NON à la privatisation des crèches Clémence Mentrel et La Bourdonnais !

Le 19 octobre, le Maire et sa majorité ont voté une délégation de service public pour la gestion de la nouvelle crèche Clémence Mentrel (18 rue des écoles) et pour la crèche municipale La Bourdonnais (déménagement prochain dans l’immeuble dit l’îlot Sisley.)

Quels sont les arguments du Maire et de ses élus pour justifier cette privatisation ?

« Ce n’est plus la ville mais le délégataire qui assume le risque financier… »

Afin de « rentabiliser » les structures, il est autorisé à remplir les places vacantes en les contractualisant avec des entreprises privées pour leurs salariés.

Il pourrait aussi proposer d’autres créneaux horaires que ceux des crèches municipales, mais à des tarifs non fixés par la ville.

Des mesures qui risquent d’amener une concurrence entre berceaux réservés pour le public et pour le privé.

« Le privé a davantage de compétences que la mairie pour recruter des agents qualifiés. 

C’est un personnel sous régime privé, plus souple que le régime public … » Lire la suite

Publicités

La vérité sur les crèches à Aulnay !

Depuis quelques jours, les deux conseillers départementaux de droite d’Aulnay-sous-Bois, Séverine Maroun et Mohamed Ayyadi, distribuent un tract devant les crèches de la ville pour s’offusquer de la décision du Conseil départemental de supprimer les subventions de fonctionnement pour les crèches municipales. Il est cependant important de signaler que les autres conseils départementaux ne versent pas ces subventions ou versent des subventions moins importantes.

De plus, le Maire Bruno Beschizza assène des contre-vérités dans son journal Oxygène de ce mois-ci : il critique le Département en disant que « cette décision unilatérale montre un désengagement du Département et s’avère une nouvelle attaque en règle contre la famille ».

Vous ne rêvez pas ! C’est bien le même Bruno Beschizza qui a décidé unilatéralement la suppression de la convention entre la ville et le Conseil Départemental ayant pour conséquence la fermeture des antennes sociales en laissant les familles livrées à elles-mêmes qui dit cela. C’est bien le même Bruno Beschizza qui a fortement augmenté les tarifs de la cantine et des centres des loisirs, punissant ainsi les familles qui ont des enfants dans les écoles publiques.
Lire la suite