Bruno BESCHIZZA: Sécurité , la mauvaise foi permanente !

Les inspections générales de l’administration et des finances ont remis au Ministre de l’intérieur, le 17 février 2017, un rapport sur l’évolution des effectifs de la police et de la gendarmerie sous l’actuel quinquennat : 5649 recrutements dans la police et 3188 dans la gendarmerie en 5 ans.

Selon les deux inspections, les forces de l’ordre ont bénéficié d’un renfort de 6541 « équivalents temps plein » (ETP) pour la période 2013-2016, auxquels vont s’ajouter les 2286 Emploi Temps Plein programmés pour 2017.

Au total, ce sont donc 8837 emplois supplémentaires créés au 31 décembre 2017 soit 5649 dans la police et 3188 dans la gendarmerie.

Pour accompagner les créations de postes, les services de recrutement et les écoles de formation initiale ont dû être reconfigurés. Les effectifs en écoles de formation sont ainsi passés de 13000 en 2013 à 25000 en 2016.

Le Préfet a demandé la fermeture du commissariat du Galion suite aux derniers événements. A ce propos, Bruno Beschizza déclare publiquement « C’est quand même ironique: le dernier poste de police de proximité d’Aulnay est fermé par un gouvernement de gauche … lequel a toujours regretté que la droite supprime la police de proximité ! ».« La police de proximité , c’est aujourd’hui la police municipale à Aulnay-sous-Bois. »

Des déclarations stupéfiantes alors qu’il n’est pas étranger à la situation dans laquelle on se trouve !

Parlons du commissariat de police : l’ancienne municipalité s’est battue dès 2011pour la construction d’un nouveau commissariat près de la RN2 et a multiplié les actions jusqu’en 2014 pour obtenir son inscription budgétaire. Le Ministre de l’Intérieur de l’éqpoque avait d’ailleurs donné des garanties pour une inscription rapide sur la liste des futurs commissariats.

Mais dès son élection, B.BESCHIZZA, opposé à l’implantation au nord de la ville, a repoussé le projet, qui depuis 3 ans est au point mort. La situation risque de s’éterniser puisque les autres villes se sont empressées de faire leur demande et seront dotées d’un commissariat avant notre ville.

Merci monsieur le Maire !

Qui a supprimé la police de proximité et 13 000 postes de policiers et de gendarmes dans notre pays, avec notamment le soutien de B.BESCHIZZA alors responsable syndical dans la police ?

Pour compenser ces suppressions, B. BESCHIZZA devenu maire a augmenté les effectifs de la police municipale de 25 % (de 64 à 85 postes). Ce qui signifie pour le contribuable aulnaysien, le financement intégral d’une police municipale surdimensionnée.

Le Maire veut une police municipale suréquipée 7 j/7 et 24h/24 . Mais la police municipale ne doit pas se substituer à la police nationale, elle n’a pas les mêmes fonctions.

En fait, nous constatons qu’à Aulnay, la municipale est chargée principalement de missions de surveillance et de répression. Des policiers dont la présence sur le terrain est très inégale !

Demandez aux habitants des quartiers Nord si la police municipale est une police de proximité !

Il est vrai que le Maire, peu présent dans ces quartiers ne peut pas connaître la réalité.

Ce gouvernement a redonné des moyens à la police mais il faut reconstruire une police de proximité attachée à la prévention, à la sécurité de tous et changer les rapports entre les forces de l’ordre et les habitants.

Oussouf SIBY

Publicités