Réforme des retraites: NON à la réforme MACRON ! OUI à une réforme JUSTE

Les militants et élus socialistes vous communiquent la position du Parti socialiste sur la réforme des retraites et leurs propositions pour une réforme juste.

« Aujourd’hui, des militaires aux avocats, des infirmières, aux enseignants, une large majorité de Français est hostile à cette réforme. En février, le gouvernement demandera aux parlementaires de voter les yeux fermés, c’est à dire sans savoir sur quelle base reposera le financement des retraites, et sans disposer d’un simulateur pour évaluer les conséquences sur les pensions des Français et Françaises. Lire la suite

Procès pour la campagne de prévention sida: Beschizza à nouveau absent !

Ce jeudi 30 janvier a eu lieu le procès en appel opposant le maire B. Beschizza aux 9 élus PS, PRG, PC et aux 3 blogueurs, à propos de la campagne de prévention sida.

Fin 2016, B. Beschizza interdisait la diffusion des affiches de la campagne nationale de prévention contre le sida pourtant validée par la Ministre de la Santé.

Le maire ayant refusé tout débat démocratique à propos de cette campagne de prévention, nous , élus de l’opposition, avions réagi par un communiqué condamnant cet arrêté qui privait les homosexuels d’informations essentielles pour leur santé, un arrêté jugé comme stigmatisant vis-à-vis de ces personnes.

Le Tribunal administratif avait par la suite jugé l’arrêté illégal et le Défenseur des Droits avait sévèrement critiqué la décision du maire en 2017.

Nous avons gagné notre procès en mars dernier, de manière définitive au pénal, le Tribunal considérant que notre communiqué ne contenait aucun propos diffamatoire vis-à-vis du maire contrairement à ce qu’il prétend, que ce communiqué exprimait clairement une opinion, dans le cadre d’un débat démocratique normal.

Le maire avait perdu le procès mais a pourtant fait appel.

Ce jeudi 30 janvier, B. Beschizza était à nouveau absent.

C’était pourtant l’occasion pour lui de défendre la décision qui l’avait conduit à interdire la campagne de prévention, en présence des élus et blogueurs qu’il attaque en justice.

Nous vous donnons rendez-vous le 27 février pour le délibéré.

Elections Municipales 2020: un quatuor pour mener la liste « AULNAY EN COMMUN »

Du 8 au 24 janvier, les citoyen.ne.s, Aulnaysien.ne.s d »Aulnay En Commun », rassemblant les membres du collectif ABC (Aulnay Bien Commun), de CADA ( Cercle Amical Démocrate Aulnaysien), du PCF, du PS, du PRG, d’Europe Ecologie Les Verts ont échangé des vœux avec les habitants au cours de 7 ateliers thématiques dans 7 quartiers différents de la Ville. Lire la suite

2020, l’année pour répondre aux urgences sociales et environnementales

Comme tous les mois vous trouverez ci-dessous la tribune des élus socialistes et radicaux qui siègent au Conseil municipal:

2019 signe l’échec du président Macron et de LREM. Leur ligne ultralibérale accentue les inégalités: d’une part les cadeaux fiscaux aux plus riches, d’autre part la casse des services publics (hôpitaux à l’agonie), la précarisation du travail, la réforme brutale de l’assurance chômage, la réforme injuste des retraites.

A Aulnay, la politique de B. Beschizza accentue les difficultés sociales par des services publics réduits et plus chers.

Aulnay bouge, mais pas dans le bon sens: bétonnage de luxe à outrance sans réponse aux besoins des aulnaysiens, un PLU qui réduit les espaces verts, Val Francilia, projet insensé de 2 500 logements sur le parc Ballanger. Lire la suite

Bilan de la gestion des finances par B. Beschizza et sa majorité .

Cette semaine, le journal Le Parisien revient sur la gestion des finances par B. Beschizza et son équipe. Il est écrit : « Les impôts locaux n’ont pas augmenté depuis 2002, et, parallèlement, les dotations d’Etat ont baissé de 26 M€ sur le dernier mandat. Alors, pour enrayer la dette, le maire dit avoir pratiqué « une gestion en bon père de famille », cela consiste à optimiser les dépenses ».
En d’autres termes, faire des économies. Cette volonté, qui semble raisonnable, est en fait un leurre sans cesse dénoncé par les élus d’opposition, car depuis 2014, ces fameuses économies sont le fruit d’une baisse des moyens dans tous les services : la culture, le sport, les loisirs, le périscolaire, l’aide aux familles, la santé, cumulée à une hausse régulière des tarifs des services municipaux.
Ces augmentations sont bien des impôts déguisés supportés non pas par l’ensemble des contribuables, ce qui serait une juste solidarité, mais par les usagers des services publics : les jeunes, les familles avec ou sans enfants et les personnes âgées.
Le maire déclare au Parisien : « Parmi les outils déployés pour baisser les charges, ne pas remplacer automatiquement un agent partant à la retraite. »
Voilà bien une politique en ligne directe avec l’objectif du Président Macron de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires. Or, depuis des mois, les mouvements sociaux montrent clairement que la baisse des moyens humains dans les services a des conséquences sur les conditions de travail des employés et se traduit par moins de service public pour les usagers.
Pour prouver son souci d’économie, B. Beschizza déclare:« Avant 2014, la ville dépensait 40 000 € pour des voyages d’élus dans le cadre de jumelages. Avec moi, c’est 0 € ! ».
C’est caricaturer les actions de coopération décentralisée, en lien avec les associations aulnaysiennes, avec un budget très limité. Les objectifs: favoriser les échanges d’expériences, de savoir faire, autour de projets de développement mutuel. La 1ère action : la visite à Rotterdam du Leepark, un campus regroupant une zone d’hébergement et de formation pour des jeunes avec offres d’emplois à proximité. D’où l’idée d’en faire autant sur le site PSA, idée reprise par B. Beschizza ! Mais maintenant, l’ouverture d’Aulnay vers d’autres pays, comme le font pratiquement toutes les villes, c’est zéro.
B. Beschizza devrait plutôt balayer devant sa porte, la Cour Régionale des Comptes ayant pointé « Une gestion des ressources humaines entachée de nombreuses irrégularités notamment dans la rémunération de cadres à haut salaire sans que le salaire soit vraiment justifié par les diplômes ou les responsabilités à exercer, pas de vote en conseil municipal pour les salaires des collaborateurs de cabinet du maire, d’où un manque évident de transparence.
Et combien d’euros dépensés en multiples attaques judiciaires contre les blogs, contre les élus d’opposition ? Là aussi, silence total.
Le Parisien : « La dette …135 millions d’euros en 2018, soit 1599 euros d’endettement par habitant, alors que le chiffre moyen au niveau du département est de 1196 euros par habitant. Selon les spécialistes des finances publiques, qui rappellent que la capacité de remboursement d’une dette est un bon indicateur de la santé financière d’une ville, on peut considérer que la situation devient inquiétante à partir de 12 ans. Or, à Aulnay, cette capacité de remboursement atteint 13,3 ans. »
Précisons les choses : l’épargne nette positive en 2013 et 2014 est négative depuis 2015, elle atteint à peine le 0 fin 2018. La ville ne peut donc financer ses investissements (travaux, équipements ..) que par l’emprunt, de 16 à 19 M par an.

2008 – 2014 : moyenne de 30 à 35 millions de travaux et équipements par an, financés à 30% par l’emprunt. Emprunts justifiés par l’obligation de réaliser le PRU signé par M. Gaudron, pour rattraper 25 ans de retard de travaux, pour en finir avec l’usine d’amiante.

2014- 2019 : moyenne de 20 M de travaux et équipements par an, financés à 73 % par l’emprunt. C’est une course en avant, il a fallu débourser 13 M l’an passé pour rembourser les emprunts. La ville va finir par emprunter…pour rembourser l’emprunt !
Mais qu’en dit B. Beschizza ? « la situation est en nette amélioration, en 2017, il nous fallait 18 ans pour rembourser la dette ! »
En fait, la situation très alarmante par rapport à celle du mandat précédent (9 ans 5 mois) va empirer puisque le maire prévoit une dette de 154 M en 2022, qui ne sera soldée que 20 ans plus tard.
Comment expliquer une certaine amélioration ces 2 dernières années ? Jusqu’en 2017, Aulnay-sous-bois a contribué au redressement du déficit public, conséquence de l’ardoise laissée par N. Sarkozy. Depuis, la ville a bénéficié de pauses dans cet effort collectif, d’une augmentation de la masse d’impôts et de taxes, de la reprise du marché immobilier amenant des droits de mutation plus importants , conséquence du bétonnage intensif de B. Beschizza et de dispositifs de l’Etat avantageux qui compensent en partie la baisse des dotations, soit une aubaine de 12 millions d’euros.
Les dotations ont baissé, mais l’Etat, la Région, le Département financent en grande partie les réalisations de ce mandat: le centre Balagny, prévu depuis 2012, financé à 70% par l’Etat et la Région, les rénovations des écoles Savigny, Perrières prises en charge à 80 % par l’Etat, l’école J. d’ Ormesson dans l’annexe du collège Le Parc, rétrocédée par le Département, sans oublier les aides à la construction du centre nautique.

En conclusion, le mandat Beschizza est marqué par des coupes budgétaires dans les services publics, des hausses successives des tarifs (l’augmentation du coût du repas de cantine a exclu près de 700 enfants.)

Les investissements financés majoritairement par l’emprunt restent insuffisants.

Enfin, les équipements prestigieux et coûteux, décidés sans réelle concertation, ne répondent ni aux souhaits des aulnaysiens, ni à l’indispensable aménagement de la ville aux changements climatiques, tout en creusant une dette abyssale. (74 M d’euros sur 25 ans pour le centre nautique).

Nos meilleurs voeux pour 2020 !

Les Elus socialistes et les militants de la section du Parti Socialiste d’Aulnay-sous-Bois vous souhaitent de belles fêtes de fin d’année et une excellente année 2020, pour vous et vos proches.

Ensemble, faisons le vœu d’une ville plus solidaire, plus écologique et plus démocratique.

Qu’ Aulnay-sous-Bois, riche de sa diversité, soit une ville dynamique et ambitieuse où chacun peut contribuer pleinement à son rayonnement et au bien vivre ensemble .

 

Retraites amères pour les classes populaires

Voici une tribune parue le 19 décembre dans Libération sur la réforme des retraites.

Tribune écrite par Daniel Goldberg notre ancien député et Guillaume Duval journaliste, éditorialiste à «Alternatives économiques».

Le projet de réforme ne permet pas de garantir une réduction des inégalités. Il existe au contraire de bonnes raisons de penser que celles-ci risquent de s’accroître. Lire la suite

Le Parisien : A Aulnay, le maire LR chouchoute l’association musulmane bardée de casseroles.

L’article paru hier commence ainsi : « A trois mois des élections, l’ EMJF, l’Espérance musulmane de la jeunesse française, malgré ses casseroles, fait l’objet de multiples attentions de la part de la municipalité dirigée par Bruno Beschizza. Il y a quelques jours, les services municipaux ont effectué de nombreux « travaux de confort » dans le réfectoire attenant à l’école Bougainville, dont l’EMJF est locataire depuis peu. (Pose de nombreuses prises électriques, installation d’un portail et d’une clôture flambant neuve, connexion au téléphone). Et pour cause : en 2014, l’EMJF avait appelé à voter pour l’ex-policier, et nombreux sont ceux qui pensent qu’ils pèseront encore dans le scrutin de mars 2020 Lire la suite

Affaire Théo : 3 ans après, les habitants restent méfiants envers la police.  

Le 2 février 2017, Théo 21 ans, était grièvement blessé lors d’un contrôle de police et risque de garder des séquelles toute sa vie. Quatre policiers sont toujours mis en examen pour violences volontaires.

On se souvient que B. Beschizza, ne pouvant ignorer le dérapage de ces policiers nationaux, avait déclaré à la presse : « La police est là pour protéger, non pour humilier ». Mais ni lui, ni ses élus, à une exception près, ne sont venus à la manifestation des habitants en colère. Selon Guy Challier, élu PS «on n’a vu personne, l’absence du maire et de son exécutif a eu pour seul impact de creuser le fossé entre policiers, ville et jeunesse ». Lire la suite

Municipales 2020 : candidat recherche ministre si possible LREM pour photo de soutien !

La semaine dernière, les candidats LREM dissidents Abdel Benjana et Fouad Guendouz diffusaient un tract où ils posaient fièrement aux côtés de leur soi-disant soutien, Cédric Villani, candidat LREM dissident aux municipales de Paris. Flop magistral, puisque C. Villani avait immédiatement démenti son soutien « c’est une photo prise lors de l’une de mes réunions publiques comme tant d’autres selfies … aucun soutien de ma part à ces candidats que d’ailleurs je ne connais pas ».

Cette semaine, Benjamin Giami, candidat LREM met la barre plus haut ! Balade écolo dans le Parc Ballanger, aux côtés de la secrétaire d’Etat à la transition écologique Emmanuelle Wargon … pour parler programme écologique bien sûr ! Lire la suite