Jules Verne, Jean d’ Ormesson, Napoléon Bonaparte, tiercé gagnant de l’équipe municipale !

La municipalité précédente avait crée une commission composée de personnes de sensibilités politiques différentes pour choisir les noms des futurs équipements. Aussitôt élu, B. Beschizza a supprimé cette commission. A présent, les noms sortent de la réflexion exclusive du maire et de sa majorité.

Il serait pourtant nécessaire, normal et démocratique de faire participer les aulnaysiens. Pourquoi ne pas choisir ces noms avec des associations, les habitants d’un quartier ou même au niveau de la ville ? Les aulnaysiens ont bien voté pour que le marché de la Gare soit déclaré « le plus beau marché d’Ile de France » ! Ils pourraient voter pour les noms des équipements de leur ville. Lire la suite

Publicités

Promesse du Maire de ne pas construire sur le Parc Ballanger : restons vigilants et mobilisés !

Hier soir en conseil municipal, les élus devaient se prononcer sur le bilan de la concertation publique concernant le projet Val Francilia, l’ancien site PSA.

Pour nous, élus socialistes, tout est à reprendre sur de nouvelles bases ! Cette concertation éclair n’a permis ni d’aller au bout des discussions, ni de faire de vraies propositions, les 3 ateliers (emploi/campus – sports/loisirs – attractivité/vie de quartier) avec 35,15 et 22 personnes n’ayant eu lieu qu’une seule fois, pendant une heure et demie.

Malgré la demande des associations aulnaysiennes très mobilisées sur le sujet, les études préalables présentant plusieurs alternatives n’ont jamais été fournies. Les participants aux ateliers ont du se contenter d’un livret de 8 pages, sorte de livret publicitaire présentant un projet tout ficelé, avec la liste des points « non négociables » dont la construction d’immeubles sur 5 ha du Parc Ballanger. Au moins 2 500 logements pour réaliser l’équilibre financier de l’opération. Impossible dans ces conditions de pouvoir imaginer un projet satisfait en si peu de temps, avec si peu d’éléments et avec ces contraintes. Lire la suite

Soupçons de corruption à Aulnay, la municipalité ne peut rester spectatrice dans la recherche de la vérité

Communiqué des élus PS-PRG-PCF d’Aulnay-sous-Bois

Nous apprenons dans Le Parisien de ce jour que le parquet de Bobigny ouvre une enquête sur « des soupçons de corruption dans l’attribution de logements HLM par la ville ».
Cette enquête ferait suite au dépôt de plainte d’un habitant du quartier de Mitry-Ambourget qui témoigne avoir versé 4000 € en espèces contre la promesse d’un relogement dans le quartier du
Vieux-Pays. Par ailleurs, il y est fait référence à quatre autres témoignages recueillis par Le
Parisien qui font état de pratiques similaires.

Ces soupçons s’ils étaient avérés, seraient d’autant plus graves et choquants au vu des délais d’attente pour l’accès à un logement dans notre ville. Nous rappelons qu’il y a plus de 11000
demandeurs de logement social, dont 8000 à 9000 aulnaysiens, en attente d’un logement adapté à leurs besoins.
En 2018, lors d’une séance d’un conseil municipal, nous avions déjà alerté M. Beschizza et sa majorité d’un courrier transmis au domicile des élus de l’opposition relatant ces pratiques et
portant des accusations graves à l’encontre d’élus de la majorité et d’agents municipaux. Nous leur demandions alors de saisir la justice afin que toute la lumière soit faite. La seule réponse a été de dire qu’il n’y avait rien à rechercher et notre demande est restée lettre morte. Visiblement les choses n’étaient pas si simple puisque nous apprenons aujourd’hui qu’il y avait bien matière à
enquête.

Par conséquent, Bruno Beschizza et Séverine Maroun, sa 1ère adjointe en charge du logement et Présidente de l’OPH AULNAY HABITAT, doivent maintenant engager rapidement une enquête
administrative dans leurs services respectifs, ceux de la ville et ceux de l’OPH, cela parallèlement
à l’enquête judiciaire.C’est d’autant plus nécessaire que, manifestement, Bruno Beschizza ne fait pas confiance à l’enquête judiciaire, la jugeant liée à un « contexte pré-électoral. » Il est vrai que ce n’est pas la première fois que les propos du maire actuel conduisent à affaiblir les institutions de la
République.

Pour notre part, lucides sur certains dysfonctionnements municipaux que nous dénonçons depuis 2014, nous faisons entièrement confiance à la Justice pour apporter aux Aulnaysiens qui attendent la vérité, sur des soupçons graves qui, en l’absence d’éclaircissements, qui ne manquerait pas
d’entacher l’image de la commune

La démocratie selon l’équipe municipale d’ « Aulnay respectueuse». 

Nouvelle manœuvre de Beschizza et de ses élus : à défaut de pouvoir supprimer les élus de l’opposition, ils leur coupent la tête dans les tribunes du bulletin municipal Oxygène ! Eh oui, ils ont osé ! Egalité oblige, les têtes des élus de la majorité ont disparu mais ce n’est pas bien grave puisqu’ils apparaissent à tout bout de champ dans le magazine avec un record de photos pour le maire…. Aucune photo par contre des élus d’opposition, c’est une première à Aulnay et çà en dit long sur la politique menée par le maire depuis 2014. Lire la suite

Avis défavorable au CDG Express , B. Beschizza et sa majorité se rallient à l’avis des élus de l’opposition.

Hier soir en conseil municipal, les élus devaient se prononcer sur le projet du CDG Express. Or, au Conseil territorial lundi soir, B. Beschizza Président du CT avait retiré son texte où il demandait « un avis favorable au projet » face à la forte opposition des élus prêts à voter CONTRE. D’où une situation rocambolesque au conseil municipal, car B. Beschizza ayant changé d’avis depuis lundi, allait en tant que Maire, demander à sa majorité de voter CONTRE son propre texte proposant encore un « avis favorable ».

Les présidents des différentes sensibilités politiques se sont exprimés, pour notre groupe PS et Radicaux, Guy Challier, président de groupe.

Nous irons déposer demain la contribution du groupe des élus PS et Radicaux à l’enquêteur public à Aulnay, lors de sa dernière permanence.

Bruno Beschizza ira-t-il lui aussi , déposer sa contribution en son nom et pour sa majorité , en donnant à présent un « avis défavorable au projet du CDG Express » ? Lire la suite

Avis sur le CDG Express : la volte-face de B. Beschizza, Président du Conseil Territorial Paris Terre d’Envol.

Hier soir lundi 12 novembre, au Conseil territorial de l’intercommunalité Paris Terre d’envol, le Président Bruno Beschizza s’apprêtait à faire voter une délibération dans laquelle il proposait aux élus d’émettre «  un avis favorable à la demande d’autorisation environnementales concernant le projet de liaison ferroviaire directe entre Paris et l’aéroport Charles de Gaulle ».

Face à la montée des protestations des élus présents au conseil territorial opposés au projet, en accord avec de nombreux usagers et les associations de défense de l’environnement, Bruno Beschizza a fait volte face et a pris la décision de retirer sa délibération qui allait être retoquée par les élus. Lire la suite

B. Beschizza impose un barrage filtrant lors du Conseil municipal du 23 mai

Pour le 3ème Conseil municipal consécutif, les élus et le public désireux d’assister aux débats étaient accueillis par les forces de police et des agents de sécurité. L’ordre donné par le Maire était clair : barrer la route aux personnes venues manifester leur soutien à Hadama Traoré, afin d’éviter toute perturbation en conseil municipal.

Certes, le Maire est responsable du bon déroulement du conseil et doit garantir la sécurité aux élus et aux personnes présentes, au sein de la Mairie. Il a le droit d’interdire l’accès de la salle municipale aux personnes qui risquent de provoquer des incidents.

Seulement voilà ! Sur quels critères filtrer les personnes ?Mercredi dernier, les forces de police ne pouvant pas identifier à coup sûr les personnes susceptibles de manifester, malgré l’aide apportée par un membre du cabinet du Maire, le filtrage s’est fait sur des critères arbitraires et discriminatoires puisque toutes les personnes noires ou maghrébines, d’emblée assimilées à des personnes venues montrer leur soutien à d’ Hadama Traoré restaient à la porte. Lire la suite

Protection fonctionnelle exclusivement réservée aux élus de la majorité ?

Récemment, 4 élus de la majorité dont le Maire ont fait l’objet de propos diffamatoires et injurieux sur les réseaux sociaux.

La loi précise que « La commune est tenue de protéger le maire ou les élus municipaux … contre les violences, menaces ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion ou du fait de leurs fonctions et de réparer le cas échéant, le préjudice qui en est résulté ».

Les 4 élus concernés ont déposé plainte, déclenchant de nouvelles procédures judiciaires.

4 délibérations demandant leur protection fonctionnelle ont donc été votées au conseil municipal du 23 mai. En clair, l’attribution de cette protection fonctionnelle permettra aux élus de faire payer les frais d’avocat par les aulnaysiens.

Les élus de l’opposition ont voté ABSTENTION et ont expliqué leur position . Lire la suite

Budget 2018 de M. Beschizza et ses élus : moins de services publics et des investissements insuffisants malgré la course aux emprunts.

Le conseil municipal du 4 avril a révélé une situation budgétaire très tendue, dégradée par rapport à 2016 et un budget 2018 placé sous le signe de l’austérité et de l’accroissement de la dette.
Après avoir critiqué avec virulence la politique budgétaire de l’ancienne majorité, M. Beschizza et ses élus font l’expérience d’un problème récurrent mais amplifié cette année : les dépenses de fonctionnement augmentent plus vite que les recettes. Mais bien sûr, au lieu d’assumer leurs résultats, ils rejettent la responsabilité sur l’ancienne mandature alors qu’ils sont élus depuis 4 ans ! Lire la suite

Conseil municipal du 7 Mars: réaction des élus PS, PCF, Radicaux

Lors de la séance du conseil municipal du 7 mars 2018, suite à la demande de prise de parole de Monsieur Hadama TRAORÉ, fonctionnaire de la ville au sujet de sa révocation de la fonction publique territoriale, le Maire a fait voter le déroulement du conseil municipal à huit clos par sa majorité.

Monsieur Hadama TRAORE a fait part de sa situation, soutenu par une délégation d’habitants venue pour le soutenir.

Aucune réponse ne lui a été apporté. Le Maire n’a pas été capable d’assurer la police de l’Assemblée malgré la présence massive de policiers nationaux et municipaux.

Au bout de quarante minutes et au regard d’une situation très tendue, les travaux du conseil municipal ne pouvant se dérouler, nous avons décidé de quitter la salle et de ne pas siéger à ce conseil. Le Maire a dû avoir recours à l’intervention des forces de l’ordre pour évacuer la salle, rendant impossible tout dialogue.

Nous, élus de l’opposition de Gauche, ne pouvons cautionner la méthode avec laquelle le Maire a demandé la révocation de cet agent et la sanction qui apparaît disproportionnée.

Nous souhaitons une issue différente pour le règlement de cette situation et tenons à noter notre stupéfaction de voir une telle sanction appliquée à Monsieur Hadama TRAORE.

Le contexte de ce soir rappelle l’acharnement de Monsieur BESCHIZZA à toute opposition de sa politique municipale :

Attaques contre les blogs citoyens et politique, assignation des élus d’opposition de Gauche au tribunal de grande instance de Paris, malaise au sein des services municipaux, des actions devenues le quotidien de la ville d’Aulnay-sous-Bois.

Nous sommes loin de la promesse électorale de mars 2014 « Aulnay Respectueuse ».

Les élus PS,PCF et Radicaux