La répétition des contre-vérités : marque de fabrique de B. BESCHIZZA

A défaut d’avoir un maire à plein temps nous avons un acteur à plein temps. Dans le magazine municipal Oxygène de ce mois-ci B.BESCHIZZA se met en scène en affirmant dans son éditorial de nombreuses contre-vérités. Nous connaissions sa passion pour la magie, mais de là à transformer des contre-vérités en vérités…. C’est un sacré numéro.

1ère contre-vérité : « Il n’y aura pas de hausses d’impôts » en 2016. Le maire omet de dire qu’il a opté pour un transfert d’impôts sur les usagers par une hausse des tarifs des services publics au lieu d’avoir une position de solidarité de tous selon ses moyens.

2ème contre-vérité : « L’investissement à quant à lui été préservé et orienté vers des projets structurants ». Non seulement les investissements ont baissé de 12 millions d’euros depuis 2014 mais de surcroît toutes les sommes ne sont pas utilisées, il y a un décalage de plusieurs millions entre les montants votés et ce qui est réalisé (18 millions de travaux en 2015 au lieu des 25 prévus). C’est regrettable puisqu’il s’agit de travaux pour la Ville. Une ville de la taille d’Aulnay nécessite au minimum 20 M par an pour les travaux courants, 30 à 33 millions d’investissements par an pour poursuivre l’aménagement du territoire.La dette de la ville est en augmentation suite à de nouveaux emprunts, le maire en emprunté en l’espace de 2 ans plus de 20 millions d’euros, sans engager de nouveaux projets.

3ème contre-vérité : « La sécurité pour tous », on parlera plutôt de la surveillance de tous. Des moyens surdimensionnés pour la police municipale avec 250 caméras d’ici 2020, un centre de supervision urbaine de dernière génération pour la modique somme de 600 000 euros. Le budget de fonctionnement de la police municipale continue à augmenter mais pour quels résultats ? En 2013 : 6 millions, en 2015 : 7 millions et pour  2016  près de 8 millions d’euros.

4ème contre-vérité : « L’éducation une priorité pour la municipalité ». Ne riez pas ! même si le maire baisse le budget de ce poste de 2 millions, impose le samedi matin de classe, ne met pas en place de réels temps d’activités périscolaires prévus par la réforme des rythmes scolaire, l’éducation est LA PRIORITE de B. BESCHIZZA !

5ème contre-vérité : « Désengagement du Conseil départemental sur les crèches municipales ». Le maire passe sous silence le plan du département de 80 millions pour les villes qui veulent créer des places d’accueil supplémentaires. Notre ville ne serait pas intéressée par ce plan? Plutôt que de rester dans un rapport de force permanent,  il serait plus efficace et plus responsable de présenter des projets et de saisir une opportunité bénéfique à la petite enfance.

6 ème contre-vérité : La propreté, ça aussi ce n’est pas une blague. Les habitants ne s’y trompent pas lorsqu’ils constatent un traitement différencié des quartiers. Malgré les efforts des agents, ces derniers ne disposent pas des mêmes moyens. Entre pannes de matériel, lenteur des réparations et diminution du budget, certains choix sont faits. Il suffit de sillonner la ville pour s’en rendre compte ….

Oussouf SIBY

Publicités