Présidentielles 2017: La lettre du député Daniel Goldberg

Au lendemain du 1er tour des élections présidentielles, notre député Daniel Goldberg a décidé de s’adresser dans une lettre aux habitants d’Aulnay-sous-Bois, de Bondy et des Pavillons-sous-Bois. Vous trouverez-ci dessous sa lettre:

 » Madame, Monsieur,

Dimanche dernier, les Françaises et les Français ont choisi les candidats qui participeront au second tour de l’élection présidentielle. C’est un moment décisif de notre histoire collective. Député représentant Aulnay-sous-Bois, Bondy et les Pavillons-sous-Bois à l’Assemblée nationale, je me dois de vous faire part de mon choix.

Chacun connaît mon engagement et mes convictions pour plus de justice et plus d’égalité. Je veux que la France entre véritablement dans le 21 ème siècle et engage une transition écologique qui favorise l’emploi et le pouvoir d’achat. Je sais que les inégalités et les discriminations de tous ordres minent notre développement. Je pense que nos institutions sont dépassées et ne permettent plus aux citoyens d’être pleinement acteurs de leur vie et du devenir du pays. Je crois à une France rassemblée pour qu’elle soit plus belle, plus forte et plus audacieuse.

Aussi, je ne peux voir la France tomber dans les mains d’une caste représentée par Marine Le Pen et le Front national dont les discours de haine et de repli sur soi sont à peine masqués le temps de la campagne électorale.

Le 7 mai, je voterai pour Emmanuel Macron. J’ai des désaccords profonds avec nombre de ses propositions. La France n’a pas besoin d’homme providentiel, mais doit au contraire se retrouver collectivement. La fragilisation des salariés n’est pas gage de développement pour eux-mêmes, ni pour l’économie du pays. La mondialisation débridée détruit beaucoup de nos vies et les États doivent reprendre la main pour la réguler.

Mais, ces désaccords ne me font pas oublier l’essentiel de ce qui nous rassemble : la défense de la République, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. Face au terrorisme, c’est en ne cédant en rien sur nos valeurs que nous nous protégerons ensemble.

Le nouveau Président de la République devra tenir compte des conditions de son élection. Au mois de juin, vous choisirez une majorité à l’Assemblée nationale qui déterminera alors les contours d’un nouveau gouvernement. Le devenir de notre pays est encore à écrire. Je veux y être utile et prendrai toute ma part pour faire du progrès partagé une valeur d’avenir.

 Le 7 mai, notre démocratie a besoin de votre voix. »

Publicités