B. Beschizza débouté par les juges dans 3 poursuites en diffamation.

Depuis son élection, Bruno Beschizza n’hésite pas à encombrer les tribunaux par de multiples actions judiciaires contre tout opposant, notamment les blogueurs et les élus de l’opposition. La liste des procès établie dans le blog MonAulnay.com est impressionnante ! Pas moins de 15 procédures intentées par la mairie dont une bonne dizaine lancée par Bruno Beschizza.

Car le maire d’Aulnay n’hésite pas à porter plainte pour des propos qu’il considère à chaque fois comme « diffamatoires ». Pour exemple, les 3 affaires traitées Vendredi dernier pour lesquelles les juges de la 17ème chambre correctionnelle de Paris l’ont débouté .
A ce jour, ont été relaxés, l’élu RN qui en 2016 avait attaqué le maire sur un présumé cumul des mandats (maire, conseiller départemental et conseiller régional), l’auteure d’un commentaire critique vis à vis du maire, le blogueur qui avait simplement repris leurs propos, poursuivi pour « complicité diffamatoire » .

Des procès innombrables, mais qui ne coûtent pas un centime au maire et aux élus de la majorité puisqu’ils votent en conseil municipal leur propre protection fonctionnelle ! Tous les frais engagés pour leur défense sont payés avec de l’argent public, celui des aulnaysiens. A combien monte l’addition ? La question posée en conseil municipal est restée sans réponse !

Rappelons que B. Beschizza a lancé une plainte pour diffamation contre les 8 élus PS, PCF, PRG et 3 blogueurs pour avoir écrit et diffusé un communiqué contre son arrêté en novembre 2016 interdisant les affiches de la campagne nationale de prévention sida, arrêté considéré comme un acte homophobe. Le procès au Tribunal de Grande Instance de Paris aura lieu le 7 mars 2019.

Les élus d’opposition ont demandé de bénéficier eux aussi de la protection fonctionnelle. Cette demande est un droit qui doit être votée en CM par l’ensemble des conseillers municipaux. Or, les élus mis en cause ont bataillé pendant 9 mois pour que le maire, contraint par les textes, consente enfin à inscrire leur demande à l’ordre du jour du conseil municipal du 26 septembre 2018.

Il n’y a pas eu de surprise ! Tous les élus de la majorité ont levé la main pour voter POUR … le REFUS d’accorder cette protection, en parfait accord avec le maire .

Pour conclure, ces multiples procédures judiciaires dirigées tout particulièrement vers son opposition et les blogueurs, dans le but d’intimider voire même de faire taire, entravent gravement la liberté d’expression à Aulnay et empêchent un légitime débat démocratique.

Publicités