Beschizza / Conseil départemental : le maire multiplie ses coups politiques !

Décidément, B. Beschizza ne manque jamais une occasion pour faire connaître au plus grand nombre, via le journal « Le Parisien », ses actions héroïques pour Aulnay-sous-bois !On pourrait en sourire s’il ne s’agissait pas hélas, du pitoyable bras de fer qu’il a engagé dès son élection avec le Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis à qui il vient de réclamer pas moins d’1 million d’euros !

De quoi s’agit-il ? de subventions pour les crèches municipales, de l’allocation pour les personnes âgées et du financement du service social.

Seulement voilà ! Comme l’explique le conseil départemental (propos repris par le Parisien du 19 avril 2016), « le maire instrumentalise tout, les sommes réclamées  pour les crèches et les seniors ont été mises en paiement mais rejetées pour un problème de RIB de la ville ».

A propos du service social, le maire a supprimé le 10 décembre 2014  la Convention entre Aulnay et le Département. Dans cette convention, signée il y a 20 ans avec Jean- Claude Abrioux, le département finance 80% du service et la ville 20% (accord semblable dans d’autres villes conventionnées). Sans même attendre des solutions , le maire n’a pas hésité à  mettre en difficulté les familles : fermeture du SMAS (service municipal d’action sociale), les Aulnaysiens non reçus et renvoyés vers les assistantes sociales des autres communes !

Cette fermeture a eu des conséquences désastreuses en terme d’accès aux droits, de lutte contre l’exclusion (rupture d’hébergement, expulsion locative …) d’accompagnement social (insertion, logement, vie sociale, aides financières, éducatives …) de prévention et de protection des mineurs en danger…

Le département a bien sûr toute la compétence nécessaire pour reprendre la gestion du service social mais il lui faudra du temps pour créer une circonscription pour 83 000 habitants, dans une ville où le maire affiche une attitude hostile et non constructive.

Le Département est un partenaire privilégié pour nos communes. Rappelons pour Aulnay : la construction du collège Simone Veil et du gymnase Omar Chérif en 2014 , la reconstruction du collège Christine De Pisan prévue pour 2018, les travaux dans les autres collèges , les 6 PMI, les actions santé, les aides pour la petite enfance, les personnes âgées et handicapées, le RSA et sa participation à la rénovation des quartiers, pour les parcs, la voirie, les transports …

Le maire s’insurge de la baisse des subventions aux crèches municipales de 9 M mais passe sous silence le plan du département de 80 M pour les villes qui veulent créer des places d’accueil supplémentaires. Aulnay-sous-bois ne serait pas intéressée par ce plan? Plutôt que de rester dans un rapport de force permanent,  il serait plus efficace et plus responsable de présenter des projets et de saisir une opportunité bénéfique à la petite enfance.

Le maire ne considère pas le Conseil départemental comme un partenaire avec lequel il discute et construit mais comme un adversaire politique. Notons que d’autres municipalités de droite ont fait le choix de discuter et de trouver des solutions dans l’intérêt des habitants.

Et dans ce climat conflictuel, quelle peut être l’action des deux conseillers départementaux d’ Aulnay: Séverine Maroun et Mohamed Ayyadi ? On est loin d’un dialogue ouvert et constructif et les Aulnaysiens risquent d’en payer le prix fort.

Evelyne DEMONCEAUX

Publicités