Ancienne piscine : Beschizza joue sur l’intox et la désinformation.

Début septembre Beschizza écrivait : «  la construction du nouveau centre aquatique a commencé. L’été prochain, il sera de nouveau possible de se baigner à Aulnay-sous-Bois ; nous pourrons enfin tourner la page des manques d’entretien de l’ancien stade nautique qui ont causé sa fermeture en 2014 ».

Petite phrase assassine insinuant de la négligence et/ou de l’irresponsabilité de la part de la ou des municipalités précédentes qui n’auraient soi-disant pas entretenu la piscine et l’auraient laissée se dégrader au fil du temps, provoquant sa fermeture en 2014 !

Intox et désinformation d’autant plus faciles à distiller que le rapport des experts de Janvier 2015, n’est connu que de fort peu d’ aulnaysiens.

Rappelons les conclusions : un arc de la charpente en lamellé collé s’est fissuré au niveau du joint de collage. D’après les experts, le bois des arcs s’est asséché en raison d’un taux d’humidité de l’air trop faible en haut de la structure. La fissure s’est produite en septembre 2014, après une période de vidange des bassins intérieurs durant l’été et de la mise au ralenti de la ventilation. Des déformations de la charpente infimes ont pu aussi avoir eu une incidence sur les arcs.

Le rapport rappelle que la piscine a fait l’objet de contrôles et de réparations successives depuis sa construction en 1968, sur la charpente et la structure métallique de la façade. Il est évident qu’un maire agit immédiatement dès que des experts ou les services techniques de la ville lui signalent un problème risquant de mettre en péril un bâtiment communal.

Dans leur rapport, les architectes ne condamnaient pas le bâtiment mais envisageaient au contraire sa réparation.

Budget prévisionnel pour faire l’essentiel (réparer 3 arcs et renforcer certains éléments) 154 000 euros ! 2 mois de travaux.

Intervention plus importante sur toute la charpente : 2 millions.

Remise à neuf de toute la charpente, travaux complémentaires de rénovation et mise en accessibilité de la piscine pour 9 millions.

Nous le redisons aujourd’hui, la piscine avait encore de beaux jours devant elle.

Beschizza ferait mieux d’assumer ses responsabilités au lieu d’accuser ses prédécesseurs :

-assumer la démolition de la piscine qui pouvait être réparée et rénovée.

-assumer 6 ans sans piscine. Le maire a réalisé une économie de 2 millions par an… mais a sacrifié un équipement apprécié de tous pour le loisir ou la natation. Le nombre d’écoliers ayant appris à nager dans les villes voisines est resté bien insuffisant.

-assumer le choix d’un centre nautique de 37,4 M nécessitant un contrat Public / privé qui oblige la Ville à verser 78,4 millions sur 25 ans (plus de 3 M par an).

-assumer un centre nautique géré par le privé, le plus cher des environs, près de 5 euros l’entrée, 15 à 17 € les séances de bien-être et de remise en forme.

Bilan Beschizza: démolition de l’ancienne piscine inscrite sur la liste des bâtiments remarquables, choix d’un centre nautique privé surdimensionné dont le prix exorbitant pèsera lourd dans les finances de la ville, s’adressant à des personnes ayant des revenus confortables pour fréquenter la piscine et les salles de sport mais qui laissera à la porte les familles plus modestes.

Beschizza rompt radicalement avec les choix politiques des équipes précédentes, que ce soit les équipes communistes, de droite puis de gauche dont l’objectif était prioritairement de mieux répondre aux besoins des aulnaysiens en pratiquant, dans une piscine au demeurant prestigieuse, gérée par la municipalité, des tarifs bas, accessibles à tous.

Publicités