La circulation à Aulnay : de plus en plus dense, de plus en plus complexe.

Le récent article du journal Le Parisien « le défi des embouteillages » pose le problème de la circulation dans notre ville. Aulnay-sous-Bois souffre d’un trafic dense, saturé aux heures de pointe, dû à la circulation de ses habitants et d’un trafic de transit important des automobilistes issus d’autres départements qui passent par la ville pour accéder à Paris.

Afin de dissuader les non-aulnaysiens de traverser la ville, Denis Cahenzli, adjoint au maire chargé de l’urbanisme a présenté courant 2017 les actions de la municipalité : rendre l’entrée dans Aulnay plus difficile par de nouveaux aménagements, ajouter de nouveaux sens interdits pour ramener le trafic sur les grands axes afin d’éviter aux petites rues d’être prises d’assaut.

Mais sur le terrain, tout a été chamboulé par la mise en place des premiers sens interdits, situation amplifiée par l’application Waze du GPS qui dévie les automobilistes vers des itinéraires bis! Contrairement à ce qui était prévu, les petites rues auparavant calmes ont été transformées en autoroutes, à la grande surprise des riverains ! Des aménagements au coup par coup ont été réalisés selon les demandes des habitants, d’où un foisonnement de sens interdits dans toute la ville qui règlent les problèmes les plus criants mais contraignent les habitants à faire de longs détours.

Gros point noir : le carrefour de l’Europe. L’installation du radar anti-bouchon régule un peu la circulation mais il faut tout-de-même affronter les embouteillages aux heures de pointe.

Quant au pont de la Croix Blanche, la 3ème voie crée l’an passé pour 650 000 € sur seulement une partie du pont n’évite pas suffisamment l’effet d’entonnoir et ne limite que modérément les bouchons du soir. La municipalité pense régler les problèmes en remplaçant le feu tricolore par un rond-point … on espère donc une véritable amélioration, malheureusement, des études montrent que ce type d’aménagement peut avoir un effet « d’appel d’air ». Par ailleurs, les trottoirs rognés pour élargir la voie sont à présent beaucoup trop hauts, un vrai danger pour les cyclistes qui peuvent les heurter.

Dans le livret « 5 ans d’action … » le maire et ses élus énumèrent leurs actions pour améliorer les transports en commun. On peut lire «  les lignes de bus 45 et 616 ont été renforcées afin de mieux desservir les habitants et le centre O’Parinor. » En fait, c’était lancé avant 2014.

« Une consigne à vélos…. dans le parking de la gare crée en 2017 ». Mais tout était prêt début 2014. Pourquoi avoir attendu 3 ans ?

« En 2016, nous avons obtenu des arrêts systématiques de la ligne K afin de rétablir une liaison directe Aulnay-Paris en 10 mn » . Rectificatif : c’est le député Daniel Goldberg qui l’a obtenue.

« La ville s’est opposée au CDG Express… » Oui, Bruno Beschizza, poussé par les élus de l’opposition a fait volte-face en s’opposant à la construction d’une voie directe Paris-Roissy, injustifiée, source de graves perturbations pour les 900 000 passagers du RER B à chaque dysfonctionnement. Une opposition timide de la part de la majorité mais aucune action d’envergure.

Comme l’a déclaré Guy Challier, élu PS au Parisien : « Il n’y a eu aucune volonté politique de Bruno Beschizza d’interpeller la région sur l’amélioration du RER B – laquelle permettrait peut-être à certains de lâcher la voiture pour prendre les transports en commun ».

Et que sont devenues les études et les projets concernant l’aménagement de pistes cyclables ? Tout a été arrêté, il n’y a eu aucune réalisation durant le mandat.

Enfin, l’arrivée de la gare du Grand Paris posera le problème d’une liaison rapide entre la gare RER et la nouvelle gare et à ce jour, rien ne laisse supposer qu’une réflexion soit en cours.

Pour améliorer la circulation à Aulnay en tenant compte davantage des aulnaysiens qui travaillent mais aussi de tous ceux qui font de petits trajets en ville, il faut reprendre les projets de pistes cyclables , réfléchir à une liaison rapide entre les 2 gares et contribuer à renforcer des transports en commun propres et accessibles à tous.