VIRUS ET INEGALITES

Notre pays, notre département, notre ville connaissent une crise sanitaire sans précédent, elle a fait et continue de faire trop de morts.

Cette crise sanitaire est comme toutes les crises, elle met en avant de nombreuses inégalités, économiques et sociales que subissent notre département et notre ville. Nous en évoquerons dans ce petit article, quelques-unes parmi tant d’autres.

Alors que nous ne sommes ni plus ni moins respectueux du confinement que les autres départements, nous sommes l’un des départements les plus touchés par ce virus assassin, plusieurs raisons sociales peuvent expliquer cette situation.

La première qui est significative aujourd’hui, nous sommes l’un des départements les plus peuplés de France mais il est celui qui a le moins de lits d’hôpital par habitant.

Une seconde raison sociale, simple à comprendre, s’explique par le fait que beaucoup de nos concitoyens habitent dans des logements exigus donc par définition dans des lieux où il est plus facile de transmettre le virus.

Autre raison, rarement rapportée par les médias, c’est que beaucoup de nos sénaquo-dyonissiens et aulnaysiens exercent des professions où le télétravail n’est pas possible, mais ont des activités considérées comme « indispensables »(personnels de santé, aides à domicile, chauffeurs livreurs, employé(e)(s) de grandes surfaces, postiers….). De plus, ces mêmes personnes, pour se rendre sur leur lieu de travail peuvent être obligées de prendre les transports en commun très souvent bondés, car réduits.

Par ailleurs, pour percevoir leurs prestations sociales, des habitants de notre département, de notre ville sont obligés de sortir de chez eux et de faire très souvent la queue à la Poste (où de nombreux bureaux ont été fermés), risquant encore fois d’être atteints par cette affreuse maladie.

D’autres inégalités, plus insidieuses doivent être mises en avant. On a demandé dans le cadre de la continuité pédagogique, aux enseignants d’envoyer des cours et des travaux à faire par internet à leurs élèves. Des problèmes ont très vite vu le jour car tous les parents, tous les élèves n’ont pas accès à internet et ne possèdent pas de matériel informatique (poste, imprimante, scanner…). Tous les parents ne peuvent aider leurs enfants à faire leur travail scolaire par manque de temps ou « de capacités ».

Nous pourrions malheureusement évoquer d’autres aspects mais toujours est-il que ce virus doit, au vu des inégalités qu’il fait ressurgir, nous amener à réfléchir à une question simple : « Quelle société voulons-nous pour demain ? »

Protégez-vous, vous et vos proches ! Portez-vous bien !

A bientôt pour réfléchir et à agir ensemble pour une société meilleure et plus juste

Philippe GENTE

Militant socialiste