De vrais TAP à l’école, c’est possible !

Depuis 2014, la réforme des rythmes scolaires prévoit la mise en place d’ activités complémentaires aux apprentissages fondamentaux afin d’éveiller la curiosité des enfants, de les initier à de nouvelles pratiques sportives, artistiques, culturelles, scientifiques … Ce sont les TAP (temps d’activité périscolaire) ou à Aulnay, les NAP (nouvelles activités périscolaires).

Dans cette ville d’ Ile de France :

2 après-midi par semaine : classe de 13 h 30 à 16 h 30

2 après-midi: classe de 13h 30 à 15 h puis TAP de 15 h à 16 h 30

Les TAP ont donc lieu 2 fois 1h 30 soit 3 h par semaine, en plein après-midi pour les intégrer à la classe et que la journée scolaire, TAP compris, ne soit pas trop longue.

Mais nous ne sommes pas à Aulnay ! Dans notre ville, les NAP ne commenceront qu’à 15h 45 pour finir à 17 h 30 et çà change tout ! Réduites à une seule séance soit 1h 45 au lieu de 3. Placées trop tard, après une journée complète, ce qui rallonge fortement cette journée pour les enfants.

Les enfants qui ne restent pas à l’étude seront tentés de quitter l’école à l’heure habituelle, dès 15 h 45. Ceux qui restent à l’étude devront choisir entre l’étude et les NAP. Dans les 2 cas, ils sont perdants: ou ils manquent une étude, très bénéfique pour l’aide apportée par les enseignants ou ils ne peuvent pas participer aux NAP.

C’est le Maire qui doit déterminer le projet des NAP, en collaboration avec les enseignants, les parents d’élèves, les associations et toutes les ressources de la ville (structures sportives, espaces verts, conservatoire, bibliothèques, école d’arts …). Le projet fixe le nombre de séances par semaine, leur durée, les plages horaires et le nombre d’intervenants.

Ce projet nécessite des mois de concertation et des engagements. Projet bien mené en 2013 – 2014 mais depuis 3 ans, on ne peut pas dire que la municipalité actuelle ait impulsé ce travail en commun pourtant indispensable pour garantir des activités de qualité et une adhésion de tous !

Le Maire, au regard des difficultés provoquées par le choix du samedi, constatées par l’Inspecteur d’Académie, a été contraint de revoir son projet. 3 ans perdus mais le mercredi est enfin acquis.

Par contre, la mise en place des NAP est un projet à minima, dicté par un objectif essentiellement budgétaire : limiter les activités, limiter le nombre d’intervenants pour limiter au maximum les coûts financiers.

Les enfants des écoles publiques d’Aulnay-sous-bois méritent mieux !

Evelyne Demonceaux

Publicités