupe Socialiste et Républicain

Conseil municipal du 9 mars 2016 -Débat d’Orientations Budgétaires 2016

Dans votre document M.le maire, vous rappelez un contexte économique national difficile avec l’objectif de  l’Etat de réaliser une économie de 50 Milliards (contre 120 demandés par la droite)  afin de maîtriser les dépenses publiques. Cet effort se traduit par une baisse des dotations de l’Etat pour les communes. Pour Aulnay, nous y reviendrons dans la partie « budget 2016 ».

En ce qui concerne la situation communale fin 2015 :

Vous présentez une situation très tendue avec des dotations budgétaires en baisse face à une diminution modeste des dépenses puisque les économies réalisées sont de l’ordre de 2,6 millions.

L’effet ciseau déjà annoncé fin 2007 par le cabinet Mazars est toujours prégnant.

 Vous signalez d’ailleurs vous-même la « rigidité des charges  de fonctionnement » avec notamment un poids de masse salariale qui représente près de  60 % du budget.

Je rappelle que la masse salariale est devenue très importante au fil du temps avec une forte augmentation de 93 postes par an de 2001 à 2007 soit 25 M par an de dépenses cumulées à partir de 2008. Nous avons maintenu une moyenne de créations de postes à 23 tout en luttant contre la précarité en stagiairisant près de 150 salariés en attente depuis 10 ans.
Lire la suite

Sécurité: la mémoire sélective de Bruno Beschizza!

Dans le Parisien du dimanche 7 février, le Maire Bruno BESCHIZZA réclame un nouveau commissariat pour notre ville en contrepartie de l’aide que la ville accorde à la police nationale depuis maintenant plus de 10 ans.

Une dépense pour la ville estimée à 16 000 euros par an, dépense qui ne devrait pas être à sa charge mais tout-à-fait dérisoire par rapport au coût d’ un nouveau commissariat et il y a de quoi sourire lorsque le maire parle sans vergogne, de « donnant, donnant » !

Par contre, la construction d’un nouveau commissariat à Aulnay est largement justifiée et l’urgence de la situation a été maintes fois soulignée par l’ancien maire Gérard SEGURA : un bâtiment vétuste et non fonctionnel, des conditions de travail déplorables pour le personnel, une salle d’attente minuscule ne permettant pas de recevoir décemment les personnes …  Dans la troisième ville du département, la légitimité de l’existence d’un commissariat dimensionné à la hauteur des enjeux ne faisait aucun doute. Lire la suite

A Aulnay, la droite se prépare à la guerre des Primaires

Ceux qui suivent attentivement l’actualité politique du pays savent qu’un des événements les plus importants de cette année sera la tenue des Primaires ouvertes de la droite et du centre. Organisées en novembre, leur but sera de désigner un candidat unique aux élections présidentielles de 2017.

On en connaît déjà certains candidats, tous ne s’étant pas encore déclaré : François Fillon, Bruno Le Maire, Alain Juppé et bien sûr, celui qui est revenu pour se sauver, Nicolas Sarkozy.

Alors que ce sera la première fois que le grand parti de la droite (autoproclamée républicaine) organisera une telle élection, les inquiétudes commencent à se multiplier chez LR. En effet, les militants et les élus du parti ont encore le souvenir de la guerre entre François Fillon et Jean-François Copé à l’occasion des élections pour la présidence de l’UMP, fin 2012. Entre petites phrases assassines et accusations de tricherie, le débat public n’était pas sorti grandi de cet épisode. Il est d’ailleurs amusant de voir que l’ancien premier ministre de Sarkozy a d’ores et déjà annoncé sa candidature tandis que le second, Jean-François Copé, tente à tout prix de revenir malgré les casseroles qu’il traîne suite à l’affaire Bygmalion.

A Aulnay, on se souvient aussi que le maire, Bruno Beschizza, avait soutenu bec et ongles Jean-François Copé, lui organisant même un meeting à la salle Chanteloup où fort peu d’Aulnaysiens avaient fait le déplacement. Il faut dire que le candidat Beschizza était redevable à son président de parti de l’avoir parachuté sur la ville entre 2013 et 2014. Le maire s’est depuis reconverti au sarkozysme de ses premiers jours, de plus en plus dur au vu des dernières purges à la tête du parti de droite. Lire la suite

Conseil citoyen : silence, on discrimine !

Force est de constater que le Conseil municipal du 27 janvier dernier a été l’occasion d’un triste cirque politique.

Les conseillers municipaux devaient se pencher, entre autres sujets, sur une délibération arrêtant la liste des membres du conseil citoyen, une instance de démocratie locale mise en place par la loi du 21 février 2014 concernant la politique de la ville. A Aulnay, c’est Monsieur RAMADIER, Adjoint au maire en charge de la politique de la ville, de la cohésion sociale et la lutte contre les discriminations, qui avait piloté le projet. Reconnaissons-le, tout s’était très bien passé jusqu’alors, si ce n’est le manque de volontaires prêts à s’engager dans le projet. Toutefois, un nombre suffisant d’habitants avait fini par être trouvé, notamment dans les quartiers concernés par ladite politique de la ville.

Parmi les volontaires, on comptait un certain Oussouf SIBY. Son nom vous est sûrement familier puisqu’il contribue très régulièrement à la tenue de ce blog et exerce également des responsabilités politiques au sein de la section du Parti socialiste d’Aulnay-sous-Bois.

Or, lors de ce fameux Conseil municipal, le Maire, Bruno Beschizza, a demandé à ses élus (ou plutôt ordonné) de se prononcer contre cette liste de membres du conseil citoyen au motif que Monsieur SIBY y figurait. Le Maire, prétendait alors que la présence d’un membre d’un parti politique contrevenait au principe de neutralité dudit conseil. Ce raisonnement est bien évidemment aussi malhonnête que fallacieux sur plusieurs points. Lire la suite

Les élus de l’opposition votent contre le PLU désastreux du Maire!

Mercredi 16 décembre s’est tenu le dernier conseil municipal de l’année avec le vote du Plan Local d’Urbanisme(PLU). Vous trouverez ci-dessous l’intervention de Guy CHALLIER, Président du groupe des élus Socialistes et Républicains au Conseil municipal.
Lire la suite

Mathieu Tellier, la palme d’or du rapporteur du Conseil Municipal

Ce mercredi 16 décembre se tenait le dernier Conseil Municipal de l’année, avec le vote de nombreuses délibérations importantes notamment le PLU, l’élection des conseillers territoriaux ou encore PSA.

Mathieu Tellier, conseiller municipal délégué à la mobilité, aux transports et à la circulation , actif sur les réseaux sociaux était curieusement mal à l’aise ce jeudi au moment de l’explication de sa délibération. En effet il avait beaucoup de peine à lire ses notes. Jusqu’à  aujourd’hui je n’ai toujours pas compris le sens de son intervention. Visiblement même ses collègues de la majorité ont préféré passer ce long moment ennuyeux sur leurs tablettes. Il aurait fallu l’intervention du Maire pour recadrer son élu et mettre fin à ce calvaire. Au mieux Mathieu Tellier n’a pas préparé son dossier au pire ça ne l’intéressait pas.

Chacun peut comprendre qu’il faille un peu de temps pour s’imprégner de sa délégation, mais toutes et tous sont maintenant en place depuis près de 20 mois et le stade de l’apprentissage est désormais révolu.

Oussouf SIBY

 

 

LE SILENCE INQUIETANT DES ELU(E)S DE LA MAJORITE MUNICIPALE

Que se passe-t-il dans l’équipe municipale de M. BESCHIZZA ?.

Nous avons repris tous les conseils municipaux depuis le début de leur mandature et avons fait le constat que pas moins de 23 élu(e)s soit tout de même plus de la moitié des 43 élu(e)s de la liste de M BESCHIZZA n’ont jamais pris la parole lors de ces conseils. Même Monsieur CANAROZZO autrefois si prolixe du micro semble (à part quelques exceptions) totalement aphone aujourd’hui. Lire la suite