CARMA, le projet alternatif au projet d’EuropaCity.

Mardi dernier, nous avons assisté à la réunion organisée par VME au Parc Dumont au cours de laquelle les membres du CARMA ont présenté leur projet pour le Triangle de Gonesse, alternatif au projet EuropaCity.

Les terres très fertiles du Triangle de Gonesse représentent une superficie de 680 hectares. L’Etat veut intervenir sur 300 hectares dont 80 pour EuropaCity. Pour rappel, le groupe Auchan, associé à l’investisseur chinois Wanda, a reçu le soutien de l’Etat pour construire EuropaCity à l’horizon 2027 : un parc de loisirs avec piste de ski, centre aquatique, une ferme urbaine, des équipements culturels, 2700 chambres d’hôtel , 20 000 m2 de restaurants, 230 000 m² de commerce dont 500 boutiques de luxe, des espaces pharaoniques pour les bureaux.
La pertinence et la dimension du projet sont contestées depuis l’origine, tout particulièrement à cause de son impact environnemental, catastrophique pour la biodiversité et de ce méga-centre commercial alors que le commerce de proximité de nos villes disparaît et que les centres commerciaux tout proches sont eux aussi en difficulté.

Pour desservir les bureaux et permettre aux 31 millions de visiteurs attendus de rejoindre EuropaCity, projet entièrement privé, le gouvernement offre la future gare de la ligne 17 du métro du Grand Paris Express, située en plein champ à 1,7 km de la 1ère habitation.

Pour les membres du groupement CARMA, Coopération pour une Ambition Rurale et Métropolitaine Agricole, compte-tenu des conséquences désastreuses du changement climatique et alors que nous vivons déjà dans nos villes des périodes caniculaires ou de tempêtes, l’urbanisation d’une partie des terres agricoles du Triangle de Gonesse est une aberration.

CARMA propose un « projet-phare de transition écologique » avec le maintien de la vocation agricole des 700 ha du Triangle. En concertation avec les agriculteurs présents sur ces terres, il s’agirait de produire des aliments bios, de proximité, dans de vastes espaces de maraîchage. Les produits seraient destinés aux habitants des villes voisines, aux cantines scolaires, aux restaurants d’entreprises, d’hôpitaux, de maisons de retraite, etc. Les marchés, commerces de proximité, coopératives de distribution ou amap permettraient un maillage du territoire, en limitant les distances à parcourir. Les déchets organiques seraient revalorisés (compostages, petites unités de méthanisation pour la production de gaz naturel …)

Le projet Carma permettrait également de créer des emplois locaux dans les filières d’avenir de l’agriculture durable, de l’alimentation, de l’éco-construction, de la rénovation thermique et de la mobilité durable. Il est notamment prévu la création d’un pôle de transformation des produits (conserves, boissons), d’un centre de recherche et de formation sur l’agriculture urbaine et périurbaine.

Alors que la contestation s’amplifie, la Société du Grand Paris a commencé le 26 juin dernier, les travaux de canalisations pour la future gare. C’est donc une tentative de passage en force, qui vise à rendre inéluctable l’urbanisation des terres de Gonesse. Les opposants au projet avaient bloqué le chantier à plusieurs reprises.

CARMA organise une nouvelle action : une marche citoyenne de Gonesse à Matignon pour exiger de l’État l’abandon d’EuropaCity et de sa gare et l’ouverture d’une concertation sur l’avenir des dernières terres agricoles à proximité de Paris.

Marche citoyenne sur 2 jours : vendredi 4 et samedi 5 Octobre.

Infos sur les sites :

nonaeuropacity.com

carmapaysdefrance.com