CDG Express : manque d’engagement et ambiguïtés de B. Beschizza

L’aventure du CDG Express avait bien mal commencé pour Bruno Beschizza , Président du « Territoire Paris Terre d’envol » lors du conseil de Territoire du 12 novembre 2018 où les élus devaient se prononcer sur le volet environnemental de la ligne CDG Express. L’opposition de quelques élus – dont les deux représentants de l’opposition de la gauche aulnaysienne – avait fait voler en éclat le beau et gentil consensus proposé par Bruno Beschizza qui plutôt que de s’opposer fermement au projet, posait des conditions qui, on le sait tous, ont peu de chances d’être respectées. Plutôt que d’engager un débat difficile, il avait préféré retirer sa délibération.

Deux jours plus tard, au conseil municipal d’Aulnay, Bruno Beschizza, ayant fait un virage à 180°, appelait à voter CONTRE sa propre délibération ! Grâce aux élus de l’opposition qui avaient bien identifié et anticipé les problèmes liés au CDG Express, les conseillers municipaux avaient voté à l’unanimité CONTRE le projet.

Cependant, pour Bruno Beschizza et sa majorité dont le député Alain Ramadier et la sénatrice Annie Delmont-Koropolis, cette opposition ne s’est pas traduite par des actes clairs et concrets pour s’opposer au CDG Express et défendre les intérêts de dizaines de milliers d’Aulnaysiens qui empruntent chaque jour le RER B mais aussi la ligne K.

Il ne faut pas oublier que la gare d’Aulnay, la 6e gare de la ligne du RER B par sa fréquentation et la 16e de France, totalise plus de 20 millions de voyageurs par an ! Cela permet de mesurer l’importance de cet équipement pour notre ville et ses habitants mais aussi pour le tissu économique de notre territoire.

Ainsi lors de la mission de consultation du Préfet Michel Cadot , une consultation de la dernière chance, même si la décision de la ministre des transports était quasiment actée , Monsieur Beschizza pourtant rarement avare de sorties médiatiques a fait preuve d’une totale absence. On constate d’ailleurs un retrait identique pour le député Alain Ramadier et pour la sénatrice Annie Delmont-Koropolis qui auraient pu aussi peser dans la balance.

Monsieur Beschizza aurait même eu un souci d’emploi du temps l’empêchant de participer à l’ultime réunion avec le Préfet du 25 janvier à laquelle étaient conviés les élus de Seine-et-Marne et Seine-Saint-Denis. Notre ville n’était représentée que par l’adjoint au maire Frank Cannarozzo et le conseiller municipal Arnaud Tellier, deux élus qui ne semblent pas avoir portés un message de fermeté par rapport à ce projet contesté et contestable.

Bien qu’officiellement annoncé, Bruno Beschizza était également absent de la réunion organisée par la maire de Mitry-Mory, Madame Charlotte Blandiot-Faride en présence du Préfet, réunion ayant rassemblé plus de 700 personnes. Il n’a pas non plus apporté son soutien aux élus de Mitry-Mory qui assument leurs responsabilités et bloquent le chantier sur leur commune.

En fait, Monsieur Beschizza semble s’aligner sur la position de la présidente de région Madame Valérie Pécresse notoirement favorable au CDG Express sous réserve de préservation des transports du quotidien. Une promesse qu’elle n’est pas en mesure de tenir comme en témoigne la dégradation accélérée des conditions de transports sur la ligne B du RER observées ces derniers mois.

Il semble irréaliste que les différents opérateurs SNCF Mobilités et RATP et que le gestionnaire d’infrastructure SNCF Réseau soient en mesure de garantir un service satisfaisant en phase de travaux et en phase d’exploitation du CDG Express alors que les derniers mois ont prouvé qu’ils en étaient incapables sans CDG Express.

Ainsi, durant la phase de travaux, des bus devront assurer un service équivalent, une perspective totalement délirante pour notre territoire pour tous les Aulnaysiennes et Aulnaysiens qui ont besoin de se déplacer pour travailler, étudier, se faire soigner, voyager, se divertir,…

Dans le même temps, les promoteurs du projet Aéroports de Paris (ADP) et SNCF Réseau s’en tiennent à la date butoir de 2024.

Mais rien ne semble émouvoir Bruno Beschizza dont on ne comprend plus le positionnement :

– B. Beschizza, président du territoire Terres d’Envol, en recherche de consensuel et sans position claire ;

– B. Beschizza, maire d’Aulnay-sous-Bois, officiellement opposé au CDG Express ;

– B. Beschizza, conseiller régional, suivant fidèlement V. Pécresse promotrice du CDG Express.