Bruno Beschizza, incapable de répondre par lui-même aux rumeurs malsaines sur l’École, choisit de leur donner de l’écho !

Bruno Beschizza n’en est pas à son coup d’essai pour maltraiter l’École publique. Cet été, il a de nouveau participé à semer le doute au sujet des programmes enseignés aux enfants.

Il a ainsi apporté sa caution de Maire d’Aulnay-sous-Bois aux tentatives de désinformation qui circulent notamment sur les réseaux sociaux concernant la mise en place de cours d’éducation à la sexualité dès la maternelle. Il a même évoqué, sur un papier à en-tête officiel de la ville, le fait qu’il pourrait y avoir des « cours de masturbation sexuelle ».

Bien sûr, plutôt que de se forger lui-même une opinion, il ne prend partie et préfère écrire au ministre Jean-Michel Blanquer, le 27 août, pour avoir des « éclaircissements » ! Quel mépris vis à vis des personnels de l’Éducation nationale qui, tous les jours, ont à donner confiance aux enfants et aux parents dans l’École de la République. Lire la suite

Publicités

B. Beschizza et ses élus votent CONTRE le vœu pour la défense de l’hôpital Jean Verdier !

Au conseil municipal du 18 juillet, un vœu pour la défense de l’hôpital a été présenté par Miguel Hernandez pour les élus PCF auquel se sont associés les Elus PS et Radicaux. Il est en effet primordial à l’heure où le personnel hospitalier, partout en France, dénonce depuis des mois une situation de plus en plus critique, de protester dans nos villes contre le démantèlement de J.Verdier au profit d’Avicenne, de demander des investissements pour le pôle mère-enfant et des moyens supplémentaires pour les urgences.
Or, la lecture du vœu à peine terminée, l’adjointe à la santé Mme Lanchas-Vincente et la sénatrice Mme Delmont-Koropoulis, contre toute attente, ont fait un plaidoyer pour défendre l’ARS Agence Régionale de Santé, justifier ses regroupements et donc les fermetures de services ! Lire la suite

Le député Alain Ramadier: positions et bilan depuis 6 mois.

En 6 mois : en commission, 36 présences et 16 interventions

Dans l’hémicycle, 25 interventions et 6 questions écrites

Il a voté CONTRE la loi de moralisation de la vie publique. Malgré les insuffisances et l’imperfection de ce texte, il faut reconnaître une avancée non négligeable puisque suite à l’affaire FILLON, le Gouvernement décide d’interdire, notamment pour les membres du gouvernement et les parlementaires, d’embaucher des membres de leur famille proche. Ne se démarquant pas de sa famille politique « Les Républicains » Alain Ramadier a voté CONTRE en reprenant l’argument commun fort surprenant de la droite: cette interdiction serait une « discrimination à l’embauche »! Les Républicains n’ont visiblement retenu aucune leçon des turpitudes de leur propre parti politique.

Il a voté POUR la loi d’habilitation qui en Septembre 2017 a autorisé le Président Macron à signer les 5 ordonnances réformant le code du travail. C’est contraire au principe de la séparation des pouvoirs : le pouvoir législatif exercé par l’assemblée nationale et le Sénat qui préparent, discutent et votent les lois et le pouvoir exécutif exercé par le Président et son gouvernement. Des ordonnances sont parfois prises pour faciliter l’élaboration d’une loi qui ne pose pas problème mais en septembre, les députés ont cédé leur pouvoir législatif au Président Macron pour une loi fondamentale touchant le monde du travail, en lui donnant l’autorisation de réécrire ce code sans que le Parlement ne soit associé. Et ces ordonnances, pour ceux qui avaient encore des doutes, démontrent bien qu’ E. MACRON mène une politique de droite, en donnant de nouvelles garanties au patronat tout en limitant les droits des salariés. Lire la suite

Sectarisme et partialité de Bruno Beschizza

Élu député de la circonscription Aulnay, Bondy, Les Pavillons-sous-Bois en juin 2012, Daniel Goldberg avait demandé au Maire de l’époque Gérard Segura, la mise à disposition d’un bureau au sein de l’Hôtel de Ville pour recevoir les habitants et pour assurer sa mission en circonscription.
Pour cela, le Député et le Maire avaient signé, comme il se doit, une convention fixant notamment l’indemnité mensuelle que le député devait verser à la commune.
Mais le 8 avril 2014, quelques jours seulement après l’installation de la nouvelle équipe municipale, le nouveau maire, B. Beschizza, mettait fin unilatéralement à cette convention.
En voici les motifs : il récupérait le bureau du Député parce que la nouvelle équipe municipale était plus conséquente que l’ancienne et qu’il fallait trouver 43 bureaux au sein de l’Hôtel de Ville. Deuxième argument : les indemnités de Député permettaient à Daniel Goldberg de louer un local en ville pour y installer sa permanence. Lire la suite

Démission d’un Adjoint, la majorité de B.BESCHIZZA dans la tourmente

Le vote de deux adjoints au Maire pour une autre liste que celle proposée par Bruno Beschizza lors du Conseil municipal extraordinaire du 28 Juin pour la désignation des délégués pour les élections sénatoriales est visiblement l’arbre qui cachait la forêt . C’est en réalité une crise beaucoup plus profonde que traverse la majorité LR-UDI. Vendredi 14 Juillet Mohamed Ayyadi, Ajoint au Maire chargé de la Vie Associative, des Sports et de la jeunesse annonçait sur sa page Facebook sa démission. Pour beaucoup d’Aulnaysiens cette nouvelle n’est pas une surprise, cette rumeur circulait depuis plusieurs semaines, sans être démentie. Quelles sont les raisons de ce divorce après trois ans de mandat ?

Lire la suite

Primaires Citoyennes à Aulnay: Une victoire des valeurs de la gauche

Dimanche 29 Janvier, Benoit Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire a remporté un succès incontestable. Il est maintenant le candidat de tous les partis membre de cette Belle Alliance, mais au delà de tous ceux et celles qui se reconnaissent dans les valeurs sociales et écologiques qu’il a défendues.

A Aulnay-sous-Bois, ceux qui se sont mobilisés tout au long de la campagne ont mené des actions de terrain  qui se sont soldés par un score très large. Ce résultat c’est la victoire d’un projet nouveau, constitué de proposition qui ont été au cœur de la campagne , et qui se veut sans concession face aux solutions libérales de la droite et du populisme de l’extrême droite. Lire la suite

Nouvelles mesures pour le versement des indemnités : M. BESCHIZZA et Mme MAROUN infligent la double peine aux communaux !

Le jeudi 15 décembre, les agents municipaux, à l’appel du syndicat FO, mécontents des mesures prises par la municipalité concernant leur régime indemnitaire, manifestaient en masse devant l’hôtel de Ville.

La veille, ces mesures avaient été présentées au conseil municipal et soumises au vote.

POUR : les élus de droite de la majorité – CONTRE : les élus de gauche de l’opposition.

Quelles sont les raisons de la colère des salariés ? Lire la suite

Place Camélinat : le super bétonnage du maire continue ….

Le maire et ses élus ont organisé le jeudi 8 décembre une réunion réservée aux riverains sur le devenir de cette place, une réunion comme l’a dit M.BESCHIZZA« entre nous pour échanger et faire taire les rumeurs » …

1er objectif : construire un parking souterrain.

Il est prévu un parking souterrain de 80 places sur 2 niveaux, sous la place et les rues du pourtour.

Début des travaux fin juillet 2017 pour une livraison 12 mois plus tard, en août 2018.

Le projet ne fait pas l’unanimité, il suscite beaucoup d’ interrogations et d’inquiétudes. L’association « Aulnay environnement » y est fermement opposée: disparition des tilleuls centenaires, problème de circulation souterraine des eaux de pluie et difficultés possibles pour les propriétés limitrophes, problème de localisation de l’entrée et de la sortie du parking …

Lire la suite

Les élus de gauche fermement opposés à l’arrêté de Bruno BESCHIZZA interdisant la campagne de prévention de lutte contre le sida

Le Maire ayant pris un arrêté le 21 novembre interdisant la diffusion des affiches de la campagne nationale de lutte contre le sida dans notre ville, les élus de l’opposition ont souhaité discuter de ce sujet en début de séance, lors du conseil municipal du 23 novembre.

En ma qualité de Président du groupe socialiste je demande alors la parole au nom de tous les élus de l’opposition (Parti Radical de Gauche, Parti Communiste et Front de Gauche).

Refus du Maire ! Il consent tout juste à une prise de parole en fin de conseil. En clair, il opte pour la solution qui lui permettra, en fin de séance alors que l’ordre du jour est épuisé, de mettre rapidement et catégoriquement un terme à une discussion qui le dérange et qu’il rejette.

Je réitère ma demande mais le Maire Bruno BESCHIZZA coupe le micro. C’est scandaleux !

Les élus de l’opposition quittent la salle du conseil en signe de protestation et vont échanger quelques mots avec le public tout en distribuant leur communiqué.

La situation s’envenime lorsque des membres du public et les élus découvrent qu’un homme filme avec son téléphone le public à son insu. Ils lui demandent de se présenter, lui rappellent que seuls les élus sont filmés pour une retransmission du conseil et qu’il n’a pas le droit de filmer le public.

Face à l’insistance d’une habitante et des élus et après avoir refusé à plusieurs reprises, la personne consent enfin à se présenter : c’est le nouveau chef du cabinet du Maire (3ème recrutement depuis mars 2014) ! Bien embarrassé lorsqu’une habitante et un élu lui demandent d’effacer sa vidéo et qui se tourne vers la 1ère adjointe Séverine Maroun pour lui demander l’autorisation la supprimer.

Que veulent dire ces méthodes inadmissibles ? Lui a-t-on demandé de filmer et pour quelle exploitation ? Un nouveau pas a été franchi dans l’autoritarisme, l’irrespect des élus et des aulnaysiens.

Guy CHALLIER

 

 

Une tribune de novembre de niveau primaire

L’agressivité caractéristique de la primaire de droite est-elle contagieuse ? C’est en tout cas ce que l’on serait en droit de penser suite à la tribune d’Alain Ramadier dans le numéro Oxygène de novembre. L’adjoint au maire n’était pourtant pas de ceux de la majorité que l’on pouvait considérer comme outrancier, ni dans les idées, ni dans les propos. La tribune de ce mois-ci ne se différencie donc pas beaucoup de celle du mois d’octobre où Stéphane Fleury signait un texte aussi violent que mensonger. Si l’on peut légitimement se demander ce que vient faire l’invitation à participer à l’élection primaire de droite dans le magazine municipal, c’est plutôt la malhonnêteté intellectuelle de Monsieur Ramadier qui est préoccupante.

Lire la suite