Le député Alain Ramadier: positions et bilan depuis 6 mois.

En 6 mois : en commission, 36 présences et 16 interventions

Dans l’hémicycle, 25 interventions et 6 questions écrites

Il a voté CONTRE la loi de moralisation de la vie publique. Malgré les insuffisances et l’imperfection de ce texte, il faut reconnaître une avancée non négligeable puisque suite à l’affaire FILLON, le Gouvernement décide d’interdire, notamment pour les membres du gouvernement et les parlementaires, d’embaucher des membres de leur famille proche. Ne se démarquant pas de sa famille politique « Les Républicains » Alain Ramadier a voté CONTRE en reprenant l’argument commun fort surprenant de la droite: cette interdiction serait une « discrimination à l’embauche »! Les Républicains n’ont visiblement retenu aucune leçon des turpitudes de leur propre parti politique.

Il a voté POUR la loi d’habilitation qui en Septembre 2017 a autorisé le Président Macron à signer les 5 ordonnances réformant le code du travail. C’est contraire au principe de la séparation des pouvoirs : le pouvoir législatif exercé par l’assemblée nationale et le Sénat qui préparent, discutent et votent les lois et le pouvoir exécutif exercé par le Président et son gouvernement. Des ordonnances sont parfois prises pour faciliter l’élaboration d’une loi qui ne pose pas problème mais en septembre, les députés ont cédé leur pouvoir législatif au Président Macron pour une loi fondamentale touchant le monde du travail, en lui donnant l’autorisation de réécrire ce code sans que le Parlement ne soit associé. Et ces ordonnances, pour ceux qui avaient encore des doutes, démontrent bien qu’ E. MACRON mène une politique de droite, en donnant de nouvelles garanties au patronat tout en limitant les droits des salariés.

Il a voté CONTRE le projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme. Si ce vote CONTRE visait à garantir les libertés fondamentales et individuelles des citoyens, nous aurions applaudi des deux mains. Mais les députés LR dont Alain Ramadier ont voté CONTRE parce qu’ils estiment que le texte ne va pas assez loin, ils préconisent des « contre-propositions » encore plus musclées.

Il a voté ABSTENTION lors de la déclaration de politique générale du Gouvernement de M. Édouard Philippe . Pour un Groupe politique d’opposition, l’abstention prête à confusion.

Il a voté POUR la suppression de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) et sa transformation en Impôt sur la fortune Immobilière. (IFI)

Les députés LR ont rallié la majorité en votant POUR, en regrettant de surcroît que l’ISF n’ait pas été totalement « supprimé », alors que l’ensemble de la gauche a voté CONTRE, dénonçant une réforme qui fait « des cadeaux aux plus riches ». L’ISF touchait 330 000 personnes, soit une recette pour l’Etat de 5 milliards d’euros.

L’ISF version E. Macron sera réservé aux foyers fiscaux dont le patrimoine immobilier dépasse 1,3 million d’euros, ce qui va faire chuter le nombre de redevables à 150 000 d’où une perte de recettes de 3,2 milliards. Par ailleurs, le mode de calcul de cet impôt favorise les plus gros payeurs. Une très grande fortune se chiffrant en centaines de millions d’euros pourra y gagner des dizaines de milliers d’euros (15 000 euros par million d’euros de patrimoine exonéré d’ISF).

Depuis Septembre, toutes les mesures de droite passent sans problème, largement votées par la majorité LREM et les députés LR, dont le Député de notre circonscription.

Publicités