Le bilan(2015-2020) du Département à Aulnay !

Vous trouverez ci-dessous un bilan recensant les actions et les investissements réalisés dans notre ville par le Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis de 2015 jusqu’à aujourd’hui.
Nous remercions Stéphane Troussel et sa majorité de gauche et écologistes qui ont toujours voulu et su agir pour plus de solidarité, d’égalité et de justice sociale pour Aulnay, les Aulnaysiens et la Seine-Saint-Denis.
– Deux collèges entièrement reconstruits (Christine de Pisan et Simone Veil) et deux autres rénovés (collège Le Parc et Pablo Neruda) en six ans.
– 655 cartes Ikaria ont été délivrées à Aulnay. Cette carte attribuée aux plus de 60 ans entend démocratiser l’accès à la culture et au sport à travers des réductions ou des offres spéciales chez plus de 200 structures partenaires du territoire.
– Plus de 700 000 € ont été investis pour l’amélioration de la circulation des bus sur les routes départementales, notamment sur la ligne 1 des CIF (Courriers de l’Île-de-France).
– 4 114 Chèques Réussite ont été versés aux collégien·ne·s du canton. Lancé en 2015, ce dispositif prévoit d’attribuer 200 euros à la famille de chaque élève entrant en 6e dans un collège public pour l’achat d’un ordinateur notamment.

– 2,5 millions de subventions au titre du Plan Piscines pour le nouveau centre nautique de Balagny.
– Un soutien actif à la protection de l’enfance : le Département soutient sur le canton à hauteur de 718 000 euros par an l’association GRAJAR 93 (Groupe de Recherche et d’Action auprès des Jeunes Adolescents de la Rue). Cette association de prévention spécialisée accompagne les jeunes dans les quartiers
– 5 km de pistes cyclables ont été réalisées sur le canton. Sous la mandature, le Département aura doublé le nombre de kilomètres de voies cyclables, soit 120 kilomètres au total.
– L’écologie et l’agriculture urbaine au cœur du parc départemental du Sausset. Alors qu’il est déjà connu pour les ateliers qu’il propose autour du maraîchage ou des vendanges. Ces activités devraient se démultiplier à partir de l’automne 2020, date de l’ouverture d’une ferme urbaine de 4 hectares qui accueillera un potager bio, une pépinière de plantes sauvages d’Île-de-France ainsi qu’un verger pour développer un projet de valorisation agricole innovant.
Toutefois il faut dire que Bruno Beschizza et Séverine Maroun n’ont pas été à la hauteur de leurs responsabilités. Ils ont instauré dès 2014 un climat conflictuel avec le Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis au lieu d’un dialogue ouvert et constructif. En effet le maire et sa première adjointe ne considéraient pas le Conseil départemental comme un partenaire indispensable avec lequel ils doivent construire mais comme un adversaire politique.
En témoigne :
– La gestion catastrophique et irresponsable concernant l’utilisation du gymnase Omar Chérif. En refusant de participer à la prise en charge des fluides de cet équipement et de la mise à disposition d’un gardien Bruno Beschizza et Séverine Maroun ont empêché les associations sportives et les jeunes du secteur d’utiliser ce bel équipement.
– Madame Maroun a refusé de voter POUR l’octroi de chèque de 200 euros pour les familles ayant un enfant entrant en 6éme, dans les collèges publics.
– La suppression des antennes sociales : le maire et sa majorité ont supprimé le 10 décembre 2014 la Convention liée au service social entre la ville d’Aulnay et le Département. Dans cette convention, signée il y a 20 ans avec Jean-Claude Abrioux, le département finançait 80% du service et la ville 20% (accord semblable dans d’autres villes conventionnées), ce que le Maire a refusé de payer en dénonçant la convention. Sans même attendre des solutions, le maire n’a pas hésité à mettre en difficulté les familles : fermeture du SMAS (service municipal d’action sociale), des Aulnaysiens non reçus et renvoyés vers les assistantes sociales des autres communes ! Jusqu’à ce jour nous ne disposons toujours pas sur la ville d’une vraie circonscription départementale de service social dans des locaux adaptés.
– Remise en cause de la convention pour les centres de planification (effet au 31 décembre 2015) avant de faire marche arrière en signant une nouvelle convention beaucoup moins avantageuse en octobre 2016. Auparavant, le Département versait 415 000 € (82 % du total) et la ville 90 000 (18 %)A présent : il y aura 252 000 € du Département (94%) et 14 200 € de la ville (6%). Moins de moyens : 2 postes de conseillers conjugaux au lieu de 3, 1 poste d’infirmière au lieu de 1,5 et 0,5 poste de secrétaire au lieu de 1,5. La baisse affecte sérieusement les heures de médecin de planification familiale (832 heures financées au lieu de 1 900).
– Refus d’intégrer la ville avant de faire marche arrière dans le dispositif des chemins des parcs (reliant les parcs départementaux entre eux) pourtant entièrement financé par le Conseil Départemental
– Le RSA : Sévérine Maroun, 1ère adjointe au Maire, Conseillère départementale, conseillère territoriale et à l’époque Vice-Présidente de la Métropole du Grand Paris a envoyé le 8 Février 2016 un courrier au Président du Conseil départemental Stéphane Troussel lui demandant de réfléchir à la mise en place d’une disposition en Seine-Saint-Denis qui consiste à conditionner le versement du RSA à un bénévolat obligatoire. Dans son courrier de réponse Stéphane Troussel rappelait à Mme Maroun qui semble méconnaître le sujet, les droits et devoirs des bénéficiaires du RSA. Aussi et surtout le choix unilatéral prise par sa majorité de supprimer le service social existant sur Aulnay, entraînant une précarisation des Aulnaysiens.
En résumé un bras de fer inutile avec le Conseil général, dont les aulnaysiens et sans doute les agents communaux font encore les frais : fermeture des antennes sociales, demande de subventions à minima, les centres de planification mis à mal…