Hommage aux victimes des attentats terroristes de Janvier 2015

Nous n’oublions pas ! Deux ans après les attentats terroristes de Janvier 2015, nous souhaitons nous associer aux hommages rendus aux victimes de l’hebdomadaire Charlie Hebdo, du magasin Hyper Cacher, au policier tué lorsqu’il tentait de stopper les terroristes dans leur fuite et à la policière lâchement abattue à Montrouge.

Rien ne peut justifier ces actes barbares commis par des extrémistes dont le but est d’étouffer la liberté d’expression, la liberté de vivre selon nos principes républicains et démocratiques et qui s’attaquent à des innocents parce qu’ils sont journalistes, juifs ou représentants des forces de l’ordre.

Aux réflexes de peur, de méfiance et de repli sur soi, continuons à opposer l’unité, la fraternité et la solidarité qui doivent permettre de triompher de la haine et de ses pires abominations.

Les élus et les militants socialistes d’Aulnay-sous-Bois.

Publicités

Place Camélinat/ Abrioux : B. BESCHIZZA veut transformer l’extension du collège en opération immobilière !

Les élus socialistes vous informent sur le projet du maire à propos d’un terrain légué à la ville proche du collège et sur les actions menées par les élus de l’opposition depuis décembre 2015.

Monsieur Pecoroni a légué à la Ville en 2010 sa propriété de 1 291 m2 mitoyenne du collège « Le Parc » pour un projet à usage scolaire ou périscolaire (logements instituteurs, terrain de jeux ou de sports, classes, piscine, gymnase…)

La commune a accepté le legs en septembre 2011 par un vote en conseil municipal à l’unanimité.

Pour le maire d’alors G. Segura et l’ensemble du conseil municipal, ce legs était l’occasion inespérée de pouvoir reconfigurer avec le Département, le collège « Le Parc »: reconstruire de nouveaux locaux sur ce terrain pour régler enfin les problèmes d’organisation et de sécurité dus aux 3 sites et avoir 2 vrais pôles fonctionnels, de part et d’autre de la place.

La nouvelle municipalité avec M. Beschizza a racheté le pavillon mitoyen 13 Place Camélinat en 2014 pour le même projet.

La délibération du 17 septembre 2014 précise bien en annexe : acquisition d’un pavillon de 317 m2 pour 436 700 euros, « cette acquisition faciliterait de facto la réflexion en cours sur l’aménagement de la Place Camélinat et la recomposition du collège  Le Parc  sur un seul site. »

La ville dispose à présent d’une réserve foncière importante de 1 608 m2 .

Les conditions pour reconfigurer le collège sont d’autant plus favorables que le Département lance un Plan Collèges ambitieux de 640 millions pour la rénovation des collèges existants.

Mais coup de théâtre au conseil municipal de Décembre 2015 : nous découvrons le soir même, déposée sur table, une délibération par laquelle M. BESCHIZZA décide de vendre le domaine à un promoteur !

Afin de bloquer cette opération qui ne respecterait ni le testament ni l’avenir du collège, nous avons voté contre et avons déposé un recours au Tribunal administratif. Lire la suite

C’est pas moi, c’est eux, slogan favori de B. Beschizza

Vous trouverez ci-dessous la tribune du mois de Juin des élus socialistes et républicains d’Aulnay-sous-Bois qui siègent au Conseil municipal:

Il a modifié notre dernière tribune : tour de passe-passe, changement de photo, de signataire. Veut-on brouiller les pistes en laissant supposer qu’elle émane des élus PS et non du collectif de soutien au CAP ?

Casse du service social à Aulnay, c’est pas moi !

Pourtant, il a décidé de supprimer brutalement la convention du service social signée avec J.C Abrioux, par laquelle le département en finançait 80% soit 750 000 €/an. Il n’a pas hésité à  mettre en difficulté les 4 000 familles suivies: fermeture du service, les Aulnaysiens renvoyés vers les assistantes sociales d’autres communes !

Conséquences désastreuses en terme d’accès aux droits, de lutte contre l’exclusion, d’accompagnement social, de prévention et de protection des mineurs en danger… Lire la suite

RSA: Stéphane Troussel répond à Séverine Maroun

Sévérine Maroun, 1ère adjointe au Maire, Conseillère départementale, conseillère territoriale et Vice-Présidente de la Métropole du Grand Paris a envoyé le 8 Février un courrier au Président du Conseil départemental Stéphane Troussel lui demandant de réfléchir à la mise en place d’une disposition en Seine-Saint- Denis qui consiste à conditionner le versement du RSA à un bénévolat obligatoire.

Dans son courrier Stéphane Troussel rappelle à Mme Maroun qui semble méconnaître le sujet, les droits et devoirs des bénéficiaires du RSA. Aussi et surtout le choix unilatéral prise par sa majorité de supprimer le service social existant sur Aulnay, entraînant une précarisation des Aulnaysiens.

Vous trouverez ci-dessous la réponse du Président du Conseil départemental et qui renvoie Madame Maroun à ses propres responsabilités sur Aulnay:

 

SM1Rép à SMaroun RSA_Page_2 (2)

Oussouf SIBY

L’Europe impose l’étiquetage des produits provenant des colonies israélienne

L’Union Européenne a approuvé ce mercredi 11 novembre l’imposition de l’étiquetage des produits originaires des colonies israéliennes dans les Territoires occupés.

Cette décision qui s’impose aux 28 Etats membres vise à informer et protéger les consommateurs européens de l’origine des produits qu’ils consomment.

Elle porte désormais l’obligation à l’industrie alimentaire et à la distribution de mentionner précisément sur les étiquettes que les marchandises viennent des colonies, qui pour l’Union Européenne comme pour la plupart des pays ne font pas partie du territoire d’Israël mais bien palestinien.

Or aujourd’hui les produits issus des implantations israéliennes en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et sur le Golan sont étiquetés comme fabriqués en Israël.

Cette obligation va dans le bon sens car l’étiquetage des produits c’est plus de transparence pour le consommateur. Qui a envie d’acheter ou de consommer des produits fabriqués dans une colonie ?

Oussouf SIBY

1O ans après la révolte des quartiers, nos quartiers restent incompris !

En ce mardi 25 octobre 2015,  j’ai une grande pensée pour Zyed, Bouna et leurs familles, deux jeunes qui ont étés tués le 25 octobre 2005 dans un transformateur électrique à Clichy-Sous-Bois alors qu’ils fuyaient la police. Cet événement tragique couplé par le mensonge des pouvoirs publics sur les circonstances de la mort fût le déclenchement de la colère et de la révolte des quartiers populaires. Trop longtemps on a tourné le dos, méprisé, stigmatisé et humilié  ces enfants de la République, il est aujourd’hui indispensable de reconnaître, respecter et écouter ces enfants de la France devenus orphelins. Ces habitants des banlieues sont le présent et l’avenir de la France.

Nos quartiers populaires, nos banlieues pâtissent d’une image tellement dégradée  que même ses habitants finissent pas se résigner et intégrer les stigmates. Quand les responsables politiques, les médias, les milieux économiques parlent de la banlieue en utilisant « délinquance » « immigration » « intégration » « trafic » « étranger » comment peut-on faire vivre au quotidien le vivre ensemble. Si notre pays n’est pas capable de rassembler tous les individus quelles que soient sa religion, ses origines, sa couleur de peau, qui le fera? Lire la suite