Projet Val Francilia : OUI à l’emploi, NON aux logements sur le Parc Ballanger.

La concertation publique sur le projet Val Francilia a eu lieu ce jeudi 28 mars, de 18 à 20 h à l’espace Pierre-Peugeot (site PSA). Une réunion annoncée début mars dans Oxygène mais la participation n’a été que d’environ 200 personnes, la municipalité n’ayant vraiment pas facilité son accès au plus grand nombre : manque de rappel de la réunion dans tous les quartiers (alors que certains habitants avaient reçu une invitation dans leur boîte aux lettres), une salle excentrée au nord de la ville, un horaire mal choisi, trop tôt en soirée pour les aulnaysiens qui travaillent.

C’est d’autant plus regrettable que c’était l’occasion de s’inscrire à l’un des 3 ateliers proposés, limités à 50 personnes chacun : 1 emploi/campus –2 sport/loisirs –3 attractivité / vie de quartier.

M. Cannorozzo , adjoint au Maire, a insisté sur le fait que l’aménagement des 100 hectares de l’ancien site PSA, plus vaste que la Défense est un projet à construire sur 15 à 20 ans.

Certes, mais des décisions vont être prises très prochainement, courant 2019, notamment à propos du devenir du Parc Ballanger et des nouveaux logements. Une concertation participative éclair a d’ailleurs été présentée : atelier 1, le 11 avril – atelier 2, le 16 avril – atelier 3, le 16 mai. Une concertation marathon pour une réunion de clôture fin mai et un bilan été 2019 !

M. Cannarozzo a rappelé que le projet doit répondre à la commande du Maire et de sa majorité : créer un campus de formation – créer un nouveau quartier autour de ce campus, le relier à la gare du Grand Paris et au reste de la Ville – réaménager le Parc Ballanger.

Nous approuvons bien évidemment la création du campus de formation puisque B. Beschizza ne fait que reprendre le projet lancé par l’ancien maire et ses élus dès 2012.

Mais pourquoi construire tout un nouveau quartier alors que le bétonnage fait rage dans toute la ville depuis 5 ans ? Il serait maintenant question de 2 500 logements soit environ 10 000 personnes. L’emplacement est déjà défini: à l’ouest du parc Ballanger, amputé de 5 hectares par ces nouvelles constructions. En contre-partie, une pelouse de 10 à 15 hectares, sur une zone classée inconstructible sous le cône de bruit des avions du Bourget, de l’autre côté du boulevard André Citroën fermé à la circulation dans le futur aménagement,

La question a été posée lors de la réunion : pourquoi ne pas avoir eu une vision globale de l’aménagement du territoire incluant dès à présent, dans le projet Val Francilia, les vastes zones Les Mardelles et la Fosse à la Barbière ? Pourquoi concentrer 10 000 personnes sur 5 hectares du Parc entre les autoroutes et en limite du cône de bruit alors que les espaces ne manquent pas à proximité ? Il a été répondu que l’aménagement de ces zones se feraient après …

Comment relier le nouveau quartier au reste de la ville afin d’éviter cette cité dortoir isolée au nord de la ville tant décriée par le maire en 2014 ? comment se feront les déplacements au nord, au sud et dans le Parc Ballanger ? Le Parc sera-t-il ouvert ou fermé ? Comment garantir la sécurité, la tranquillité et l’entretien de cet espace ? Pas de réponses claires mais l’urbaniste -paysagiste nous promet un Parc plus étendu, des collines sauvegardées (voilà une bonne nouvelle) et un Campus ouvert sur le Parc !

Fin de la réunion à 20 h. Bon nombre de questions sont restées sans réponse : rien de nouveau sur le Campus de formation si ce n’est que « ce sera un beau bâtiment », rien sur la réindustrialisation du site, rien de précis sur la fameuse façade de 3 km de logements donnant sur le Parc, ni même sur l’aménagement du Parc notamment sur les voies de circulation.

Il nous reste à espérer que des propositions concrètes répondant réellement aux attentes des aulnaysiens sortiront de ces ateliers mais que peut donner une concertation aussi limitée dans le temps et se résumant à 1 seule réunion par thème  ? Enfin, qui va sélectionner les 50 habitants par atelier et selon quels critères ? Questions importantes puisqu’il s’agit du respect de la neutralité.

Publicités