Quel projet pour le terrain du CMMP dépollué par l’ancienne municipalité ?

Le devenir du terrain de l’ancienne usine d’amiante (le CMMP) a été évoqué lors du conseil municipal du 14 décembre , un dossier majeur traité par l’ancienne municipalité.

Rappel des faits : En 1997, un riverain de l’usine décède d’un cancer provoqué par l’amiante alors qu’il n’en manipulait pas. Pendant plus de 10 ans, la famille et les associations se battent pour faire reconnaître la responsabilité du CMMP qui a broyé l’amiante pendant 40 ans et demandent sa démolition , mais elles se heurtent à l’inaction des pouvoirs publics.

En Octobre 2006, la démolition de l’usine commence, à ciel ouvert. Arrêt en urgence du chantier un mois plus tard, la pollution extrême nécessitant une démolition sous bulle étanche.

Seule précaution prise en 2007: les élèves du Bourg 2 sont installés dans des préfabriqués sur un terrain situé à Sevran … pour un temps indéterminé.

En 2008, quelles ont été les décisions prises par la nouvelle municipalité?

La majorité conduite par Gérard SEGURA trouve une usine en ruine, des toitures délabrées avec un risque constant de propagation des fibres mortelles dans de vastes secteurs d’ Aulnay et de Sevran.

La ville rachète le terrain et décide à l’unanimité en conseil municipal, de prendre en charge les travaux de démolition et dépollution. Une clause au protocole de rachat du terrain permettait de réclamer les frais de dépollution au CMMP.

Ces décisions s’imposaient car il est évident que le CMMP n’aurait jamais entrepris les travaux. La municipalité aurait connu des années de querelles juridiques, sans rien obtenir, sans pouvoir enfin régler ce scandale sanitaire.

Un article récent du Parisien reprend une critique formulée par certains sur les sommes engagées par l’ancienne municipalité pour la démolition /dépollution.

Fallait-il consacrer 10 millions pour la démolition / dépollution d’un site reconnu comme le plus pollué de France ?

6 millions de démolition sous bulle étanche, 4 000 tonnes de déchets retirés dont 2 000 amiantés.

4 millions non prévus, pour le sous- sol pollué : décaper 6 100 m2 sur 80 cm, déposer 2 couches de béton concassé, un film géotextile et couler une dalle de béton.

Fallait-il renoncer à dépenser 6 millions pour les élèves déplacés dans l’école « provisoire » ?

6 millions pour les transports en car des élèves pendant 6 ans, pour l’entretien et les réparations indispensables de ces bâtiments délabrés au bout de quelques années.

La municipalité de l’époque s’est battue pour obtenir le remboursement des frais par le CMMP et des subventions. La Région a versé 2 Millions. Autres aides financières : 3,5 Millions.

Le Tribunal de Grande Instance a relaxé le CMMP en 2015, condamné à ne verser que 480 000 €. Décision incompréhensible et scandaleuse.

Mais l’ancienne municipalité est fière d’avoir supprimé définitivement cette usine-poison.

Elle est fière également des succès remportés par le Comité Amiante crée par le Maire pour la recherche et le suivi des victimes: la recherche de 13 000 personnes exposées à cette pollution, un dispositif national de santé publique mis en place par l’Agence Régionale de Santé mais aussi un dispositif aulnaysien d’accueil et de suivi prévu dès janvier 2014. (Confirmation des engagements de Marisol Touraine lors de l’entretien du 19 juin 2013 au ministère de la santé avec le député Daniel Goldberg et pour le Maire, Evelyne Demonceaux adjointe à la santé).

L’ancienne majorité avait prévu sur le site, un parking de 47 places, un terrain multisports (foot, tables de ping-pong), une aire de jeux et un petit parc.

B. BESCHIZZA et ses élus ne semblent pas reprendre ce projet et prévoient déjà de faire un parking plus important. Que restera-t-il des espaces de loisirs et de sports prévus ?

Le maire veut pour la ville d’Aulnay « du beau et du bon ». Sur ce site responsable de trop nombreux décès, il serait désolant de donner la priorité aux voitures au lieu d’y apporter des espaces verts et des jeux !

S’agirait-il encore d’un choix dicté par les économies recherchées par cette majorité ?

Si c’est le cas, on ne comprend vraiment pas les choix politiques de cette équipe qui n’hésite pas à lancer par ailleurs le projet démesuré d’un Centre nautique de plus de 30 millions pour lequel la participation financière des aulnaysiens reste bien floue…

Evelyne Demonceaux

Publicités