Bravo à l’équipe de France, Championne du monde !

Bravo à ces 23 jeunes qui ont fait preuve d’un formidable esprit d’équipe et de qualités mentales qui visaient la réussite collective et non l’exploit individuel. Et bravo à Didier Deschamps qui a su rassembler, fédérer et emmener ses joueurs dans une équipe gagnante !

C’est la victoire d’une équipe à l’image de la société française, multiculturelle et pleine de ressources. Huit joueurs sont issus des banlieues dont Kylian M’BAPPE, Paul POGBA, N’Golo KANTE et Samuel UMTITI qui, de par leur diversité, nous ont administré la preuve irréfutable que la différence est une extraordinaire richesse.

Aujourd’hui, comme en 1998, la France savoure l’exploit de son équipe nationale métissée. C’est l’un de ces rares moments de bonheur collectif où tout un pays se retrouve dans une gigantesque fête multicolore.

Mais cela n’efface en rien les difficultés actuelles, notamment dans les quartiers populaires, ni les discriminations, ni l’intolérance grandissante d’une partie de la population. Il faut prolonger ces moments de joie et de fierté nationale par la quête d’une meilleure cohésion et ne pas se satisfaire d’une fête de quelques jours.

Vive la France républicaine solidaire et unie dans le respect mutuel et le bien-vivre ensemble !

Publicités

Adrien Gasmi, footballeur et fierté d’Aulnay

Adrien Gasmi, jeune aulnaysien, âgé de 29 ans et résidant dans le quartier de la Rose-des-Vents est un talentueux joueur professionnel de Futsal du Sporting Paris et de l’équipe de France. Il a commencé sa carrière à Aulnay avant de rejoindre plusieurs club huppés français. C’est une personne simple avec une technique redoutable qui fait de lui un joueur essentiel aussi bien en club qu’en sélection. Il vaut mieux être dans son équipe que contre lui.

A 29 ans il a déjà un palmarès important: une place de dauphin en championnat D1 de Futsal avec son ancien club KB United, 3 coupes de France, une participation à la ligue des champions et trois phases préliminaires de grandes compétitions internationales, notamment celle du mondial 2016. On peut que le féliciter pour ce très bon parcours, néanmoins j’en suis sûr le meilleur est à venir. Il a encore de nombreuses saisons dans les jambes, le Sporting Paris, l’équipe de France et les Aulnaysiens doivent se tenir prêt à vibrer avec lui.
Lire la suite

Samedi, 14h, à Barbès, des milliers de pieds fouleront les pavés parisiens

Un collectif de femmes organise demain, samedi 31 octobre à Paris une « Marche de la Dignité » pour « dénoncer le racisme structurel au sein de la société », 32 ans après la Marche pour l’égalité et 10 ans après la révolte des quartiers.Le cortège partira de Barbès à 14h pour rejoindre la place de la Bastille. Il est prévu des prises de parole et des animations musicales à l’arrivée.

Cette marche est en collaboration avec des associations, des organisations de l’immigration et des quartiers populaires qui luttent contre  le racisme. Aussi seront présents de nombreuses personnalités qui soutiennent cette marche : Kery James, Médine, Disiz, Shone, Bams, Despo Rutti, Kiddam, Tunisiano, Youssoupha etc….

C’est à cette grande « Marche de la Dignité » que nous sommes conviés demain.

Un départ groupé est prévu samedi à 12H45 à la gare d’Aulnay.!

Oussouf SIBY

1O ans après la révolte des quartiers, nos quartiers restent incompris !

En ce mardi 25 octobre 2015,  j’ai une grande pensée pour Zyed, Bouna et leurs familles, deux jeunes qui ont étés tués le 25 octobre 2005 dans un transformateur électrique à Clichy-Sous-Bois alors qu’ils fuyaient la police. Cet événement tragique couplé par le mensonge des pouvoirs publics sur les circonstances de la mort fût le déclenchement de la colère et de la révolte des quartiers populaires. Trop longtemps on a tourné le dos, méprisé, stigmatisé et humilié  ces enfants de la République, il est aujourd’hui indispensable de reconnaître, respecter et écouter ces enfants de la France devenus orphelins. Ces habitants des banlieues sont le présent et l’avenir de la France.

Nos quartiers populaires, nos banlieues pâtissent d’une image tellement dégradée  que même ses habitants finissent pas se résigner et intégrer les stigmates. Quand les responsables politiques, les médias, les milieux économiques parlent de la banlieue en utilisant « délinquance » « immigration » « intégration » « trafic » « étranger » comment peut-on faire vivre au quotidien le vivre ensemble. Si notre pays n’est pas capable de rassembler tous les individus quelles que soient sa religion, ses origines, sa couleur de peau, qui le fera? Lire la suite