Campagne Nationale de prévention du sida : le Tribunal relaxe les élus d’opposition et les blogueurs poursuivis en justice par le maire !

Ce vendredi 24 mai, le Tribunal de Paris vient de relaxer les 8 élus PS, PRG et PC et les 3 blogueurs poursuivis par B. Beschizza pour diffamation depuis 2016.

Dans un communiqué commun relayé par les blogs, les élus avaient condamné l’arrêté du maire qui interdisait la campagne nationale de lutte contre le sida car il considérait les affiches « contraires aux bonnes mœurs et à la moralité » , « des images portant atteintes à la dignité … ».

Un arrêté jugé comme étant « homophobe » par les élus d’Aulnay, un qualificatif maintes fois prononcé par la ministre de l’époque, par de nombreuses personnalités, par des journalistes  …

Le Tribunal relaxe les élus et les blogueurs car il juge que le communiqué ne contient aucun propos diffamatoire vis-à-vis du maire, qu’il exprime clairement un sentiment, une opinion, dans le cadre d’un débat démocratique normal, à propos d’une affaire qui avait soulevé une forte indignation en France.

Par cette relaxe, la justice donne tort à B. Beschizza, ce maire déjà sévèrement jugé par J. Toubon, Défenseur des Droits pour qui «  cet arrêté a pu avoir pour effet de priver les personnes homosexuelles de l’accès à des informations essentielles en matière de santé … le Maire n’a pas rempli son rôle de rempart et de protecteur vis-à-vis d’une partie des habitants de sa commune … » Or, toutes les enquêtes montrent qu’il n’y a jamais eu autant de personnes vivant avec le virus du sida en France et dans le Monde.

La procédure engagée par B. Beschizza est payée par les contribuables Aulnaysiens. Les élus d’opposition, eux, se sont vus refuser la protection fonctionnelle pour la prise en charge des frais d’avocat.

Maintenant que B. Beschizza a été désavoué par le Tribunal Administratif, le Défenseur des droits et aujourd’hui par le Tribunal de Paris, va-t-il personnellement rembourser cet argent aux Aulnaysiens ?

Il semblerait que les Aulnaysiens vont devoir payer des frais d’avocat supplémentaires puisque B. Beschizza semble décidé à poursuivre son acharnement judiciaire en faisant appel !

Publicités