La Métropole du Grand Paris à grands traits….

L’idée de créer le «Grand Paris» remonte à1860 lorsque Napoléon III voulait étendre Paris, de la ville de Saint- Germain-en-Laye à Marne la Vallée. Mais la réorganisation de la région parisienne date surtout de 50 ans, avec la création de nouveaux départements.

En 1964, devant la forte industrialisation et l’augmentation galopante de la population , les pouvoirs publics réorganisent la région parisienne en 8 départements: Paris – les Hauts de Seine – la Seine- Saint- Denis – le Val de Marne – les Yvelines – l’Essonne – le Val d’ Oise et la Seine et Marne.

1982 : la loi DEFERRE organise la décentralisation avec le transfert  de certaines  compétences de l’Etat aux collectivités territoriales (communes, départements, Régions)

Les années 2000: Bertrand DELANOE Maire de Paris lance une réflexion sur «Paris, métropole». Paris noue des conventions avec 29 communes proches sur des questions d’urbanisme.

Des villes se regroupent en intercommunalité pour mener des projets en mutualisant leurs moyens.

2007:  Nicolas Sarkozy charge Christian Blanc, secrétaire d’Etat, d’une réflexion sur une grande métropole du XXI ème siècle. Christian Blanc propose la création de pôles économiques autour de Paris et d’un réseau de transport reliant ces pôles aux aéroports, aux gares et au centre de Paris.

2010: nouveau pas en avant avec le vote de la loi du «Grand Paris» pour un projet urbain, social et économique promouvant le développement économique durable et solidaire.

Création de la «Société du Grand Paris» (SGP) pour un métro rapide autour de Paris.

En 2011, le tracé du Grand Paris Express est fixé avec 200 km de voies ferrées et 72 gares.

A  Aulnay, début des travaux en 2017, ouverture de la ligne 16 en 2023.

Deux lois vont créer le cadre de la Métropole du Grand Paris :

-le 27 /01/2014 : loi MAPTAM Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles.

-le 7/08/2015 la loi NOTRe  Nouvelle Organisation Territoriale de la République.

Les communes de la petite couronne doivent se regrouper en intercommunalité de  300 000 habitants minimum (200 000 pour la grande couronne).

1er janvier 2016 : création de la Métropole du Grand Paris, la MGP, qui se substitue aux différentes intercommunalités déjà constituées.

-la Région Ile de France c’est: 8 départements – 1280 communes – 12 millions d’habitants

-la Métropole du Grand Paris c’est : Paris et 131 communes

123 communes de petite couronne : Paris- la Seine-Saint-Denis -les Hauts de Seine -le Val de Marne – 7 communes de grande couronne : Argenteuil et 6 villes de l’Essonne.

La MGP c’est 7 millions d’habitants en 2014 dont 1,6 M de jeunes de moins de 20 ans
814 km2 soit plus de 7 fois la superficie de Paris

Pourquoi avoir crée une Métropole du Grand Paris ?

La création de cette Métropole repose sur la volonté d’avoir une métropole du XXIème de rang mondial , attractive, compétitive et s’attelant aux problèmes fondamentaux de logement, de circulation, d’environnement et de développement économique et social.

Un constat s’impose : les inégalités territoriales au sein de la région parisienne ne cessent de se creuser. L’un des défis majeurs de la métropole sera de mettre en place des stratégies pour lutter contre ces inégalités, développer la solidarité entre territoires et organiser un rééquilibrage.

La Métropole aura 2 ans pour mettre en place un projet autour de 4 domaines :

-l’amélioration du cadre de vie de ses habitants

-la réduction des inégalités entre les territoires qui la composent

-le développement d’un modèle urbain, social et économique durable

-le développement de l’attractivité de la Grande Métropole internationale

La loi a crée une intercommunalité à 2 niveaux :

-la Métropole du Grand Paris , un Etablissement Public de Coopération intercommunale (EPCI)

-les Territoires , des EPT (Etablissements Publics Territoriaux) constitués par les communes regroupées en 12 territoires (Paris et 11 territoires).

Aulnay-sous-bois appartenait au territoire 7, le T7 jusqu’au 31 décembre 2015.

Depuis le 1er Janvier 2016 , le T7 s’appelle «  Paris , Terres d’envol ».

« Paris, terres d’envol » regroupe 8 communes : Aulnay – Sevran – Villepinte – Blanc -Mesnil – Drancy – Le Bourget – Dugny et Tremblay en France , soit près de 350 000 habitants.

Les 4 compétences de la Métropole, une mise en place progressive de 2016 à 2018 :

2 compétences au 1er janvier 2016 : le développement économique, social, culturel – l’environnement et l’amélioration du cadre de vie

2 compétences au 1/01/2017:aménagement de l’espace métropolitain-  politique locale de l’habitat

En 2018 la MGP récupérera l’environnement, l’aménagement et l’habitat.

Les 10 compétences des territoires :

7 compétences obligatoires: l’assainissement et l’eau -la gestion des déchets – la politique de la ville – le plan local d’urbanisme (PLU) – le plan climat énergie air territorial – les équipements culturels et sportifs – l’action sociale

3 compétences partagées avec la Métropole du Grand Paris :
– l’aménagement de l’espace métropolitain – la politique locale de l’habitat et du logement (OPH, amélioration du parc immobilier bâti, réhabilitation et résorption de l’habitat insalubre).
– le développement et l’aménagement économique, social et culturel

Comment s’organise la gouvernance de la Métropole ? 
La Métropole est gouvernée par un conseil métropolitain de 210 élus  à la proportionnelle.

Patrick OLLIER (LR) député maire de Rueil-Malmaison (Hauts de Seine) vient d’être élu Président avec un exécutif de 20 vice – présidents (9LR, 4PS, 3UDI, 3FG,1EELV) et 7 conseillers délégués (2LR, 2PS, 1FG,1UDI,1MoDem).

Gouvernance des territoires : dans chacun d’eux, un conseil de territoire de 72 à 92 membres. Afin d’articuler Métropole et Territoires, des élus siégeront au Conseil de la Métropole et au Conseil de territoires.

A Aulnay, 2 conseillers métropolitains: Séverine Maroun (LR) et Jacques Chaussat (UDI) 16 conseillers territoriaux : 14 élus de la majorité et 2 élus de l’opposition : Guy Challier (PS) et Marie-Jeanne Queruel (PC).

Bruno BESCHIZZA (LR) vient d’être élu Président du territoire « Paris,Terres d’Envol »

Après des mois d’une gestation chaotique, 2016 voit la naissance de la MGP.

Que penser de cette Métropole ?

La gauche, avec le parti socialiste a souhaité  moderniser la gouvernance de la capitale pour mettre fin aux inégalités entre les territoires, apporter des réponses concrètes à l’ensemble des habitants en matière d’éducation, de santé, de logement, d’emploi, d’environnement et de qualité de vie.

Stéphane TROUSSEL, président du conseil départemental et secrétaire national PS à la Décentralisation et modernisation de l’Etat a déclaré :

« La Gauche et le parti socialiste doivent renouer avec une vision de la décentralisation qui instaure plus de démocratie, de justice sociale et fiscale, de solidarité et d’efficacité institutionnelle. La Métropole du Grand Paris doit répondre à ces objectifs, par la mise en place d’une collectivité puissante, lisible pour les citoyens et prenant toute sa place dans le concert mondial des grandes métropoles. »

Mais il alerte sur les points suivants: « les tentations de bunkériser les territoires riches, incarné par le mariage d’argent entre les Yvelines et les Hauts-de-Seine …. » et si la Métropole est réduite à des compétences stratégiques et sans grands moyens, elle ne jouera pas le rôle de fer de lance de l’égalité territoriale.

Il souligne également le manque de démocratie.  «la métropole du Grand Paris ne peut pas rester un objet d’initié : les citoyens doivent pourvoir élire demain un(e) maire du Grand Paris.»

En effet, les conseillers de la Métropole et des territoires n’ont pas tous été élus au suffrage universel direct puisqu’ils ont été désignés en conseil municipal parmi les conseillers municipaux. Suite aux résultats des élections municipales, la droite sort par conséquent fortement majoritaire. Il y a un cumul de mandats contraire à l’exercice de la démocratie, cumul flagrant dans notre ville pour le maire et la 1ère adjointe.

Il faudra attendre 2020 pour que les conseillers soient élus au suffrage universel direct.

Peut-on espérer de ces élus une écoute, une prise en compte des besoins des habitants des quartiers défavorisés et une réelle volonté de réduire les inégalités, quand on voit les maires de droite si réticents lorsqu’il s’agit de construire des logements sociaux et d’organiser la mixité sociale ? Quand on voit le Maire de notre ville faire des coupes budgétaires dans les services publics tels que le service social, l’éducation ou la culture ?

Pour le PS, la métropole doit permettre de dépasser les réticences locales et d’accélérer la construction de logements en favorisant  mixité, qualité environnementale et services publics.

Et rien ne se fera sans moyens. «L’objectif de solidarité et de lutte contre les inégalités territoriales, nécessite une mise en commun des ressources à l’échelle métropolitaine et une réforme de la fiscalité. Il faut en finir avec la situation insupportable où les territoires les plus pauvres sont aussi les plus fiscalisés» nous dit encore le président du département.

Comment déterminer un projet métropolitain avec autant de strates: la commune, le département, le territoire, la Métropole, la Région, strates distinctes dans lesquelles se superposent ou s’imbriquent les mêmes compétences ?

Pierre MANSAT (FG) déclare : « Pour faire exister la Métropole…. il faudra que sa tête ne s’enferme pas dans un territoire ou un parti et sache coopérer avec tous les acteurs. La coopération est le maître mot dans des ensembles aussi imbriqués. »

Et pour Michel Cantal-Dupart, architecte urbaniste: «Le Grand Paris ne peut être que celui des hommes. Pour sa démocratie, pour la mutualisation… A l’heure actuelle, on ne peut pas faire un Grand Paris avec des villes à deux vitesses. Il faut donc savoir et raconter comment on va raccrocher tous les quartiers qui ne vont pas bien».

Evelyne DEMONCEAUX

Publicités