7 procès perdus mais B. Beschizza persiste dans ses attaques judiciaires payées par les Aulnaysiens !

Fin 2016, B. Beschizza interdisait la diffusion sur la ville des affiches de la campagne nationale de prévention contre le sida. Nous, élus d’opposition, avions réagi par un communiqué condamnant cet arrêté qui privait les homosexuels d’informations essentielles pour leur santé, un arrêté jugé comme stigmatisant vis-à-vis de ces personnes. B. Beschizza avait alors porté plainte pour diffamation contre nous et les 3 blogueurs qui avaient diffusé notre communiqué.                                                                                                                                                                Nous avons gagné notre procès le 7 mars dernier. La procureure a demandé notre relaxe, jugeant que notre communiqué ne contenait aucun propos diffamatoire vis-à-vis du maire, qu’il exprimait clairement une opinion, dans le cadre d’un débat démocratique normal.

Alors que le Maire a été débouté, il a fait appel dès le 7 mars et nous venons de recevoir une nouvelle convocation au tribunal !

L’acharnement judiciaire, c’est la méthode Beschizza qui ne lui coûte pas un centime puisque tout est payé par les Aulnaysiens. Tout est bon pour tenter d’intimider et réduire au silence ses opposants politiques. D’ailleurs, dans cette affaire, le maire n’attaque ni la ministre de la santé, ni d’autres personnalités, ni même des membres de l’association Aulnaysienne VME « Vivre Mieux Ensemble » qui avait réagi à l’arrêté du maire en collant des affiches avec le portrait de B. Beschizza barré du bandeau « protégeons nos enfants de l’homophobie ».

Après avoir porté plainte contre eux, le maire avait retiré sa plainte, allant jusqu’à rembourser avec les deniers de la ville, les frais d’avocat de l’association en décembre 2018. A la question, pourquoi une telle différence de traitement ? l’avocat de B. Beschizza avait répondu lors du 1er procès : « on a finalement abandonné les poursuites contre les colleurs d’affiches, c’est de la « piétaille » ! On a décidé de maintenir la plainte contre les élus ! »

« Piétaille » ou non, les citoyens, les blogueurs, les opposants politiques devraient pouvoir exprimer leurs opinions, défendre leur point de vue, sans être la cible de poursuites judiciaires.

Aulnay mérite mieux que ces attaques en justice à répétition. Notre ville doit retrouver des échanges démocratiques sereins.

Les élus socialistes

 

 

Publicités