Parking Abrioux : Aulnay Environnement recueille l’avis d’un professionnel.

Depuis des années, l’association Aulnay Environnement alerte les aulnaysiens sur les projets du maire concernant le devenir de l’ex-place Camélinat. Favorable à une place sans voitures, l’association s’est opposée à la construction d’énormes immeubles et d’un parking souterrain à 2 niveaux condamnant les tilleuls centenaires.

Hier, Aulnay Environnement a publié dans son blog, un article intitulé « Parole d’expert ! » dont voici des extraits :

« Il y a quelques semaines Aulnay Environnement s’était inquiété de la présence de grandes mares au fond du chantier du futur parking Abrioux , et s ‘était demandé si par hasard, cela ne serait pas dû à la présence de la nappe phréatique. Du haut de sa superbe, la première adjointe nous avait renvoyé à nos chères études : laissez donc faire les experts ! La présence de cette eau s’expliquait tout simplement par l’activité des foreuses qui ne pouvaient fonctionner à sec ! 

Mais écoutons l’avis d’un professionnel, d’un vrai :

« Il y a en permanence 6 à 8 pompes qui fonctionnent à plein régime. On n’a jamais vu une telle pression de la nappe phréatique ».

Dans une partie de la ville depuis des siècles abandonnée à la forêt parce que le sol était trop humide pour le mettre en culture, dans un quartier marqué depuis des décennies par des inondations à répétition, creuser un parking souterrain à deux niveaux était de toute évidence une aberration. …

On nous dira que, grâce au département, le réseau d’assainissement est en train d’être recalibré. Mais les professionnels, les vrais, savent bien que même ainsi amélioré, il ne sera jamais capable de faire face à des crues centenaires. Alors pourquoi le surcharger d’emblée en y jetant les eaux de la nappe, en privant les grands arbres proches d’une bonne partie de l’eau qui leur est nécessaire ? Sans oublier qu’il a fallu creuser un réservoir supplémentaire devant le collège, non prévu à l’origine. Aux frais de qui ?

La démonstration que cette municipalité piétine ses promesses de consulter les habitants pour tout nouveau projet n’est plus à faire : malgré notre insistance, aucune consultation n’a jamais été entreprise sur ce parking qui représente le quart des investissements annuels de la commune… »

Texte intégral sur le site d’Aulnay Environnement aulnay.environnement@gmail.com

Dès l’annonce du projet du maire, nous, élus socialistes, avons rappelé que nous voulions durant notre mandat supprimer les véhicules sur la place Camélinat, mais en optant pour un parking silo à proximité afin de conserver les arbres, charme incontestable de ce lieu. Nous sommes contre ce parking souterrain de 6,3 millions (prix exorbitant de 62 000 € chaque place de stationnement). Il n’était pas question de construire ces immeubles de luxe, ni de vendre le legs Pecoroni réservé à un équipement pour les scolaires, comme le fait B. Beschizza pour un immeuble de plus.

Nous partageons les inquiétudes d’Aulnay Environnement quant à la proximité de la nappe phréatique, aux problèmes de circulation des eaux de ruissellement, des risques d’inondation et de dégâts sur les constructions voisines.

A présent, la dalle de béton recouvre la place, tout est caché. Mais le maire devra assumer ses responsabilités en cas de dégâts dans ce quartier. Et comment réagira-t-il, lui si attaché à son «esprit village» devant une place minérale, vide la plupart du temps, glaciale ou torride selon les saisons ?

CARMA, le projet alternatif au projet d’EuropaCity.

Mardi dernier, nous avons assisté à la réunion organisée par VME au Parc Dumont au cours de laquelle les membres du CARMA ont présenté leur projet pour le Triangle de Gonesse, alternatif au projet EuropaCity.

Les terres très fertiles du Triangle de Gonesse représentent une superficie de 680 hectares. L’Etat veut intervenir sur 300 hectares dont 80 pour EuropaCity. Pour rappel, le groupe Auchan, associé à l’investisseur chinois Wanda, a reçu le soutien de l’Etat pour construire EuropaCity à l’horizon 2027 : un parc de loisirs avec piste de ski, centre aquatique, une ferme urbaine, des équipements culturels, 2700 chambres d’hôtel , 20 000 m2 de restaurants, 230 000 m² de commerce dont 500 boutiques de luxe, des espaces pharaoniques pour les bureaux.
La pertinence et la dimension du projet sont contestées depuis l’origine, tout particulièrement à cause de son impact environnemental, catastrophique pour la biodiversité et de ce méga-centre commercial alors que le commerce de proximité de nos villes disparaît et que les centres commerciaux tout proches sont eux aussi en difficulté.
Lire la suite

Ligne 16 du futur métro : le tunnelier s’appelle Armelle.

Le Parisien nous apprend que le 1er tunnelier qui creusera la ligne 16 a été baptisé à Aulnay, à l’initiative de la Société du Grand Paris, samedi dernier. Encore un événement pour lequel les élus de l’opposition n’ont pas été invités ! Il va sans dire que si l’invitation émanait de la SGP, le maire devait en informer tous les conseillers municipaux. Mais c’est tellement plus valorisant de cultiver cet « entre-soi » qui lui permet de faire systématiquement table rase du passé !

Nous arrivons au 1er acte concret d’une grande et belle « bataille » menée, eh oui, par l’ancienne municipalité dès 2010, car obtenir un tracé passant par Aulnay et une nouvelle gare, ce n’était pas du tout gagné ! Réunions avec les villes voisines, l’Etat, la Région, le Département, réunions publiques avec les habitants … En mars 2012, 1ers sondages des sols. Le 5 juillet 2012, le conseil municipal votait à l’unanimité la vente de 2 ha de terrain à la société du Grand Paris, près du carrefour de l’Europe pour accueillir la gare du Grand Paris Express. Lire la suite

Aulnay bouge … mais pas dans le bon sens: des Aulnaysiens mécontents écrivent au maire !

Alors que le maire fait une pub effrénée et sans limite des actions de la majorité dans le magazine Oxygène, 9 mois avant les élections municipales, des Aulnaysiens du quartier Nonneville expriment leur mécontentement et même leur « ras le bol » suite aux réunions inutiles et aux nombreuses lettres ou plaintes restées sans réponse, dans une lettre de 9 pages adressée à B. Beschizza ( publiée intégralement dans le blog monaulnay.com).

Ils commencent ainsi : « Pour vous Aulnay bouge » semble être la nouvelle devise de notre ville… Effectivement, depuis le début de votre élection, nous avons pu constater nombre de changements dans notre ville. Mais ces changements vont-ils dans le bon sens ? Nous, habitants du quartier de Nonneville, pour certains depuis bientôt 60 ans, ne le pensons pas …Nous sommes à moins d’un an de la fin de votre mandature, nous avons fait toutes les réunions de quartiers et nous n’avons rien obtenu pour améliorer notre cadre de vie qui se dégrade de jour en jour.

Cette lettre, très argumentée, montre la vigilance de ces Aulnaysiens sur des sujets du quotidien et leur attachement à leur quartier. Parmi les problèmes exposés, nous avons retenu quelques points sur lesquels bon nombre d’Aulnaysiens font des constats identiques . Lire la suite

Aulnay bouge «  sans vous », notre ville livrée aux promoteurs. 

Quel décalage entre la réalité et les déclarations de B. Beschizza ! «  nous avons mis fin au bétonnage aveugle de l’ancienne municipalité … nous construisons essentiellement sur les axes structurants…. nous  revitalisons les quartiers ». C’est vrai, la revitalisation va bon train avec déjà 300 nouveaux logements dans les quartiers sud, en pleine zone pavillonnaire !

Devant le mécontentement grandissant des Aulnaysiens qui dénoncent un bétonnage accéléré sans aucun débat, le maire et ses élus ont trouvé une parade: ils se félicitent d’avoir réduit la concession Mitry- Princet, 700 logements au lieu des 1 700 prévus par l’ancienne municipalité.

Mais signer une concession avec un aménageur permet à un maire de maîtriser le programme d’ urbanisation, de veiller au nombre et aux types de logements, à la forme, à la densité. C’est un contrat dans lequel l’aménageur réalise les immeubles tout en participant au financement des voiries, des espaces verts, des établissements publics tels que les écoles. Lire la suite

CDG Express : pour l’abandon du projet, priorité aux transports du quotidien.

Nous avons répondu cette semaine à l’invitation du Maire de Saint-Denis M. Laurent Russier à une réunion concernant les travaux sur l’axe ferroviaire Paris Nord et le CDG Express en présence notamment de Mme Corinne Lepage ancienne ministre de l’environnement, de la députée Clémentine Autain, de la maire de Mitry-Mory Mme Blandiot-Faride.

Le CDG Express, ligne ferroviaire privée, doit relier directement l’aéroport Charles de Gaulle à la gare du Nord pour 29 € par trajet, en empruntant notamment les voies du RER B dont il perturbera le trafic. Il devait être construit pour les JO de 2024 mais les travaux pharaoniques à marche forcée auraient entraîné des perturbations insupportables pour les usagers. La ministre des transports a donc annoncé le 29 mai que le CDG Express ne serait pas mis en service avant décembre 2025. Précisons que ce projet doit s’inscrire dans un ensemble de 15 chantiers majeurs (régénération des rails, des caténaires, modernisation des trains et systèmes d’exploitation du RER B et D, mise en accessibilité des gares, développement des interconnections…). Lire la suite

Réunion publique Val Francilia : F. Cannarozzo annonce la création de la ZAC .

Imagine-t-on abattre les arbres d’1/3 du parc Montsouris, araser 20% des Buttes Chaumont ? Eh bien à Aulnay, B. Beschizza lance le projet Val Francilia ! De nouvelles constructions sur 5 ha du parc Ballanger sans vraie concertation puisque F. Cannarozzo adjoint au maire en charge des grands projets a affirmé que cette «bétonnisation» était non négociable dans l’équation financière prévue.

Il a également annoncé jeudi dernier la création de la ZAC, Zone d’Aménagement Concerté.

C’est donc bien le début de la procédure d’aménagement qui va être lancé (périmètre concerné, programme, composantes architecturales, paysages, voies de circulation…) alors que rien n’est clair et que le projet soulève de vives protestations.

Certains aulnaysiens ont dénoncé un manque flagrant d’informations, aucun courrier aux habitants des quartiers nord. Seulement 71 personnes pour les 3 ateliers de concertation. Lire la suite

Inauguration de la passerelle des Chemins perdus, sur le canal de l’Ourcq.

Le département de Seine-Saint-Denis répond toujours présent pour améliorer le quotidien de ses habitants.

Merci à Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental 93 pour son investissement, notamment dans notre Ville ces dernières années : la construction du collège Simone Veil, le nouveau Collège Christine de Pisan, la rénovation du Collège du Parc.

Et aujourd’hui, l’action continue pour améliorer la sécurité de tous et favoriser les modes de circulation douce : la passerelle pour les piétons et les cyclistes rénovée, financée entièrement par le Département pour un montant de 500 000 euros.

CDG Express : manque d’engagement et ambiguïtés de B. Beschizza

L’aventure du CDG Express avait bien mal commencé pour Bruno Beschizza , Président du « Territoire Paris Terre d’envol » lors du conseil de Territoire du 12 novembre 2018 où les élus devaient se prononcer sur le volet environnemental de la ligne CDG Express. L’opposition de quelques élus – dont les deux représentants de l’opposition de la gauche aulnaysienne – avait fait voler en éclat le beau et gentil consensus proposé par Bruno Beschizza qui plutôt que de s’opposer fermement au projet, posait des conditions qui, on le sait tous, ont peu de chances d’être respectées. Plutôt que d’engager un débat difficile, il avait préféré retirer sa délibération.

Deux jours plus tard, au conseil municipal d’Aulnay, Bruno Beschizza, ayant fait un virage à 180°, appelait à voter CONTRE sa propre délibération ! Grâce aux élus de l’opposition qui avaient bien identifié et anticipé les problèmes liés au CDG Express, les conseillers municipaux avaient voté à l’unanimité CONTRE le projet.

Cependant, pour Bruno Beschizza et sa majorité dont le député Alain Ramadier et la sénatrice Annie Delmont-Koropolis, cette opposition ne s’est pas traduite par des actes clairs et concrets pour s’opposer au CDG Express et défendre les intérêts de dizaines de milliers d’Aulnaysiens qui empruntent chaque jour le RER B mais aussi la ligne K. Lire la suite

B. Beschizza, 5 ans d’opacité, de manque de démocratie et d’engagement politique.

Le Maire n’est pas crédible ! Malgré un vote CONTRE la construction du CDG Express au Territoire et à Aulnay grâce à son ralliement à l’avis des élus de l’opposition, sa position se réduit maintenant à la simple demande de garanties pour les usagers du RER B, sans dire NON au projet, comme la Maire de Mitry-Mory et les opposants qui perturbent l’accès au chantier. Une position politique bien tiède quand on sait que ce projet reliant la gare de l’est à Roissy est massivement rejeté. Un projet élitiste, déficitaire, largement subventionné par l’État au détriment de la rénovation du RER B, qui détériorera le fonctionnement et la régularité de la ligne B du RER empruntée par 900 000 passagers par jour, en utilisant les mêmes voies sur l’essentiel du parcours.

Aucune position de B. Beschizza sur le projet de l’Etat de privatiser Aéroports de Paris, allant jusqu’à refuser le vœu présenté par l’opposition en conseil municipal pour dénoncer ce non-sens et ce scandale politique et financier.

Le patrimoine aulnaysien est attaqué de toutes parts: démolition de l’ancienne piscine qu’il était possible de rénover totalement pour 9 M, hécatombe d’arbres centenaires, vente d’une partie du Parc Ballanger aux promoteurs pour la construction, tout d’abord de 3 300 logements, depuis peu ramenés à 2 500 en réunion publique. Finalement, combien et pourquoi tant de logements sur la partie ouest du parc, quels types de logements et pour qui ?

Malgré la perspective de problèmes liés à une forte concentration d’immeubles et un parc amputé de 5 hectares, le Maire champion du bétonnage n’hésite pas à construire sur ces terrains qui appartiennent à la ville. C’est une bonne affaire qui rapportera davantage de taxes.

Tout cela dans un simulacre de concertation où l’on découvre au compte- goutte des dossiers erronés et des projets en grande partie déjà validés.

Enfin, le Maire si prompt à attaquer en justice ses opposants politiques n’était pas présent pour présenter ses arguments au procès des élus qu’il a attaqués pour leur communiqué contre son arrêté interdisant les affiches de lutte contre le sida sur la ville en 2016. Le jugement sera rendu le 24 mai.

Nous sommes sereins et restons convaincus de la justesse de notre bataille, pour la défense des actions utiles de santé publique, d’égalité des droits et de refus de toute stigmatisation d’une quelconque partie de la population.

Les élus socialistes.