Amendement du Sénat pour l’interdiction du voile lors des sorties scolaires : la position des élus socialistes et PRG.

L’amendement voté par le Sénat, en particulier par notre sénatrice Mme Delmont-Koropoulis, proposé par son parti Les Républicains, relance une nouvelle fois le débat et a au moins l’avantage de montrer très clairement l’opposition des Sénateurs LR au port du voile pour les accompagnatrices lors des sorties scolaires.

Nous, élus socialistes et PRG, réaffirmons notre attachement au principe de laïcité à l’école publique. Nous sommes pour le respect de la loi de 2004 qui interdit les signes religieux à l’école mais partageons la position de l’ancienne ministre Mme Najat Vallaud – Belkhacem qui, tout en maintenant la loi de 2004, faisait une « exception » pour les femmes voilées accompagnant les enfants, non considérées comme des agents publics.

Nous sommes contre l’amendement des sénateurs qui entraînerait de toute évidence, l’exclusion des mamans voilées lors des sorties scolaires. Lire la suite

Tribune Oxygène : Grand prix de l’IRRESPECT pour les « Les Républicains et personnalités locales » !

Dans le dernier Oxygène, la tribune du groupe politique du maire « Les Républicains et personnalités locales » commence et finit par ces mots : « Bien faire et laisser braire » Signature: Paulo Marques, adjoint au Maire.

On n’ose imaginer que cet élu de la République puisse s’exprimer ainsi et soit vraiment l’auteur de cette prose ! S’est-il « dévoué » pour se déclarer l’auteur ? En tout cas il n’a pas peur de l’image pitoyable qu’il donne de lui et de son groupe politique.

1 700 caractères pour une tribune sans aucune analyse, un déferlement d’attaques virulentes et sans fondement à propos de l’ancienne municipalité responsable de tout : chômage, pauvreté, délinquance … ! C’est tellement outrancier que ça vire au ridicule. Tout allait bien avant 2008 et tout est réglé miraculeusement depuis 2014 ! Lire la suite

Le Conseil citoyen, des projets élaborés par ou pour les habitants.

Courant Avril, le Conseil citoyen s’est réuni pour faire un bilan des deux dernières années et pour arrêter la liste des projets des quartiers retenus pour 2019.

Rappelons qu’à Aulnay-sous-Bois, le Conseil citoyen a été créé officiellement en juillet 2016 pour l’ensemble des quartiers prioritaires de la Politique de la Ville : Rose des Vents, Cité de l’Europe, Etangs – Merisiers, Mitry- Ambourget, Balagny, Gros Saule.

Le Conseil citoyen crée par la loi Lamy en 2014 permet la participation active des habitants à l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation du Contrat de ville.

C’est le lieu d’expression des habitants d’un quartier ayant l’objectif commun d’apporter les réponses les plus pertinentes aux problématiques identifiées. Il conforte les dynamiques citoyennes existantes et crée un espace de propositions et d’initiatives à partir des besoins des habitants.

Le Conseil citoyen exerce son action en toute indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics, dans le respect des valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité et de neutralité. Contrairement aux conseils de quartier, le Conseil citoyen ne doit être ni présidé, ni animé par des élus.

Chaque quartier a ses représentants, dans le respect de la parité, qui soumettent leurs propositions.

Mais toute action nécessite forcément un financement. Le Conseil citoyen d’Aulnay gère le FPH, le Fonds de Participation des Habitants, d’un montant total de 7 à 8 000 € pris en charge par l’Etat et la Ville, soit un maximum de 800 € par projet. Lire la suite

Aulnay mérite mieux , je participe !

Les élus et sympathisants Socialistes d’Aulnay-sous-Bois sont heureux de vous informer de l’existence du dispositif participatif « Notre ville à gauche » construit par les militants socialistes de la Seine-Saint-Denis pour plusieurs villes du Département.

Par cette démarche, nous rappelons l’essentiel : il y a une différence entre la gauche et la droite, d’En Marche, de l’UDI ou des Républicains. Cette différence n’est pas qu’une question de nuances … c’est avant tout une manière de penser la société et la ville.

Crèches, écoles, politiques de solidarité, logement, urbanisme, entretien de l’espace public, propreté, espaces verts, développement durable, démocratie locale…nous portons une vision différente de la ville, de son évolution et de ses services publics.

« Notre ville à gauche » est une nouvelle manière de construire la ville et de faire de la politique, en faisant participer les habitants.

La plateforme en ligne notrevilleagauche.fr est un outil simple qui permet d’ouvrir le questionnaire relatif à notre ville : « Aulnay-sous-Bois, notre ville à gauche ».

Lien d’accès : https://fr.surveymonkey.com/r/aulnaysousbois

Il s’agira dans un premier temps de recueillir, par le biais de ce questionnaire, vos avis sur la ville gérée par la majorité de droite depuis 2014, puis dans un second temps, de collecter vos souhaits et vos propositions pour construire ensemble un projet répondant mieux à vos besoins et à vos attentes, face aux exigences environnementales, écologiques, sociales et d’égalité.

Beschizza, les 1000 et 1 façons de ne pas répondre aux questions de l’opposition.

Au bout de 5 ans de conseils municipaux, on connaît toutes les «ficelles» que B. Beschizza utilise pour ne pas répondre aux questions des élus de l’opposition.

la méthode « noyer le poisson», lorsque le Maire écoute la question mais répond totalement à côté. Et en général, on passe immédiatement à autre chose sans pouvoir discuter.

la méthode « on vous écrira » qui permet au maire de ne rien expliquer. On peut toujours attendre, les réponses écrites sont rarissimes.

la méthode autoritaire. Si la question dérange, que l’élu insiste, B. Beschizza sait lui couper la parole et pourquoi pas le micro. C’est arrivé ! pas de réponse, pas d’enregistrement en cas de protestation.

-la méthode « je suis indigné ». Au lieu de répondre, B. Beschizza s’offusque, retourne la situation en faisant croire que la question n’est pas justifiée, qu’elle est même choquante ! Et le comble, lorsque la personne redemande la parole, le Maire répond carrément NON !

Ce dernier scenario a eu lieu récemment avec la question concernant la « Régie de quartier d’Aulnay » ex Saddaka. Lire la suite

Projet Val Francilia : OUI à l’emploi, NON aux logements sur le Parc Ballanger.

La concertation publique sur le projet Val Francilia a eu lieu ce jeudi 28 mars, de 18 à 20 h à l’espace Pierre-Peugeot (site PSA). Une réunion annoncée début mars dans Oxygène mais la participation n’a été que d’environ 200 personnes, la municipalité n’ayant vraiment pas facilité son accès au plus grand nombre : manque de rappel de la réunion dans tous les quartiers (alors que certains habitants avaient reçu une invitation dans leur boîte aux lettres), une salle excentrée au nord de la ville, un horaire mal choisi, trop tôt en soirée pour les aulnaysiens qui travaillent.

C’est d’autant plus regrettable que c’était l’occasion de s’inscrire à l’un des 3 ateliers proposés, limités à 50 personnes chacun : 1 emploi/campus –2 sport/loisirs –3 attractivité / vie de quartier.

M. Cannorozzo , adjoint au Maire, a insisté sur le fait que l’aménagement des 100 hectares de l’ancien site PSA, plus vaste que la Défense est un projet à construire sur 15 à 20 ans.

Certes, mais des décisions vont être prises très prochainement, courant 2019, notamment à propos du devenir du Parc Ballanger et des nouveaux logements. Une concertation participative éclair a d’ailleurs été présentée : atelier 1, le 11 avril – atelier 2, le 16 avril – atelier 3, le 16 mai. Une concertation marathon pour une réunion de clôture fin mai et un bilan été 2019 ! Lire la suite

Communiqué des élus PS-PCF-PRG d’Aulnay-sous-Bois Huit élus en procès pour avoir condamné l’arrêté du maire d’Aulnay-sous-Bois s’opposant à la prévention contre le sida !

Fin 2016, B. Beschizza, maire d’Aulnay-sous-Bois, déclenchait une polémique nationale par un arrêté interdisant sur l’ensemble de la commune la présence des affiches de la campagne de prévention contre le sida engagée par le Ministère de la santé.

Vilipendé par nombre d’associations, notamment de défense des homosexuels, par des personnalités médiatiques dans plusieurs émissions de télévision et de radio, par des artistes ainsi que par la Ministre de la santé de l’époque, B. Beschizza a choisi, avec un grand courage (!), de ne s’attaquer par voie judiciaire qu’à ses opposants politiques locaux et à trois blogueurs aulnaysiens.

Il reproche aux huit élus de gauche d’Aulnay-sous-Bois d’avoir condamné des faits rejetés par la France entière. Ainsi, nous sommes convoqués ce jeudi 7 mars au Tribunal de Paris pour être jugés parce que nous avons qualifié cet arrêté municipal comme stigmatisant vis à vis des personnes homosexuelles, et donc comme homophobe.

Pourtant un an après les faits, en décembre 2017 :

  • le Tribunal administratif a, comme nous le disions nous-mêmes, jugé cet arrêté illégal ;
  • Jacques Toubon, Défenseur des Droits, a porté un avis officiel particulièrement sévère en jugeant que cet arrêté «  a pu avoir pour effet de priver les personnes homosexuelles de l’accès à des informations pourtant essentielles en matière de santé et a pu apparaître comme stigmatisant à l’égard de ces personnes et être ressenti par elles comme portant atteinte à leur dignité. »

Adepte d’une vision rétrograde du contrôle des mœurs, soutien de la Manif pour Tous, B. Beschizza s’est ainsi de nouveau pris les pieds dans un des coups médiatiques dont il se fait la spécialité.

Pour notre part, nous sommes sereins face à cette situation où ces deux premières décisions nous ont déjà donné raison. Nous continuerons de défendre des actions utiles de santé publique, d’égalité des droits et de refus de toute stigmatisation d’une quelconque partie de la population. Nous donnons rendez-vous à B. Beschizza lors de l’audience du 7 mars afin que, de son côté, il puisse exposer les multiples raisons contradictoires qu’il a données sur cet arrêté illégal.

Latifa Bezzaouya (PS), Guy Challier (PS), Évelyne Demonceaux (PS),

Daniel Goldberg  (PS), Miguel Hernandez (PCF), Ahmed Laouedj (PRG),

Marie-Jeanne Queruel (PCF), Gérard Ségura (PS)

Conseillers municipaux d’Aulnay-sous-Bois

«Grand débat national» : campagnards et banlieusards, mêmes combats

Voici une tribune avec laquelle nous sommes en accord, écrite le 8 janvier 2019 par Stéphane Troussel, Président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Philippe Martin, Président du conseil départemental du Gers. Ils estiment que les préoccupations des gilets jaunes sont communes à celles de leurs habitants respectifs, que ce soit en zone urbaine ou en zone rurale. Et que les solutions qui seront apportées doivent correspondre aux réalités locales. Lire la suite

La démocratie selon l’équipe municipale d’ « Aulnay respectueuse». 

Nouvelle manœuvre de Beschizza et de ses élus : à défaut de pouvoir supprimer les élus de l’opposition, ils leur coupent la tête dans les tribunes du bulletin municipal Oxygène ! Eh oui, ils ont osé ! Egalité oblige, les têtes des élus de la majorité ont disparu mais ce n’est pas bien grave puisqu’ils apparaissent à tout bout de champ dans le magazine avec un record de photos pour le maire…. Aucune photo par contre des élus d’opposition, c’est une première à Aulnay et çà en dit long sur la politique menée par le maire depuis 2014. Lire la suite

Jugement du TA de Montreuil : Bruno Beschizza mis en demeure de communiquer des documents administratifs.

Par courrier du 9 octobre 2017, Hervé Suaudeau, co-directeur de publication de MonAulnay,com, demandait au maire de lui communiquer les documents relatifs aux aides financières octroyées par la municipalité aux associations EMJF (Espérance Musulmane de la Jeunesse Française) et ECM (Espoir au Cœur de Mitry).

Après 14 mois de démarches successives, le jugement du Tribunal Administratif de Montreuil vient de tomber : il souligne les entraves successives mises en place par l’équipe municipale pour ne pas communiquer la totalité des documents légitimement demandés. Il rappelle que « toute personne physique ou morale a le droit de demander la communication des procès verbaux du Conseil municipal, des budgets et comptes de la Ville ».

Les subventions accordées aux associations sont votées en conseil municipal et de ce fait, figurent dans les procès-verbaux des conseils municipaux. Elles peuvent donc être transmises sans problème, dans la plus grande transparence. Les refus de la municipalité posent question. Lire la suite