Nos interrogations sur la nouvelle école dans l’annexe Louis Barrault.

Les aulnaysiens constatent, mois après mois, l’énorme décalage entre les promesses électorales du maire et la réalité: déjà plus de 300 nouveaux logements dans les quartiers sud et plus de 500 au centre. Le bétonnage accéléré depuis 2014 doublé d’un renouvellement de la population dans la zone pavillonnaire ont provoqué une saturation dans les écoles, d’où l’urgence d’ouvrir de nouvelles classes.

La Chambre Régionale des Comptes indiquait d’ailleurs courant 2018, un déficit global d’accueil de 15 classes maternelles à la rentrée 2019.

Suite aux travaux du Département dans le collège Le Parc, l’annexe Louis Barrault devenue inutile est rendue à la ville. Le maire et ses élus ont donc choisi de la transformer en un nouveau groupe scolaire qui devra répondre au manque de places dans les écoles des quartiers sud et peut-être au-delà.

Cette nouvelle école, si elle est nécessaire, n’est pas sans poser questions.

Tout est déjà décidé. Le groupe scolaire comportera 8 classes maternelles, 10 élémentaires et 2 pour enfants ayant un déficient visuel. Non pas 18 classes comme annoncé dans Oxygène mais 20 classes, soit environ 500 élèves de 3 à 11 ans. C’est une concentration énorme d’élèves d’âges et donc de besoins très différents sur un même site ! C’est très différent des écoles de quartier, beaucoup plus petites où maternelles et élémentaires sont séparées.

La 1ère question est de savoir s’il y aura une direction unique pour les 20 classes ou 2 directeurs (trices) l’un (e) pour la maternelle et l’autre pour l’élémentaire ? La décision revient à l’ Education nationale mais le Maire qui travaille en principe avec les 2 inspecteurs d’ Aulnay aurait sans doute pu nous éclairer sur ce point. Il nous semble en effet essentiel, pour le travail des équipes pédagogiques et tout simplement pour la vie de l’école au quotidien, qu’il y ait 2 directions distinctes.

Cette nouvelle structure pourra-t-elle garantir à chacun les espaces nécessaires lors des récréations, des moments de restauration, des siestes pour les plus petits ou des heures de cours pour les plus grands ? Comment les espaces seront-ils définis et aménagés ?

Quelles seront les incidences sur la carte scolaire ? les changements risquent d’impacter un large secteur puisqu’il s’agit de répondre au manque de places dans les écoles de différents quartiers et par conséquent avoir des conséquences pour un nombre important d’enfants et de familles.

Enfin, le collège Le Parc risque de ne pas pouvoir accueillir tous les nouveaux élèves. Le terrain tout proche légué par M. Pecoroni soit à présent 1 608 m2 aurait pu constituer une réserve foncière s’il avait été donné au Département comme prévu par l’ancienne majorité . Nous dénonçons une fois de plus le choix de B. Beschizza qui veut le vendre à un promoteur pour y construire un nouvel immeuble.