Les élus de gauche fermement opposés à l’arrêté de Bruno BESCHIZZA interdisant la campagne de prévention de lutte contre le sida

Le Maire ayant pris un arrêté le 21 novembre interdisant la diffusion des affiches de la campagne nationale de lutte contre le sida dans notre ville, les élus de l’opposition ont souhaité discuter de ce sujet en début de séance, lors du conseil municipal du 23 novembre.

En ma qualité de Président du groupe socialiste je demande alors la parole au nom de tous les élus de l’opposition (Parti Radical de Gauche, Parti Communiste et Front de Gauche).

Refus du Maire ! Il consent tout juste à une prise de parole en fin de conseil. En clair, il opte pour la solution qui lui permettra, en fin de séance alors que l’ordre du jour est épuisé, de mettre rapidement et catégoriquement un terme à une discussion qui le dérange et qu’il rejette.

Je réitère ma demande mais le Maire Bruno BESCHIZZA coupe le micro. C’est scandaleux !

Les élus de l’opposition quittent la salle du conseil en signe de protestation et vont échanger quelques mots avec le public tout en distribuant leur communiqué.

La situation s’envenime lorsque des membres du public et les élus découvrent qu’un homme filme avec son téléphone le public à son insu. Ils lui demandent de se présenter, lui rappellent que seuls les élus sont filmés pour une retransmission du conseil et qu’il n’a pas le droit de filmer le public.

Face à l’insistance d’une habitante et des élus et après avoir refusé à plusieurs reprises, la personne consent enfin à se présenter : c’est le nouveau chef du cabinet du Maire (3ème recrutement depuis mars 2014) ! Bien embarrassé lorsqu’une habitante et un élu lui demandent d’effacer sa vidéo et qui se tourne vers la 1ère adjointe Séverine Maroun pour lui demander l’autorisation la supprimer.

Que veulent dire ces méthodes inadmissibles ? Lui a-t-on demandé de filmer et pour quelle exploitation ? Un nouveau pas a été franchi dans l’autoritarisme, l’irrespect des élus et des aulnaysiens.

Guy CHALLIER

 

 

Publicités