Plutôt que des insultes, la municipalité devrait s’expliquer sur ses choix

Dans le dernier Oxygène, M. Fleury, maire-adjoint, a choisi l’insulte comme mode de débat. En bon élève de Donald Trump, il pense sans doute que « plus c’est gros, plus cela passe ». Et bien non, d’autant que ses critiques devraient au moins dire les réalisations d’avant 2014 qu’il n’aurait pas engagées. Fallait-il, par exemple, ne pas démolir le CMMP pour protéger les enfants, ou bien ne pas engager la rénovation urbaine de la Rose des vents ?

Et qu’en est-il aujourd’hui : le projet du nouveau commissariat retardé car le Maire n’a pas voulu du terrain pourtant validé par toutes les autorités ; la nouvelle piscine fléchée sur le site PSA et donc hors des quartiers de vie, et avec des équipements qui ne sont pas en rapport avec nos besoins avec un coût de 32 millions d’euros ; la démolition du Galion en sur-place car les habitations pour reloger les 176 familles aulnaysiennes ont été différés,…

Et pourquoi brader le centre d’affaires Europe, actuellement propriété municipale, à 10% de moins que le prix fixé par les services ?

Pourquoi vouloir construire partout des résidences de standing inaccessibles pour les Aulnaysiens ? Le comble est atteint quand, sans concertation, ils ne respectent pas la volonté de M. Pécoroni qui a légué ses terrains près du collège Le Parc pour qu’ils servent à un équipement destiné à la  jeunesse ?

« Aulnay Respectueuse » n’était qu’un slogan. Cette municipalité rêve de transformer Aulnay en « Sarkoland », changer la population d’Aulnay, avec des vieilles idées refusées par une majorité de citoyens.

 

Guy CHALLIER

Président du Groupe des élus socialistes et républicains

Publicités