Explosion des tarifs des services municipaux: les impôts déguisés de M. Beschizza

Le conseil municipal du 28 juin a voté les tarifs pour le « Nouveau CAP », le conservatoire de musique et de danse, l’école d’art.
POUR : les élus de la majorité – CONTRE : les élus de l’opposition.

Les tarifs au « Nouveau Cap »
Très peu de renseignements pour la prochaine année scolaire puisque certains ateliers ne sont plus cités comme l’accompagnement à l’écriture – interprétation et l’atelier cuisine. Existent-ils encore et à quel tarif ? Pas de réponse claire.
Une seule certitude à partir de septembre 2017 : un tarif unique pour les ateliers musicaux et théâtre. C’est gentiment présenté comme une simplification de la tarification mais c’est surtout plus cher car alignement des tarifs sur le plus élevé avec en prime une forte revalorisation !

En 2015 tarif annuel unique de 51 €.
En 2016/2017, déjà des augmentations : atelier musical : 65 € – théâtre:44 €-atelier écriture, interprétation :57 €

Pour 2017: tarif unique de 97 euros soit 32 € de plus pour la musique ( + 50 %), 53 € de plus pour le théâtre,( +120%) et 40 € de plus pour l’atelier écriture s’il existe encore.( +70%)

Les droits d’accès aux studios augmentent aussi:
2016 : selon les studios, 6 ou 7 € l’heure – 110 €pour 20 h – 60 € pour 10 h
2017 : accès studios 7 ou 10 € l’heure – inchangé pour 20 h mais pour 10 h on passe de 60 € à 90 €. (+50%)

Tarifs 2017 pour le conservatoire de musique et de danse, l’école d’art C.Monet
Une augmentation minime de 1%, mais pas un mot sur le changement dans le calcul du quotient familial qui lui, a des conséquences pour les familles.
L’an passé, M. BESCHIZZA et ses élus, alors qu’ils avaient mis en place en septembre 2015, pour la cantine, les centres de loisirs et le périscolaire un calcul intégrant les allocations familiales ou de logements, avaient gardé pour le conservatoire et l’école d’art, le principe de l’ancienne majorité, d’un quotient établi à partir du revenu fiscal sans ajouter les prestations sociales de la famille.

Nous avions demandé un retour au calcul basé sur le revenu fiscal sans les avantages sociaux, plus juste puisqu’ il favorise l’accès aux cours pour le plus grand nombre.

Or, on lit dans la délibération du 28 juin: « une tarification tenant compte du quotient familial, le calcul se fera selon les nouvelles règles détaillées par la délibération cadre ». A la question : « Avez-vous donc décidé d’appliquer un même mode de calcul du quotient pour toutes les structures en intégrant les prestations sociales ? » La non réponse du Maire :« Réflexion en cours, on vous écrira … »
L’attente pour les aulnaysiens ne sera pas longue. Le même scenario que pour la cantine et les centres risque fort de se reproduire au moment de payer les activités artistiques pour les enfants : avec des revenus gonflés par les avantages sociaux, ils changeront de tranche tarifaire, d’où une augmentation conséquente pour eux.

Ainsi les structures municipales dont la mission est d’offrir la possibilité de pratiques artistiques aux jeunes aulnaysiens, notamment les jeunes issus de famille modeste ou avec de faibles revenus, risquent d’être délaissées par ceux qui ne pourront plus supporter financièrement les augmentations.
Voilà des choix politiques en contradiction avec les objectifs affichés qui prétendaient vouloir favoriser la culture et la réussite de tous les jeunes.

Et comme nous l’avons dénoncé lors du vote du budget, cette politique budgétaire contribue à faire peser les coûts des services municipaux sur les usagers uniquement au lieu de faire jouer la solidarité au niveau de l’ensemble des contribuables.

Les élus socialistes

Publicités