A Aulnay, la droite se prépare à la guerre des Primaires

Ceux qui suivent attentivement l’actualité politique du pays savent qu’un des événements les plus importants de cette année sera la tenue des Primaires ouvertes de la droite et du centre. Organisées en novembre, leur but sera de désigner un candidat unique aux élections présidentielles de 2017.

On en connaît déjà certains candidats, tous ne s’étant pas encore déclaré : François Fillon, Bruno Le Maire, Alain Juppé et bien sûr, celui qui est revenu pour se sauver, Nicolas Sarkozy.

Alors que ce sera la première fois que le grand parti de la droite (autoproclamée républicaine) organisera une telle élection, les inquiétudes commencent à se multiplier chez LR. En effet, les militants et les élus du parti ont encore le souvenir de la guerre entre François Fillon et Jean-François Copé à l’occasion des élections pour la présidence de l’UMP, fin 2012. Entre petites phrases assassines et accusations de tricherie, le débat public n’était pas sorti grandi de cet épisode. Il est d’ailleurs amusant de voir que l’ancien premier ministre de Sarkozy a d’ores et déjà annoncé sa candidature tandis que le second, Jean-François Copé, tente à tout prix de revenir malgré les casseroles qu’il traîne suite à l’affaire Bygmalion.

A Aulnay, on se souvient aussi que le maire, Bruno Beschizza, avait soutenu bec et ongles Jean-François Copé, lui organisant même un meeting à la salle Chanteloup où fort peu d’Aulnaysiens avaient fait le déplacement. Il faut dire que le candidat Beschizza était redevable à son président de parti de l’avoir parachuté sur la ville entre 2013 et 2014. Le maire s’est depuis reconverti au sarkozysme de ses premiers jours, de plus en plus dur au vu des dernières purges à la tête du parti de droite. Lire la suite