VIRUS ET INEGALITES

Notre pays, notre département, notre ville connaissent une crise sanitaire sans précédent, elle a fait et continue de faire trop de morts.

Cette crise sanitaire est comme toutes les crises, elle met en avant de nombreuses inégalités, économiques et sociales que subissent notre département et notre ville. Nous en évoquerons dans ce petit article, quelques-unes parmi tant d’autres.

Alors que nous ne sommes ni plus ni moins respectueux du confinement que les autres départements, nous sommes l’un des départements les plus touchés par ce virus assassin, plusieurs raisons sociales peuvent expliquer cette situation.

La première qui est significative aujourd’hui, nous sommes l’un des départements les plus peuplés de France mais il est celui qui a le moins de lits d’hôpital par habitant.

Une seconde raison sociale, simple à comprendre, s’explique par le fait que beaucoup de nos concitoyens habitent dans des logements exigus donc par définition dans des lieux où il est plus facile de transmettre le virus.

Autre raison, rarement rapportée par les médias, c’est que beaucoup de nos sénaquo-dyonissiens et aulnaysiens exercent des professions où le télétravail n’est pas possible, mais ont des activités considérées comme « indispensables »(personnels de santé, aides à domicile, chauffeurs livreurs, employé(e)(s) de grandes surfaces, postiers….). De plus, ces mêmes personnes, pour se rendre sur leur lieu de travail peuvent être obligées de prendre les transports en commun très souvent bondés, car réduits.

Par ailleurs, pour percevoir leurs prestations sociales, des habitants de notre département, de notre ville sont obligés de sortir de chez eux et de faire très souvent la queue à la Poste (où de nombreux bureaux ont été fermés), risquant encore fois d’être atteints par cette affreuse maladie.

D’autres inégalités, plus insidieuses doivent être mises en avant. On a demandé dans le cadre de la continuité pédagogique, aux enseignants d’envoyer des cours et des travaux à faire par internet à leurs élèves. Des problèmes ont très vite vu le jour car tous les parents, tous les élèves n’ont pas accès à internet et ne possèdent pas de matériel informatique (poste, imprimante, scanner…). Tous les parents ne peuvent aider leurs enfants à faire leur travail scolaire par manque de temps ou « de capacités ».

Nous pourrions malheureusement évoquer d’autres aspects mais toujours est-il que ce virus doit, au vu des inégalités qu’il fait ressurgir, nous amener à réfléchir à une question simple : « Quelle société voulons-nous pour demain ? »

Protégez-vous, vous et vos proches ! Portez-vous bien !

A bientôt pour réfléchir et à agir ensemble pour une société meilleure et plus juste

Philippe GENTE

Militant socialiste

La section socialiste d’Aulnay soutient la mobilisation du 5 décembre.

Les militant(e)s et élu(e)s socialistes d’Aulnay-sous-Bois apportent leur soutien à la mobilisation du 5 décembre et appellent les Aulnaysiennes et les Aulnaysiens à se joindre aux cortèges pour dénoncer le projet de réforme des retraites prévue par le gouvernement d’Emmanuel Macron.

Cette réforme, présentée comme une réforme d’équité, conduira en réalité à renforcer toutes les inégalités de carrières et à opposer les bas salaires entre eux. Lire la suite

Le Conseil citoyen, des projets élaborés par ou pour les habitants.

Courant Avril, le Conseil citoyen s’est réuni pour faire un bilan des deux dernières années et pour arrêter la liste des projets des quartiers retenus pour 2019.

Rappelons qu’à Aulnay-sous-Bois, le Conseil citoyen a été créé officiellement en juillet 2016 pour l’ensemble des quartiers prioritaires de la Politique de la Ville : Rose des Vents, Cité de l’Europe, Etangs – Merisiers, Mitry- Ambourget, Balagny, Gros Saule.

Le Conseil citoyen crée par la loi Lamy en 2014 permet la participation active des habitants à l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation du Contrat de ville.

C’est le lieu d’expression des habitants d’un quartier ayant l’objectif commun d’apporter les réponses les plus pertinentes aux problématiques identifiées. Il conforte les dynamiques citoyennes existantes et crée un espace de propositions et d’initiatives à partir des besoins des habitants.

Le Conseil citoyen exerce son action en toute indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics, dans le respect des valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité et de neutralité. Contrairement aux conseils de quartier, le Conseil citoyen ne doit être ni présidé, ni animé par des élus.

Chaque quartier a ses représentants, dans le respect de la parité, qui soumettent leurs propositions.

Mais toute action nécessite forcément un financement. Le Conseil citoyen d’Aulnay gère le FPH, le Fonds de Participation des Habitants, d’un montant total de 7 à 8 000 € pris en charge par l’Etat et la Ville, soit un maximum de 800 € par projet. Lire la suite

Le Parti Socialiste demande un référendum sur l’ISF « Rétablissons l’ISF! Une France plus juste, c’est une France où chacun (e) contribue selon ses moyens. » »

Depuis 2008, les parlementaires peuvent contraindre le gouvernement à organiser la tenue d’un référendum sous 3 conditions : la demande doit être déposée par au moins 1/5e des députés et sénateurs réunis, soit 185 parlementaires sur 925 ; le Conseil constitutionnel doit vérifier qu’elle remplit les conditions requises ; la proposition de loi référendaire doit recueillir le soutien d’au moins 10 % du corps électoral, soit 4,7 millions d’électeurs.

Au 18 janvier, grâce à l’ensemble des députés et sénateurs socialistes, communistes, insoumis, de quelques écologistes et ex-députés La République en marche, l’initiative du PS avait réuni 156 signatures. Il reste à convaincre 29 parlementaires.

Une plateforme mise en ligne mi-décembre permet à chaque Français d’interpeller son sénateur ou son député grâce à un courrier électronique automatisé.

https://www.referendum-isf.fr

Il est écrit : « je souhaite qu’un référendum d’initiative partagée sur le rétablissement de l’ISF soit organisé. Citoyen (ne) de votre circonscription, j’en appelle à votre sens de la démocratie pour signer la proposition de loi référendaire et permettre que tous les Français soient consultés ».

Aulnaysiennes, aulnaysiens, n’hésitez pas à aller sur ce site pour demander à la sénatrice Mme Delmont-Koropoulis et au député M. Ramadier qu’ils s’engagent en faveur de ce référendum pour le rétablissement de l’ISF. Lire la suite

«Grand débat national» : campagnards et banlieusards, mêmes combats

Voici une tribune avec laquelle nous sommes en accord, écrite le 8 janvier 2019 par Stéphane Troussel, Président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Philippe Martin, Président du conseil départemental du Gers. Ils estiment que les préoccupations des gilets jaunes sont communes à celles de leurs habitants respectifs, que ce soit en zone urbaine ou en zone rurale. Et que les solutions qui seront apportées doivent correspondre aux réalités locales. Lire la suite

RSA: Stéphane Troussel répond à Séverine Maroun

Sévérine Maroun, 1ère adjointe au Maire, Conseillère départementale, conseillère territoriale et Vice-Présidente de la Métropole du Grand Paris a envoyé le 8 Février un courrier au Président du Conseil départemental Stéphane Troussel lui demandant de réfléchir à la mise en place d’une disposition en Seine-Saint- Denis qui consiste à conditionner le versement du RSA à un bénévolat obligatoire.

Dans son courrier Stéphane Troussel rappelle à Mme Maroun qui semble méconnaître le sujet, les droits et devoirs des bénéficiaires du RSA. Aussi et surtout le choix unilatéral prise par sa majorité de supprimer le service social existant sur Aulnay, entraînant une précarisation des Aulnaysiens.

Vous trouverez ci-dessous la réponse du Président du Conseil départemental et qui renvoie Madame Maroun à ses propres responsabilités sur Aulnay:

 

SM1Rép à SMaroun RSA_Page_2 (2)

Oussouf SIBY

Air France: Déshabillons la violence et réhabillons le dialogue

Le député, Daniel GOLDBERG a reçu hier à l’Assemblée nationale des salariés d’Air France participant aux échanges avec la direction de l’entreprise. Parmi eux, Erika, dont l’interpellation des dirigeants a ému un grand nombre de personnes, et Abdel aulnaysien et salarié syndicaliste de la CGT, présent au moment de l’agression du DRH d’Air France, et qui a protégé sa sortie des lieux. Lire la suite