Budget 2017 : purge des services publics et un minimum d’investissements

Hier soir s’est tenu le Conseil Municipal, avec comme point d’orgue le vote du budget. Vous trouverez ci-dessous un résumé de l’intervention d’Evelyne DEMONCEAUX au nom des élus socialistes.

Le bilan de l’exercice financier 2016 se solde par un excédent de 6,8 M. Il n’ y a pas de miracle, pour réaliser ces économies, l’équipe municipale a mené la même politique qu’en 2015 : une réduction drastique des dépenses des services, la hausse des tarifs, une baisse des subventions aux associations tout en faisant un minimum d’investissements essentiellement financés par 16 M d’emprunts (37,5M en 3 ans).

Les prévisions pour le budget primitif 2017 : 

Les recettes de fonctionnement de l’ordre de 169 M baissent de 2,5 M dont 1,5 M de participation aux dépenses publiques. Si la ville participe au redressement des dépenses publiques, le Maire et ses élus oublient de dire que la dette française a progressé de 600 milliards d’euros jusqu’en 2012 et que le candidat François Fillon propose un effort national bien pire, avec des baisses drastiques des moyens des communes, à la fois financiers et en nombre de postes.

Que deviendront les communes avec 100 milliards de moins en 5 ans ? Ce serait la réduction voire la suppression de services si importants pour tous les usagers, en particulier les classes moyennes et les plus modestes qui n’ayant pas les moyens de se payer des prestations privées, ont un fort besoin de services publics de qualité.

Comment gérer la ville s’il faut participer à la suppression de 500 000 postes en 5 ans? Concrètement à Aulnay, combien de postes en moins et dans quels services communaux ?

La taxe issue du Fonds de Solidarité interne à l’Ile de France diminue de moitié (1,2 M au lieu de 2,4). Or, nous défendons une égalité de moyens entre les villes riches de l’ouest de l’Île de France et les villes pauvres de l’est,plus de solidarité entre les villes de la Métropole du Grand Paris, pour qu’un enfant d’Aulnay ait autant de moyens qu’un enfant de Puteaux.Il y a là un combat à mener par les élus de la ville,nous pourrions le mener ensemble:

Au niveau des dépenses de fonctionnement , il est prévu une baisse de 3,3 M soit environ 2 M sur les dépenses courantes et 1M sur les dépenses de personnel.

La répartition de ces dépenses donne une vision claire des choix opérés.

Quelques secteurs augmentent ou restent stables (aménagement et services urbains, services généraux, la famille, la culture).

Notons par contre les 9 M de crédits pour la sécurité, soit 1M de plus qu’en 2016. Nous ne sommes pas opposés à une meilleure tranquillité de vie des Aulnaysiens, bien au contraire. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons condamné les choix du gouvernement Sarkozy – Fillon, quand ils ont supprimé 13 000 postes de policiers et gendarmes. Pour nous, la sécurité est une démarche globale, pas seulement des euros déversés dans une seule direction au détriment des autres, notamment la prise en charge des jeunes et leur soutien éducatif, culturel, sportif ou social. En renforçant de 25% les moyens de la Police municipale, le Maire et ses élus font payer aux seuls Aulnaysiens la baisse des effectifs de la Police nationale alors que les moyens de la police sont payés par les impôts de tous les citoyens !

Par ailleurs, tout en étant favorables à une police municipale, nous considérons que les prérogatives des police nationale et municipale doivent être bien distinctes.

-Baisse des moyens dans les autres secteurs : 3 M de moins pour l’enseignement, 1M de moins pour la jeunesse et sport (18,6M), 1M de moins pour le secteur social et santé.

-Baisse des subventions aux centres culturels et sociaux l’IADC, l’ACSA, et pour la MEIFE.

Le programme d’investissements reste très limité avec principalement :

-La poursuite de la rénovation urbaine (5M) – espaces publics /assainissement (4,3 M) – rénovation du bâti (3,3 M) -sécurité vidéosurveillance et centre de supervision (2,5 M)

Les projets se limitent pour 2017 au centre multifonctionnel de Balagny, la vidéosurveillance et centre de supervision, des travaux d’aménagement du pôle gare et du terrain du CMMP. 

Les travaux de mise en accessibilité très insuffisants depuis 2014 ont pris du retard. 745 000 euros prévus pour 2017, c’est en dessous du million annuel nécessaire pour pouvoir finir l’accessibilité dans les temps. Rappelons notre politique en direction des personnes à mobilité réduite durant notre mandat :1 M par an (400 000 pour la voirie et 600 000 pour les bâtiments publics).

Le Maire et ses élus comptent uniquement sur 2 leviers pour financer les investissements : les économies et surtout les emprunts. Nouvel emprunt de 12 M en 2017. Prévision de 45 M d’emprunts de plus jusqu’en 2020. La dette continue d’augmenter, 116 M soit 1 398 € par habitant.

En conclusion, au bout de 3 ans de mandat, cette équipe municipale pointe les mêmes contraintes budgétaires que nous précédemment: la baisse des recettes et des dépenses difficilement compressibles.

Certes, il est indispensable de maîtriser les dépenses publiques.Nous ne sommes pas opposés à cet objectif mais nous contestons les choix de cette majorité qui privilégient fortement certains secteurs tels que la sécurité au détriment de la culture, du sport, de l’éducation,de la santé et du social.

C’est une politique dont les coûts sont assumés uniquement par ceux qui utilisent le plus les services municipaux : les jeunes et leurs familles, en particulier celles issues des classes moyennes et populaires qui subissent des hausses de tarifs, avec une qualité de service dégradée.

Ce n’est pas un budget de « bon père de famille ». C’est un budget de droite, libéral, de purge dans les services publics d’aide et de soutien aux familles, aux classes moyennes et populaires, à l’image de ce que la droite propose pour le pays. Après avoir vanté une politique sarkoziste, le Maire et ses élus proposent un programme Fillon. Nous n’en voulons pas et nous ne votons pas ce budget  !

Evelyne DEMONCEAUX

Publicités