Port du voile en sortie scolaire : notre sénatrice n’assume pas ses positions.

L’opposition de la sénatrice Mme Delmont-Koropoulis au port du voile pour les mamans accompagnant les enfants en sortie scolaire ne fait pas de doute, malgré ses explications successives qui ne clarifient en rien ses positions sur le sujet. Elle indique que le mardi 29 octobre, lors du vote de la proposition de loi interdisant le port du voile en sortie scolaire, son vote aurait été mal compris par le Sénat, compté comme un POUR alors qu’elle a voté « NPPV » c’est-à-dire « Ne Prend pas Part au Vote », mention qui indique que la personne refuse de prendre position.

Le texte a été adopté par le Sénat à 163 voix contre 114. Sur les 144 sénateurs « Les Républicains », 130 ont voté POUR le texte, 3 CONTRE et 10 abstentions. Le vote « transparent » de Mme Delmont-Koroupoulis, s’il n’a pas eu d’incidence sur l’adoption ou le rejet du texte, a surtout mis en évidence ses contradictions et un manque de courage politique. C’est une dérobade qui lui permet à la fois de ne pas se démarquer de son groupe politique très majoritairement pour l’interdiction et de rester suffisamment indécise, pour sauvegarder peut-être les apparences face à la désapprobation de certains électeurs.

Mais alors qu’elle a déjà tenu devant les Aulnaysiens un discours teinté d’une certaine tolérance, elle est constante dans ses positions depuis le début de son mandat comme le rappelle le blog monaulnay.com  puisqu’elle a co-signé des propositions de texte de loi visant à interdire le port du voile en sortie scolaire en mars 2018 puis interdiction du voile dans les Universités en juillet 2018.

Contrairement à la sénatrice, le député Alain Ramadier rappelle que «si on interdit aux mamans voilées d’accompagner les sorties, il n’y aura plus de sorties … la réalité du quotidien, c’est que le voile ne pose aucun problème, ni aux enfants, ni aux habitants, ni à la démocratie locale … ».

Le texte voté mardi dernier est en fait la 3ème tentative de la droite en 6 mois pour inscrire dans le marbre l’interdiction du port du voile pendant les sorties scolaires. Il n’a aucune chance d’aboutir, retoqué par avance par l’Assemblée nationale, mais il contribue à attiser la haine et la division.

Ce climat détestable est d’ailleurs entretenu par le chef de l’Etat Emmanuel Macron lui-même, qui a lancé récemment le débat sur l’immigration, qui durcit le ton, tout comme son premier ministre Edouard Philippe dans la dénonciation de « dérives communautaires » et de «l’islamisme», qui s’exprime dans le journal d’extrême droite Valeurs Actuelles, en tenant des propos dignes du RN , en totale contradiction avec les valeurs de la République que nous défendons.