Le Parti Socialiste demande un référendum sur l’ISF « Rétablissons l’ISF! Une France plus juste, c’est une France où chacun (e) contribue selon ses moyens. » »

Depuis 2008, les parlementaires peuvent contraindre le gouvernement à organiser la tenue d’un référendum sous 3 conditions : la demande doit être déposée par au moins 1/5e des députés et sénateurs réunis, soit 185 parlementaires sur 925 ; le Conseil constitutionnel doit vérifier qu’elle remplit les conditions requises ; la proposition de loi référendaire doit recueillir le soutien d’au moins 10 % du corps électoral, soit 4,7 millions d’électeurs.

Au 18 janvier, grâce à l’ensemble des députés et sénateurs socialistes, communistes, insoumis, de quelques écologistes et ex-députés La République en marche, l’initiative du PS avait réuni 156 signatures. Il reste à convaincre 29 parlementaires.

Une plateforme mise en ligne mi-décembre permet à chaque Français d’interpeller son sénateur ou son député grâce à un courrier électronique automatisé.

https://www.referendum-isf.fr

Il est écrit : « je souhaite qu’un référendum d’initiative partagée sur le rétablissement de l’ISF soit organisé. Citoyen (ne) de votre circonscription, j’en appelle à votre sens de la démocratie pour signer la proposition de loi référendaire et permettre que tous les Français soient consultés ».

Aulnaysiennes, aulnaysiens, n’hésitez pas à aller sur ce site pour demander à la sénatrice Mme Delmont-Koropoulis et au député M. Ramadier qu’ils s’engagent en faveur de ce référendum pour le rétablissement de l’ISF.

Les 10% de l’électorat seront sans doute facilement atteints puisqu’un sondage récent indique que 77 % des Français sont favorables au rétablissement de l’ISF.

Pour rappel : L’ISF rétabli par la gauche a été supprimé par E. Macron qui l’a transformé en impôt sur la fortune immobilière IFI, ne touchant donc pas les placements financiers, les liquidités … L’IFI sera payé par les foyers fiscaux dont le patrimoine immobilier dépasse 1,3 M. Elle concerne150 000 personnes au lieu de 300 000 précédemment. La recette n’est plus que de 850 M au lieu de 4,1 milliards soit une baisse de 3,2 milliards

Une autre mesure d’E. Macron favorise les riches, la « flat-tax », un prélèvement forfaitaire unique PFU plafonné à 30 % sur les revenus du capital (dividendes, plus-valus …) et non pas progressif comme l’impôt sur le revenu. Cette mesure devrait coûter 900 millions à l’Etat en 2018.

L’ONG Oxfam qui vient de publier son rapport sur les inégalités au niveau mondial, confirme que la France est loin d’être exemplaire en matière de répartition des richesses. La suppression de l’ISF et l’augmentation des impôts comme la CSG, inquiètent l’ONG qui y voit un élément de fragilisation du modèle social français.

En 2017, seuls 32 milliardaires français possèdent autant que les 40 % les plus pauvres de la population française. Les 3 milliardaires en haut du tableau, Bernard Arnault, Gérard Mulliez et Françoise Bettencourt ont vu leur fortune grimper respectivement de 50 %, 12% et 4 % en un an !

L’ONG Oxfam note qu’au niveau mondial, 26 personnes possédaient en 2018 autant que les 3,8 milliards de personnes les plus pauvres : la moitié de l’humanité .« Nos économies ne fonctionnent plus pour la majorité mais seulement pour quelques privilégiés. D’un côté, les plus nantis et les multinationales, qui ont vu leur taux d’imposition fondre, profitent du système pour optimiser leur évitement fiscal, et les actionnaires s’octroient des dividendes de plus en plus démesurés. De l’autre, beaucoup de travailleurs ont vu leurs salaires stagner ou baisser et les secteurs de la santé ou de l’éducation manquent cruellement de financement ».

Publicités