VIRUS ET INEGALITES

Notre pays, notre département, notre ville connaissent une crise sanitaire sans précédent, elle a fait et continue de faire trop de morts.

Cette crise sanitaire est comme toutes les crises, elle met en avant de nombreuses inégalités, économiques et sociales que subissent notre département et notre ville. Nous en évoquerons dans ce petit article, quelques-unes parmi tant d’autres.

Alors que nous ne sommes ni plus ni moins respectueux du confinement que les autres départements, nous sommes l’un des départements les plus touchés par ce virus assassin, plusieurs raisons sociales peuvent expliquer cette situation.

La première qui est significative aujourd’hui, nous sommes l’un des départements les plus peuplés de France mais il est celui qui a le moins de lits d’hôpital par habitant.

Une seconde raison sociale, simple à comprendre, s’explique par le fait que beaucoup de nos concitoyens habitent dans des logements exigus donc par définition dans des lieux où il est plus facile de transmettre le virus.

Autre raison, rarement rapportée par les médias, c’est que beaucoup de nos sénaquo-dyonissiens et aulnaysiens exercent des professions où le télétravail n’est pas possible, mais ont des activités considérées comme « indispensables »(personnels de santé, aides à domicile, chauffeurs livreurs, employé(e)(s) de grandes surfaces, postiers….). De plus, ces mêmes personnes, pour se rendre sur leur lieu de travail peuvent être obligées de prendre les transports en commun très souvent bondés, car réduits.

Par ailleurs, pour percevoir leurs prestations sociales, des habitants de notre département, de notre ville sont obligés de sortir de chez eux et de faire très souvent la queue à la Poste (où de nombreux bureaux ont été fermés), risquant encore fois d’être atteints par cette affreuse maladie.

D’autres inégalités, plus insidieuses doivent être mises en avant. On a demandé dans le cadre de la continuité pédagogique, aux enseignants d’envoyer des cours et des travaux à faire par internet à leurs élèves. Des problèmes ont très vite vu le jour car tous les parents, tous les élèves n’ont pas accès à internet et ne possèdent pas de matériel informatique (poste, imprimante, scanner…). Tous les parents ne peuvent aider leurs enfants à faire leur travail scolaire par manque de temps ou « de capacités ».

Nous pourrions malheureusement évoquer d’autres aspects mais toujours est-il que ce virus doit, au vu des inégalités qu’il fait ressurgir, nous amener à réfléchir à une question simple : « Quelle société voulons-nous pour demain ? »

Protégez-vous, vous et vos proches ! Portez-vous bien !

A bientôt pour réfléchir et à agir ensemble pour une société meilleure et plus juste

Philippe GENTE

Militant socialiste

Face au Covid-19, restons vigilants, optimistes et solidaires.

Comme chaque mois depuis 6 ans, les élus PS, PRG envoient leur tribune au service communication de la mairie environ 10 jours avant la parution du futur numéro d’Oxygène. Nous avions envoyé notre tribune le 23 avril mais le directeur général des services nous a informé par mail que le numéro d’Avril était supprimé.

Voici notre tribune à laquelle nous associons les élus PCF.

La propagation du coronavirus a plongé le pays dans une situation d’une extrême gravité.

La pandémie actuelle, si elle révèle des élans de solidarité, accentue fortement les inégalités sociales. Certains vivent correctement le confinement mais d’autres sont mal logés ou sans domicile. Tous ne sont pas en télétravail, nous, élus PS, PRG, PCF, pensons et remercions ceux qui, peu ou pas protégés, vont soigner les malades ou assurent des services à la population. Les plus précaires, faute de moyens suffisants, sont les plus exposés. Maintenir et développer les services publics est une urgence sociale.

L’inégalité existe aussi entre les élèves disposant d’un outil informatique et les autres laissés pour compte.

La crise de l’hôpital atteint son paroxysme, avec un manque crucial de moyens et de personnels, résultat d’une course à la rentabilité. Or, des vies seront sauvées grâce au service public.

Le gouvernement a mis trop de temps à prendre conscience de la gravité de la situation: pénurie de masques, tests rarissimes, maintien des élections malgré les risques sanitaires alors que des pays voisins prenaient des mesures drastiques.

Ces élections furent un simulacre de démocratie au regard de l’absentéisme: 67 % dans notre ville.

B. Beschizza n’est élu que par 18 % des inscrits.

La liste Aulnay En Commun a déposé un recours au Tribunal administratif pour dénoncer les dérives et incidents majeurs le 15 mars, notamment le racolage des électeurs par des personnes favorables au maire, l’un de nos colistiers étant frappé et menacé de mort.

Aulnay En Commun remercie les 2 590 électeurs qui ont voté pour ses candidats.

Dans l’attente de jours meilleurs, restez chez vous et soyez vigilants.

Ensemble, mettons fin au désert médical et social !

Les candidats de la liste participative Aulnay En Commun:

Constats et propositions pour la santé dans notre ville.

Plus personne n’ignore que depuis des années, l’hôpital vit une crise profonde. Les soins se dégradent et les personnes souffrent. La médecine de ville, qui est complémentaire, ne s’améliore pas non plus dans notre commune alors qu’il y a pourtant des politiques locales à mener. En effet, la gestion de Bruno Beschizza en « bon père de famille » a conduit à la dégringolade des centres de santé municipaux et au démantèlement du service social. Voici le bilan :

Centres de santé municipaux : suppression de 2 centres sur les 6. Au CMES Louis Pasteur, fermeture du service radiologie, fin des consultations sport et psychiatrie, des médecins généralistes et spécialistes non remplacés. Délais de rendez-vous rallongés (un mois d’attente pour voir un généraliste du CMES) .

-Services sociaux : fermeture des 7 antennes sociales fin 2014. Depuis, une équipe réduite reçoit les familles mais les dossiers sont traités à Bobigny. Une situation intolérable pour gérer les détresses des familles, signaler les enfants en danger ou faire de la prévention.

-Planification familiale : un service affaibli par les coupes budgétaires, 832 h de médecine au lieu de 1 900, 2 conseillers au lieu de 3.

La santé est un droit fondamental et chacun doit pouvoir se soigner quelle que soit sa condition sociale. C’est avec cette conviction qu’Aulnay en Commun propose un projet qui allie démocratie, solidarité et écologie pour une meilleure prévention et un meilleur accès aux soins :

-Engageons-nous pour la transparence et décidons ensemble des grandes orientations budgétaires, notamment pour la santé.

-Favorisons l’arrivée de médecins et de professionnels de santé par une aide à l’installation (recherche de locaux, loyer modéré…).

-Revitalisons nos centres de santé municipaux en recrutant des généralistes et des spécialistes.

-Organisons un bilan de santé annuel gratuit pour les jeunes et les seniors dans les centres de santé municipaux.

-Renforçons les actions de prévention (alcool, drogue, conduites à risque)

-Faisons revenir les assistantes sociales dans des espaces d’accueil facilement accessibles.

-Garantissons une alimentation saine et durable pour nos enfants : Objectif en 6 ans 100% bio et/ou local par une régie publique d’alimentation locale pour fournir les restaurants scolaires.

 

Usine d’amiante d’Aulnay : quand l’action municipale rejoint l’action citoyenne.

Un colloque était organisé aujourd’hui à Aubervilliers pour conclure un programme de recherche « Pollution industrielle, contamination environnementale Amiante par le CMMP à Aulnay-sous-Bois », une journée de témoignages et d’exposés organisée notamment par le GISCOP 93, Université Paris 13, des responsables de recherche et des associations.

Nous souhaitons rendre hommage encore aujourd’hui aux citoyens, aux associations, aux chercheurs, médecins, avocats qui se sont battus durant des années pour faire reconnaître ce scandale de santé publique et pour mettre en place la recherche, le suivi et la défense des droits des personnes exposées.

L’ancienne municipalité, de 2008 à 2014 a œuvré aux côtés de ces personnes et nous, anciens élus, sommes fiers d’avoir contribué à la déconstruction-dépollution, à la recherche et au suivi des victimes. Lire la suite

Tribunal de Paris : la procureure demande la relaxe pour les blogueurs et les Elus d’opposition d’Aulnay!

Le jeudi 7 mars, les élus d’opposition et Arnaud Kubacki ancien directeur de publication du blog Aulnay Cap comparaissaient au Tribunal de Paris, suite à la plainte pour diffamation déposée par B. Beschizza qui lui, a brillé par son absence !

Une audience de 4 heures ouverte par le Juge – Rapporteur qui a repris toute l’affaire : fin 2016, B. Beschizza interdisait par arrêté municipal la diffusion des affiches de la campagne nationale de prévention contre le sida validée par le Ministère de la Santé estimant notamment que ces affiches montrant des couples d’hommes étaient « contraires aux bonnes mœurs et à la moralité ».

Un acte qui avait provoqué, comme l’a signalé le Juge, un « tohu-bohu » dans la France entière. De nombreuses personnalités dont la Ministre de la Santé, des associations et des journalistes avaient unanimement condamné l’arrêté du Maire d’Aulnay.

Nous, élus d’opposition, avions réagi par un communiqué condamnant cet arrêté qui privait les homosexuels d’informations essentielles pour leur santé, un arrêté jugé comme stigmatisant vis-à-vis de ces personnes. Cette appréciation a été retenue par B. Beschizza pour attaquer exclusivement en justice pour diffamation, les 3 blogueurs qui avaient diffusé le communiqué et de ce fait, les élus, auteurs du texte.

2 rappels importants de la part du Juge -Rapporteur: fin 2017, le Tribunal administratif avait jugé l’arrêté du Maire illégal et le défenseur des droits Jacques Toubon avait porté un jugement très sévère, déclarant notamment que B. Beschizza « n’avait pas rempli son rôle de rempart et de protecteur d’une partie des habitants de sa commune ».

Toute l’audience a tourné autour de l’appréciation du terme « homophobe ». Lire la suite

Après 5 ans d’immobilisme, l’aménagement du site du CMMP va-t-il enfin voir le jour ?

Ces derniers jours, plusieurs articles rappellent le scandale sanitaire du Comptoir des Minéraux et Matières Premières, le CMMP, cette « usine poison » en plein cœur d’Aulnay-sous-Bois. L’accent est mis sur le combat intense mené par les associations dès 1997 mais il faudra attendre l’arrivée en 2008 de la municipalité menée par G. Ségura pour que cette usine disparaisse et que les victimes soient recherchées. M. Beschizza, dans son discours scandaleux lors des vœux à la population, a osé dire qu’avant, Aulnay-sous-Bois était une pépite mais qu’en 6 ans de municipalité de gauche, tout avait été dégradé ! De qui se moque-t-on ? Des pépites, le CMMP et les quartiers nord dans un état pitoyable ?

Nous affirmons, bien au contraire, que nous sommes fiers de la rénovation lourde de ces quartiers par une relance du PRU (44 millions) et la disparition du CMMP (17 millions). Lire la suite

B. Beschizza et ses élus votent CONTRE le vœu pour la défense de l’hôpital Jean Verdier !

Au conseil municipal du 18 juillet, un vœu pour la défense de l’hôpital a été présenté par Miguel Hernandez pour les élus PCF auquel se sont associés les Elus PS et Radicaux. Il est en effet primordial à l’heure où le personnel hospitalier, partout en France, dénonce depuis des mois une situation de plus en plus critique, de protester dans nos villes contre le démantèlement de J.Verdier au profit d’Avicenne, de demander des investissements pour le pôle mère-enfant et des moyens supplémentaires pour les urgences.
Or, la lecture du vœu à peine terminée, l’adjointe à la santé Mme Lanchas-Vincente et la sénatrice Mme Delmont-Koropoulis, contre toute attente, ont fait un plaidoyer pour défendre l’ARS Agence Régionale de Santé, justifier ses regroupements et donc les fermetures de services ! Lire la suite

Hôpital Robert Ballanger : 7 millions accordés pour la modernisation des urgences.

A l’heure où le personnel des hôpitaux dénonce partout en France et à juste titre, des difficultés croissantes telles que la pénurie de médecins, un manque global de personnel et de moyens financiers et parfois, des locaux délabrés, une bonne nouvelle vient de tomber pour l’Hôpital Intercommunal Robert Ballanger .En effet, un accord de cofinancement de 7 millions vient d’être conclu avec l’Agence Régionale de Santé, l’ARS pour la rénovation des urgences sur 4 ans, soit une extension de 900 m2 et une meilleure liaison avec les autres services hospitaliers de radiologie, de soins et le bloc opératoire.

Il faut par ailleurs noter que cette rénovation s’inscrit dans la modernisation amorcée dès 2007, puisque ce vaste hôpital intercommunal a bénéficié depuis 2007 de 32 millions permettant la rénovation de locaux existants, la construction d’un nouveau bâtiment Femmes – Enfants et un service de soins de suite et de réadaptation à la pointe.

Nous nous réjouissons donc de ce nouveau pas en avant pour cet hôpital si important pour nos populations alors que nos villes souffrent d’un manque de médecins de ville suite à de nombreux départs en retraite non remplacés.

Mercredi 22 Février :Don du sang à Aulnay, ils ont besoin de nous!

Si vous avez entre 18 et 70 ans et que vous êtes en bonne santé vous pouvez vous rendre aujourd’hui entre 15h et 20h à la salle Chanteloup à la collecte de sang organisée par l’EFS.

Le don de sang permet de soigner plus d’un million de malades chaque année dans notre pays. Irremplaçables , le sang des donnateurs sont utilisés dans deux grands cas de figure : les situations d’urgence (hémorragies lors d’un accouchement, d’un accident, d’une opération chirurgicale…) et les besoins chroniques  (maladies du sang et cancers).

Les produits sanguins  issus des dons de sang, ont une durée de vie limitée. C’est pourquoi, pour répondre aux besoins du quotidien, des malades, le don est nécessaire de manière régulière et continue

Pour plus d’information sur les modalités de don vous pouvez vous rendre sur le site  http://dondesang.efs.sante.fr/ .

Oussouf SIBY

Quel projet pour le terrain du CMMP dépollué par l’ancienne municipalité ?

Le devenir du terrain de l’ancienne usine d’amiante (le CMMP) a été évoqué lors du conseil municipal du 14 décembre , un dossier majeur traité par l’ancienne municipalité.

Rappel des faits : En 1997, un riverain de l’usine décède d’un cancer provoqué par l’amiante alors qu’il n’en manipulait pas. Pendant plus de 10 ans, la famille et les associations se battent pour faire reconnaître la responsabilité du CMMP qui a broyé l’amiante pendant 40 ans et demandent sa démolition , mais elles se heurtent à l’inaction des pouvoirs publics.

En Octobre 2006, la démolition de l’usine commence, à ciel ouvert. Arrêt en urgence du chantier un mois plus tard, la pollution extrême nécessitant une démolition sous bulle étanche. Lire la suite