Aulnay Sud : le Maire poursuit son bétonnage de luxe

Depuis 2014, le sud de la ville connaît un bétonnage sans précédent avec 287 nouveaux logements en accession à la propriété.
Résidence Villa Trévi, Verrechia Promotion, place J.C Abrioux (ex Camélinat) 45 logements,
Résidence Côté Parc, rue du 14 juillet, 64 logements
Résidence villa Charmilles, Monteleone Construction, 6 bis/18, allée des charmilles, 32 logements,
Résidence Les terrasses d’Aulnay, Novellus Promotion, 40 route de Bondy, 17 logements
Résidence de Strasbourg, 61/65 boulevard de Strasbourg, 25 logements
Résidence les Jardins de Touraine, Arthur Promotion, 14 avenue Eugène Schuller , 65 logements
Résidence ATLAND en bordure du canal, 39 logements

En réunion de quartier, en réponse aux interrogations des habitants, bien étonnés de constater une telle accélération du bétonnage en contradiction avec les promesses électorales de 2014, les élus expliquent les attentes de l’Etat à travers le SDRIF ( Schéma Directeur de l’Ile de France ) en se gardant de rappeler qu’elles s’appliquaient déjà pour l’ancienne municipalité!
Ainsi, après la grande période de constructions de 1960 à 1990, Aulnay a connu une chute des constructions de 1990 à 99 avec 98 logements par an puis dégringolade à 66 par an de 2000 à 2005.
Un retard accumulé pendant 20 ans alors que la population augmentait, les enfants ayant fondé une famille avec l’espoir de rester à Aulnay. (1 479 ménages en sur-occupation en 2011).

En 2008 le SDRIF fixait pour Aulnay l’objectif de 530 nouveaux logements par an. Afin de répondre aux besoins locaux et aux attentes de l’Etat, la municipalité a enclenché la reprise en multipliant par 3 le nombre de construction)s (moyenne annuelle de 210 au lieu de 66)

Le SDRIF 2013 revu avec la loi du Grand Paris de 2010 vise 70 000 logements par an en Ile de France (1,5 million d’ici 2030, dont 30% de logements sociaux) d’où pour Aulnay, l’objectif de construire 660 logements par an.

Nous approuvons une densification le long des grands axes et près des moyens de transport.
Il faut construire mais en concertation avec la population. Or, depuis 3 ans, les conseils de quartier se limitent à la présentation des décisions prises par le Maire et ses élus, sans aucun débat.

Il faut construire pour garantir une offre de logements aux jeunes ménages qui quittent la ville parce qu’ils ne trouvent pas de solution correspondant à leurs besoins et à leurs revenus.
Mais il est évident que les appartements de standing nouvellement construits ne seront évidemment pas pour eux mais pour une population ayant des revenus élevés. Pour la place Camélinat par exemple, loin de vouloir retrouver la place de village d’antan, le Maire veut en faire la vitrine chic et privilégiée d’Aulnay.

Evolution des effectifs scolaires :
Avec ces constructions et les pavillons rachetés par des couples avec enfants, la situation est critique pour les écoles République – Le Parc : 45 enfants non inscrits sur le groupe , faute de locaux.
Pour 2017 – 2018 : les 30 élèves de maternelle en attente seront inscrits à Vercingétorix.
2018-2019 : projet de démolir l’un des 2 pavillons préemptés jouxtant la maternelle, installation d’un Algéco pour rapatrier les enfants de Vercingétorix.
Le département reconstruit actuellement des classes sur le collège Le Parc. Il devrait dès 2018 rendre l’annexe Barrault à la Ville qui y créera pour septembre 2019 , 20 classes primaires et/ou maternelles (lettre du Maire du 13 juin 2017). Une solution pour accueillir tous les élèves mais l’accueil d’un plus grand nombre de collégiens posera à son tour un problème.

Or il y a une possibilité d’extension du collège sur le terrain mitoyen légué à la ville par Monsieur PECORONI en 2011 à la condition que la commune utilise ces biens à un usage scolaire ou péri-scolaire. Legs accepté à l’unanimité en 2012, dans l’objectif de proposer la parcelle de 1608 m2 au Département pour le collège Le Parc.
Mais en décembre 2015, M. BESCHIZZA décidait de la vendre au promoteur M.VERRECHIA.
Les élus de l’opposition ont fait un recours au Tribunal Administratif et attendent sa décision.

Le Maire devrait prochainement (en « atelier » mais quand et pour qui?) communiquer les résultats de l’étude démographique sur l’évolution des effectifs scolaires.
Cependant, même si le nombre de collégiens augmentait peu, ce legs constitue une formidable opportunité pour le Département de pouvoir doter ultérieurement le collège de salles de sport, de salles polyvalentes…Comment le Maire peut-il justifier la vente d’un legs réservé au collège, au profit d’un immeuble de standing, alors qu’il va récupérer l’annexe Barrault ? Il y a d’autres terrains à Aulnay, par exemple celui de la Croix Blanche, curieusement bloqué depuis 3 ans !
On espère donc que M. BESCHIZZA ne mettra pas une croix définitive à l’extension du collège en vendant le terrain et que la Place ne sera pas défigurée par 2 énormes immeubles d’une architecture en rupture totale avec le style des immeubles voisins.

Les élus Socialistes

Publicités