Procès prévention sida : relaxe totale pour les élus et les blogueurs ! Beschizza perd mais va en cassation aux frais des Aulnaysiens !

Ce jeudi 27 février, les élus et un blogueur se sont une fois de plus rendus au Tribunal de Paris pour connaître la décision de la Cour concernant le procès en appel du mois dernier.

Le Tribunal confirme le 1er jugement : « aucune faute commise », les élus et les blogueurs sont totalement relaxés au pénal et au civil.

La Cour donne tort à Beschizza mais 2 échecs ne lui suffisent apparemment pas, il vient d’annoncer qu’il demande un procès en cassation ! Cet acharnement judiciaire n’est qu’un « coup politique » de plus en période électorale, à moins que la hargne de perdre ne le pousse à poursuivre ses attaques judiciaires ?

En fait, Beschizza n’a rien à perdre … et pour cause, les 17 procès lancés contre ses opposants sont payés par les aulnaysiens alors que les personnes attaquées doivent payer les avocats pour leur défense. Mais quelle démesure, quel scandale, quelle gabegie de mobiliser depuis 2016 les tribunaux pour une soi-disant attaque personnelle fermement démentie par la Cour lors des 2 procès !

Rappel des faits : fin 2016, B. Beschizza interdisait par arrêté municipal la diffusion des affiches de la campagne nationale de prévention contre le sida estimant notamment que ces affiches montrant des couples d’hommes étaient « contraires aux bonnes mœurs et à la moralité ».

Les élus d’opposition d’Aulnay PS, PRG, PCF, avaient réagi par un communiqué condamnant cet arrêté qui privait les personnes homosexuelles d’informations essentielles pour leur santé, un arrêté jugé comme stigmatisant vis à vis de ces personnes et donc comme étant homophobe.

Cette appréciation était largement partagée par de nombreuses personnalités dont la Ministre de la Santé, des associations et des journalistes  mais B. Beschizza avait décidé  d’attaquer exclusivement en justice pour diffamation, les élus, auteurs du communiqué et les blogueurs qui l’avaient diffusé.

-Fin 2017, le Tribunal administratif jugeait l’arrêté du Maire illégal.

Depuis, 2 procès perdus pour Beschizza, le 1er en mars 2019 et le second ce 27 février, en appel. La gabegie va continuer puisque Beschizza demande un procès en cassation .

Par ailleurs, que penser d’un maire qui ne daigne même pas venir au Tribunal pour exposer ses motivations devant ceux qu’il attaque ?

Que penser aussi de Beschizza, un maire qui ne respecte pas ses habitants puisqu’il persiste à ne pas communiquer, malgré plusieurs demandes, le montant global des frais de justice auxquels ils ont participé pour sa défense.

Les élus socialistes