2020, l’année pour répondre aux urgences sociales et environnementales

Comme tous les mois vous trouverez ci-dessous la tribune des élus socialistes et radicaux qui siègent au Conseil municipal:

2019 signe l’échec du président Macron et de LREM. Leur ligne ultralibérale accentue les inégalités: d’une part les cadeaux fiscaux aux plus riches, d’autre part la casse des services publics (hôpitaux à l’agonie), la précarisation du travail, la réforme brutale de l’assurance chômage, la réforme injuste des retraites.

A Aulnay, la politique de B. Beschizza accentue les difficultés sociales par des services publics réduits et plus chers.

Aulnay bouge, mais pas dans le bon sens: bétonnage de luxe à outrance sans réponse aux besoins des aulnaysiens, un PLU qui réduit les espaces verts, Val Francilia, projet insensé de 2 500 logements sur le parc Ballanger.

Baisse considérable des travaux (22 Millions au lieu des 30 à 35 nécessaires), financés à 75 % par l’emprunt. Le maire est épinglé par la cour des comptes pour la dette alarmante de 132 millions, 154 prévus en 2022.

Bruno Beschizza est un maire qui décide tout, sans débat démocratique, sans participation des habitants. Manque de transparence. Stop aux bilans mirobolants!

L’année 2020 doit répondre par des actes forts aux urgences sociales: restaurer, développer des services publics accessibles à tous (accès aux droits, aux soins, aux activités de la ville, aide aux aînés), aider à l’installation d’un vrai service social, lutter contre l’habitat indigne, réduire la fracture entre les quartiers par un développement plus égalitaire.

Mais aussi, adapter la ville au changement climatique en investissant massivement pour améliorer le bilan thermique des bâtiments publics, des logements; développer les modes de déplacements doux; préserver les espaces verts.