Signature de l’acquisition des terrains PSA: 3 ans de perdu !

Lors de la cérémonie officielle du 30 novembre, le Maire a commencé son discours en détaillant les négociations menées depuis son élection. On ne s’attendait pas à ce qu’ il évoque le travail accompli par l’ancienne municipalité depuis la fermeture de l’usine en 2012 mais sa caricature des actions menées était particulièrement scandaleuse!
Il aurait trouvé en 2014 un dossier au point mort, des relations rompues entre la Ville et PSA avec le double risque de terrains en friche pour longtemps ou livrés à la spéculation immobilière. Il n’y aurait eu pour seule action qu’ une simple banderole de soutien aux salariés de PSA flottant sur l’hôtel de Ville !

Bien sûr, en Mars 2014, tout n’était pas réglé, il fallait poursuivre les négociations. Mais en réalité, l’ancienne municipalité conduite par Gérard Segura, les élus de toutes les sensibilités politiques et Daniel Goldberg ont posé les jalons aboutissant à la signature actuelle : éviter la spéculation et poser les bases d’ une opération d’aménagement d’initiative publique.

En Juillet 2012, l’usine cesse toute activité. Pour les 3 600 salariés dont 450 pour la seule ville d’Aulnay, c’est le choc et la colère. La Ville se doit d’être aux côtés des salariés : réunions avec les pouvoirs publics, la direction de PSA, les syndicats… Solidarité de la commune pour les salariés habitant Aulnay, notamment pour la cantine des enfants.
Parallèlement, Gérard SEGURA mène 2 actions essentielles: obtenir que la ligne 16 du Grand Paris passe bien par Aulnay et éviter la spéculation foncière qui pouvait être menée par PSA à l’annonce de l’arrivée d’une gare à 700 m du site.
En septembre 2012, il fait donc voter en conseil municipal (vote à l’unanimité) une délibération qui déclare les terrains de PSA en « périmètre d’étude » gelant les permis de construire pendant 2 ans.

Janvier 2013: le Comité Opérationnel auquel participe la Ville établit la feuille de route: aucun salarié à Pôle Emploi et réindustrialisation de ce site exceptionnel.
Gérard Segura déclare alors : « nous voulons un projet ambitieux fondé sur une haute valeur ajoutée d’emplois, de formation et de technologies de pointe. Ni spoliation, ni spéculation. La ville ne souhaite pas que le site devienne « un manteau d’Arlequin ».

Juillet 2013 : présentation du projet d’aménagement (cabinet LIN) mêlant industries, centres de distribution, équipements publics, activités tertiaires, centre de formation et d’hébergement … Création de « doigts verts » reliant le site aux Parcs Ballanger et Le Sausset.

Janvier 2014 : Gérard SEGURA, les élus et Daniel GOLDBERG optent pour une opération d’aménagement d’initiative publique. Un mandat sera donné à l’EPF Ile de France (Etablissement Public Foncier) qui rachètera les terrains. Ce sera donc un organisme public qui aura la maîtrise foncière pour garantir la mutation du site avec un objectif non spéculatif.

Et le Maire actuel fait croire que rien n’a été fait avant son arrivée ?
Il a repris les négociations avec les mêmes objectifs que son prédécesseur et les mêmes mots « ni spoliation, ni spéculation ». PSA vient d’accepter de vendre les terrains à l’EPF. C’est après 3 ans, comme souhaité, la mise en place de la maîtrise foncière publique amorcée en 2014.

Et maintenant que deviendront ces terrains ? un nouveau quartier avec pas moins de 2 500 logements sur une zone forcément limitée par l’interdiction de construire au delà, à cause du bruit des avions (va-t-on alors revoir des tours?), des commerces, des services publics et surprise, l’ idée de « campus des métiers » . Encore un projet envisagé par l’ancienne municipalité suite à la visite du Leepark de Rotterdam : la possibilité de créer une zone d’hébergement et de formation pour les jeunes afin de mettre en adéquation formation, emplois et besoins des entreprises.
Par contre, aucune information concernant la réindustrialisation du site qui était et qui reste une priorité car source d’emplois pour Aulnay. A ce jour, 75 hectares sur les 180 sont réindustrialisés.

Concernant les autres projets pour la Ville : rien de nouveau, on retrouve ce qui avait été bien commencé, à savoir l’aménagement de la Zac des Aulnes, de la Fosse à la Barbière et de l’axe Mitry Princet pour relier les 2 gares de la Ville .
Quant à la Place Abrioux (ex Camélinat) , le projet actuel est loin de faire l’unanimité.

Le Maire , fidèle à sa conception étroite de la Démocratie , n’a pas daigné nous inviter et a mis à la porte des élus de la République qui n’étaient pas de sa majorité, préférant faire son show devant une salle conquise à sa cause et faisant table rase de tout ce qui a pu se passer avant lui.

Cela ne nous empêche pas d’approuver cette signature à laquelle nous avons contribué les années précédentes et qui clôt des années de négociations et de soutien aux anciens salariés.

Les élus socialistes

Publicités